Accueil / AutoGP / L’AutoGP vise l’expansion

L’AutoGP vise l’expansion

L'AutoGP veut devenir un championnat mondial

En annonçant l’ébauche du calendrier 2012, la direction de l’AutoGP fait passer le message d’un championnat qui se veut mondial. La discipline dirigée par Enzo Coloni cherche à se rendre au Brésil, aux Etats-Unis et au Japon la saison prochaine, en plus de cinq des étapes européennes de cette saison. Les circuits visés sont Curitiba, Sonoma et Suzuka. Les manches reconduites sont Monza, Valence, Donington, Budapest et Brno.

L’AutoGP est inclus depuis 2011 dans certains week-ends du WTCC, grâce à un accord avec le WTCC et Eurosport. Un accord qui a permis à la discipline de prendre la place médiatique de la F2. Une collaboration sur le point de se densifier puisqu’AutoGP et WTCC se rencontreront sur huit évènements, soit sur tous les évènements de 2012. L’AutoGP ne donnera donc plus lieu à d’évènement en stand-alone, comme la finale de cette saison.

Le but déclaré d’Enzo Coloni est d’améliorer la discipline. Néanmoins, avec des manches aussi lointaines, impliquant des coûts logistiques importants, on peut craindre une explosion des budgets qui débouchera sur un recours accru aux pilotes payants, qui ne manquent pas vraiment. Reste à savoir jusqu’à quel point l’organisation viendra en soutien des équipes, un problème qui se pose également en Formule Renault 3.5.

Il reste à espérer que la série, qui attire peu d’attention, ne subisse un énième problème de financement. Rappelons que ce championnat, ayant toujours utilisé des Lola dans une époque où le constructeur tombait en disgrâce, est déjà passé sous les noms d’Italian Formula 3000 (1999-2000 et 2005), Euro Formula 3000 (2001 à 2003), Superfund Formula (2004), Euroseries 3000 (2006 à 2009) et enfin d’AutoGP depuis 2010. Une série dont les seuls intérêts proviennent des récompenses financières après les meetings (sur le modèle Superleague) ainsi que des essais offerts en GP2 au champion et au meilleur jeune.

Depuis sa création, seul Felipe Massa a été un champion qui sera devenu pilote de course en F1. Le cas Romain Grosjean est à part, celui-ci s’en servant pour relancer sa carrière. Parmi les autres champions, on trouve Giorgio Vinella, Ricardo Sperafico, Jaime Melo, Augusto Farfus, Nicky Pastorelli, Luca Filippi, Giacomo Ricci, Davide Rigon, Nicolas Prost et Will Bratt. A noter que Luca Filippi est en lice pour gagner une seconde fois le championnat cette saison, après son titre de 2005.

Dans le corps du classement, Alex Yoong (dixième en 1999), Gianmaria Bruni (douzième en 2002, troisième en 2003), Vitaly Petrov (non classé en 2004, troisième en 2006), Pastor Maldonado (neuvième en 2005, onzième en 2007, douzième en 2008, dixième en 2009), et Jérôme d’Ambrosio (trente-deuxième en 2005, cinquième en 2006) ont accédé pour l’heure à un volant de course en F1, sans grand succès pour l’heure. Et rares étaient ceux qui avaient fait une saison complète dans la série. L’expansion n’est donc peut-être pas la voie à suivre.

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l’affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox