Accueil / Endurance / Henri Pescarolo, l’histoire n’est pas finie
Henri Pescarolo, une histoire qui ne finit pas
© ChequeredFlags

Henri Pescarolo, l’histoire n’est pas finie

Henri Pescarolo devait se sentir léger et heureux au soir de la vente aux enchères de son équipe. Lui qui avait cédé la propriété de son équipe au Groupe Sora fin 2008 avait été profondément navré et meurtri par la suite des événements, notamment les déboires de l’équipe sous la direction de Sora.

Mais la suite de l’histoire n’en est que plus belle. Deux amis, Jacques Nicolet et Joël Rivière, connus pour diriger les équipes OAK Racing et le Prestige Racing (plus centré sur un club de conduite), ont remporté les enchères, notamment le lot contenant les deux châssis LMP1 de Pescarolo ainsi que tout l’équipement de l’équipe. Les deux hommes se sont ensuite empressés de tout remettre à Pescarolo, sous la forme d’un prêt d’une année.

Henri Pescarolo, une des légendes du Mans et du sport automobile, essayait de son côté de reconstruire une équipe depuis l’été. Le voilà désormais titulaire des clés pour redémarrer son équipe. Et même si un budget reste le plus délicat à obtenir dorénavant, on pourra constater qu’il s’agit d’un beau pied de nez au destin, grâce à l’amitié, d’un homme qui a tant donné pour le sport automobile.

Le plus beau serait que les instances en Endurance décident de mettre fin aux règles iniques d’équivalence essence/diesel, afin d’avoir tous les acteurs sur un pied d’égalité, n’en déplaise à Audi ou Peugeot.

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l’affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox