Accueil / F1 / Circuits / 10 informations futiles sur le Grand Prix de Malaisie
Départ Grand Prix de Malaisie F1 2013
© Red Bull Content Pool

10 informations futiles sur le Grand Prix de Malaisie

Nouveauté pour 2014 sur ChequeredFlags.fr, nous vous proposons désormais chaque mercredi avant les Grand Prix une preview composée de dix informations futiles. Histoire de briller en société, ou de vous changer des communiqués formatés des équipes, toutes concentrées à vous expliquer le fonctionnement des nouveaux Power Unit V6 1.6 T/H.

1 – Le Grand Prix de Malaisie, pas si récent ?

Bien qu’apparu au calendrier du Championnat du Monde de Formule 1 en 1999, l’histoire du Grand Prix de Malaisie remonte à 1962. L’épreuve est alors réservée aux F2 sur le tracé urbain de Thomson Road. Un an auparavant, une course y avait été organisée sous le nom d’Orient Year Grand Prix, changé ensuite en Grand Prix de Malaisie. En 1965, Singapour s’émancipe et récupère l’événement, le Thomson Road Circuit se situant sur ses terres.

2 – Entre Circuit Angels et Jackie Chan

Le Grand Prix de Malaisie est ressuscité de 1968 à 1982 grâce à la Fédération nationale. Dessiné par le Néerlandais John Hugenholtz, le Hermann Tilke de l’époque, le
circuit de Shah Alam accueille l’épreuve successivement destinée aux Tasman Series, Formula Pacific, Formule 2 puis Formula Holden lors du chant du cygne en 1995. Jacky Ickx y remportera la première course internationale, disputée en 1985 dans le cadre du World Sportscar Championship. Superbike et MotoGP suivront, tout comme Jackie Chan puisque la piste a été utilisée lors du tournage de Thunderbolt, un film dans le monde de la course, connu en France comme « Jackie Chan sous pression ». Classe.

3 – Coiffés au poteau

 Fernando Alonso Flavio Briatore Formule 1 2005 Malaisie

© Peter Spinney/LAT Photographic

Avec trois succès chacun, Fernando Alonso, Michael Schumacher et Sebastian Vettel se partagent le plus grand nombre de succès au Grand Prix de Malaisie de Formule 1. Ils sont toutefois devancés par John MacDonald, vainqueur en Malaisie à quatre reprises. Né en Angleterre, le motard reconverti en garagiste de Hong King n’est autre que le recordman de victoires au Grand Prix de Macao. Aujourd’hui âgé de 78 ans, il est le seul à avoir remporté toutes les courses internationales de Macao, quatre fois en monoplaces, une à moto et une en voiture de tourisme.

4 – La légende néo-zélandaise Ken Smith

Autre star du sport automobile en extrême-orient, Ken Smith s’est imposé au Grand Prix de Malaisie 1979. Le Néo-Zélandais a également remporté trois Grands Prix de Nouvelle-Zélande en 1976, 1990 et 2004. Cette épreuve nationale existe toujours, dans le cadre des Toyota Racing Series, et est la seule avec le Grand Prix de Macao à pouvoir utiliser le titre « Grand Prix + Pays » en dehors de la F1. L’an passé, Ken Smith a disputé son dernier Grand Prix de Nouvelle-Zélande à l’âge de 70 ans, terminant seizième.

5 – Pas de loi des séries

Sebastian Vettel Formule 1 2010 Malaisie

© Red Bull Content Pool

Personne n’a jamais remporté plus de deux Grands Prix de Malaisie consécutifs. Albert Poon, John McDonald, Andrew Miedecke, Michael Schumacher et Sebastian Vettel se sont arrêtés à deux de suite. Pour les équipes, Ferrari, March et Ralt sont les seules à avoir remporté trois Grands Prix consécutifs. Des statistiques qui resteront inchangées au terme de la semaine.

6 – L’exception Patrick Tambay

Seul Européen à s’être imposé avant l’arrivée de la F1, Patrick Tambay et sa victoire ont longtemps été l’exception. Depuis son installation à Sepang, le Vieux Continent ne cesse de dominer l’épreuve. On retrouve pêle-mêle parmi les vainqueurs un Singapourien, des Hong Kongais, un Indonésien, des Malaisiens, un Français, des Néo-Zélandais, des Australiens, des Britanniques, des Allemands, un Finlandais, un Italien et un Espagnol.

7 – Stars à domicile

Le dernier vainqueur malaisien à domicile remonte à 1973. Avant Sonny Rajah, seul Tony Maw s’était imposé sur ses terres. Depuis l’intégration au calendrier de la Formule 1, seul Alex Yoong a pris le départ d’un Grand Prix de Malaisie.

8 – Il vaut mieux partir devant

Fernando Alonso Formule 1 2012 Malaisie

© Ferrari

La plus grande remontée d’un vainqueur remonte à 2012. Fernando Alonso s’était élancé de la huitième position avant de prendre la tête au seizième tour. La course avait été interrompue après le neuvième tour, facilitant un peu les choses puisque l’Espagnol redémarrait en cinquième place.

9 – Une édition 1999 politique

A chaque nouveau circuit ses controverses. Arrivé en 1999, le F1 Circus a salué les installations avant de voir Michael Schumacher prendre la pole position dès son retour de blessure. L’Allemand cédait la victoire à son équipier Eddie Irvine, en lutte pour le titre. Après la course, les Ferrari étaient exclues pour une infraction technique sur les déflecteurs avant d’être reclassée. Une décision permettant au championnat de se jouer au Japon, où Mika Häkkinen triomphait tandis que Ferrari remportait le premier de ses six titres constructeurs entre 1999 et 2004.

10 – Un juge de paix ?

Vitaly Petrov GP2 Asia 2008 Malaisie

© Alastair Staley/GP2 Series Media Service

Technique, le tracé de Kuala Lumpur est un bon juge de paix. En A1GP, tous les vainqueurs ont remporté le titre, via Alexandre Prémat, Nico Hülkenberg, Adam Carroll et Neel Jani. L’Allemand Hülkenberg n’est d’ailleurs pas le seul à s’être imposé à Sepang avant la F1. Vitaly Petrov et Kamui Kobayashi l’ont fait en GP2 Series, Daniil Kvyat en Formula BMW Pacific. En revanche, les meetings de Formula BMW Asia ne permettaient pas à Daniel Ricciardo de s’imposer en 2006.

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l'affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Un commentaire

  1. Merci pour les info.Arnaude Fremont

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox