Accueil / F1 / 2011 se rapproche

2011 se rapproche

La saison 2011 se rapproche déjà !
Comme chaque année, à l’approche de Monza, c’est toute la fin de saison qui se précipite et dans la foulée la suivante. Tandis que certaines équipes abandonnent tour à tour leurs projets 2010 pour reconcentrer les ressources, les annonces sont attendues tout au long de la semaine. Outre les consignes, dont nous avons déjà parlé au plus brûlant des débats (ici et ), il est également attendu de la FIA qu’elle annonce la treizième équipe.

Des projets présents depuis notre précédent article sur le sujet, il s’agit bien des mêmes qui tiennent toujours la corde. Si corde existante il y a. On sait bien que le spectre Stefan a toujours aussi peu de chances d’y arriver, après 1997 par lui-même, 1998 par les catastrophiques Lola T97/30 puis 2010 et les Toyota. Les principaux challengers sont donc Durango/Villeneuve et Epsilon Euskadi. Les Basques me paraissent toujours les candidats les mieux placés, mais le financement annoncé par Villadelprat, qui se dit et se contredit dans ses rares interventions, me parait bancal. Aussi bancal que l’association Durango/Villeneuve, et j’ai mal à croire que la FIA voudra d’un coq à deux têtes. D’où la fameuse annonce de la treizième équipe, qui pourrait finalement n’annoncer personne ! Prenant conscience des difficultés des équipes à trouver des sponsors, notamment HRT et Sauber, la FIA ne souhaiterait pas concurrencer les équipes existantes en les affaiblissant potentiellement. Le but derrière cela étant de sauver les douze écuries existantes jusqu’à fin 2012-début 2013 et la nouvelle génération de F1. Néanmoins, les nouvelles équipes devront absolument augmenter leur niveau de jeu. Et si rien ne garantit l’avenir à court-terme d’Hispania (bien que Yamamoto finance à lui seul les frais courants), Lotus possède les moyens de l’élever, son niveau. Gascoyne n’est pas un mauvais, et Fernandes a les moyens de ses ambitions. S’ils parviennent à se défaire contractuellement du moteur Cosworth et de son nullissime système Xtrac d’hydraulique-transmission-boîte en faveur d’un système Renault, cela fleurerait bon. Quant à Virgin, si Branson met les moyens, et si la croyance en le tout-CFD est efficace, ce dont j’ai du mal à croire pour la F1, alors un nouveau business-model en F1 aura été créé, puisque se passant de la coûteuse soufflerie. Mais tout cela reste encore à prouver.

Reste enfin le cas Sauber, moins épineux. Les suisses attendent toujours les sponsors de Kobayashi. Une chance que le japonais soit brillant sur sa monoplace moyenne. Mais cette écurie sait faire de la F1, il lui suffit juste de trouver le financement pour assurer un vrai développement continu sur l’année. Et ce n’est pas Burger King, bien qu’alimentaire, qui va les nourrir pour l’heure. En attendant, Sauber a réussi le bon coup de signer Kobayashi et surtout de le garder pour l’an prochain. Le japonais mérite sa place, bien que moins foudroyant que l’an passé. Logique, il connaissait la Toyota par cœur. A Peter Sauber de lui offrir un coéquipier plus coriace en course (et non seulement aux essais) que de la Rosa. Si cela pouvait offrir quelques transferts à une intersaison qui s’annonce pauvre en actualités, on s’en contenterait.

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l’affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox