Accueil / AutoGP / Championnat parallèle, Flavio Briatore, GP1 : on en reparle

Championnat parallèle, Flavio Briatore, GP1 : on en reparle

AutoGP World Series Monza, Italy 9-11 March 2012

D’après Auto Motor und Sport, peu réputé pour la fiabilité de toutes ses rumeurs, Flavio Briatore serait en pleine tâche pour rédiger les règles d’un championnat dénommé GP1, qui correspondrait à un projet de championnat parallèle qui se substituerait à la Formule 1. Flavio Briatore, évincé de la Formule 1 depuis le fameux « crashgate » où Nelson Piquet Jr a terminé sa course dans le mur dans le but de faire gagner son coéquipier Fernando Alonso, alors chez Renault, serait donc chargé de rédiger les règles d’un championnat qui est tout sauf inconnu. Déjà lors de la précédente renégociation des accords Concorde en 2009, Flavio Briatore, qui militait depuis plusieurs années en faveur d’une réduction des budgets. Face à l’imbroglio entre la FIA, la FOM et la FOTA, Flavio Briatore avait pris ses précautions en déposant les droits pour un championnat du nom de « GP1 », juste au cas où la sécession des constructeurs et des équipes indépendantes soit actée.

La FOTA, l’association des équipes de la Formule 1, contient parmi ses membres des écuries qui souhaiteraient suivre une telle initiative. En outre, une majorité des équipes souhaite inscrire les coupes budgétaires dans la règlementation, et œuvre actuellement en faveur d’un seuil maximum appliqué aux budgets, mais la situation est encore loin d’obtenir un consensus, voire une majorité, tout aussi relative soit-elle. Mais revenons à l’Italien. A l’origine, son éviction devait s’appliquer à vie, mais comme toujours, Briatore a usé de ses ressources et a réduit ce laps de temps à 5 ans grâce à une poignée d’avocats. Néanmoins, peut-on penser que le GP1 prenne la place de la Formule 1 ?

Il semble que non : l’affaire a plus l’air de donner de la matière aux négociations en amont d’un nouvel accord Concorde avec la FIA. Après la renégociation des droits TV mais aussi d’éventuels sièges au Conseil d’Administration de la F1 en vue d’une introduction en bourse, la mise en place d’un nouvel RRA ou d’un budget capé serait le nouveau chapitre des rapports de force entre les acteurs du sport et ses divers organismes.

La FIA est également la seule organisation qui peut classer une compétition comme un championnat du monde. Or, la notoriété d’une telle classification pèse lourd dans la balance, même si cela s’est réduit ces dernières années avec les investissements fluctuants des constructeurs au sein des divers championnats du monde FIA. D’autres rétorqueront alors que Ferrari, enthousiaste, ferait tomber ce que la Formule 1 a construit, se basant sur l’adage selon lequel la F1 n’est rien sans l’écurie italienne. Pourtant, la manœuvre semble moins noble et il semblerait que l’écurie veuille tirer parti de la situation davantage qu’exprimer des motivations sincères.

On se rappellera également que Flavio Briatore était à l’origine, ainsi que le promoteur, des GP2 Series, créées en réponse aux coûts considérables engendrés par la F3000 Internationale. Un piège de l’inflation budgétaire que n’auront su éviter les GP2 Series, notamment après le départ de Briatore de la discipline, en raison des risques de conflits d’intérêts.

La situation atteinte aujourd’hui oblige les meilleurs pilotes à se partager entre GP2 Series, Formule Renault 3.5, AutoGP voire Formule 3 (suivi de DTM) ou Formule 2, entre autres. De là part également un constat ironique dans l’histoire car Flavio Briatore a fait l’apologie de l’AutoGP il y a quelques semaines, saluant la philosophie low-cost de la discipline gérée par Enzo Coloni, se détournant ainsi de son ancien bébé, les GP2 Series.

Dans le même temps, la FIA a confié à Gerhard Berger en début d’année la tête de la commission formules de promotion/monoplaces, chargeant l’ancien pilote autrichien de chercher des pistes pour rationaliser les chemins d’accès à la Formule 1. Les efforts de la FIA se sont ainsi consacrés à la création du Trophée International de Formule 3 l’an passé, désormais FIA European F3 Championship. Cette création a été effectuée face à la désertification des grilles en F3, en raison de la concurrence des GP2 et GP3 Series ces deux dernières saisons.

On observe ainsi, de manière simultanée, une Formule 1 tentant de conserver son système actuel avec pléthore de formules de promotion ; une FIA qui milite pour une rationalisation de la F1 avec la création d’un parcours pyramidal strict F3-F2-F1 ; et un Flavio Briatore, brillant homme de marketing à l’affût de la moindre opportunité, souhaitant imposer un GP1 pour taper dans la fourmilière tout en limitant supposément l’importance de l’aérodynamique en monoplaces de pointe, avec un système de promotion mêlant ses idées du GP2 mêlée au concept low-cost de l’AutoGP.

Sans parler de l’Arlésienne d’un championnat parallèle, dont on entend parler depuis les débuts de la Formule 1, ou presque, il reste bon de rappeler que la Formule 1 en a déjà vu, et elle en verra d’autres. Tout comme il est bon de rappeler qu’une scission d’un championnat réputé est rarement bénéfique, comme l’exemple outre-Atlantique entre l’IndyCar et le ChampCar, réunis douze ans après leur séparation, mais ne parvenant pas à retrouver la gloire d’antan malgré les efforts des organisateurs. L’exemple du rallye est également éloquent, entre WRC et IRC. Quoiqu’il en soit, si pour l’heure la menace ne gronde pas trop, les diverses parties seraient quand même inspirées d’écouter les suggestions de Briatore, tout comme le WRC a fait l’effort de retenir certains succès de l’IRC. L’homme d’affaires italien est loin d’être un saint, mais sur le plan marketing et sportif, ses idées parlent pour lui. Nous ne vous ferons pas l’insulte de vous rappeler qu’il fût l’un des premiers à parler de réductions budgétaires face à la disparition successives d’équipes dans les années 2000.

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l'affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox