Accueil / F1 / Ecuries et pilotes / Course Barcelone : victoire du surpuissant Maldonado

Course Barcelone : victoire du surpuissant Maldonado

2012 Spanish Grand Prix - Saturday

Pastor Maldonado a tenu bon et s’est imposé avec la manière. Il se paie le luxe d’être accompagné – et soulevé – sur le podium par deux champions du monde : l’Espagnol Fernando Alonso et le Finlandais Kimi Räikkönen.

Le Vénézuélien permet à Williams de renouer avec la victoire, qu’elle n’avait plus connue depuis le Grand Prix du Brésil 2004 avec Juan-Pablo Montoya. Maldonado concrétise donc une très bonne entame de saison et fera certainement taire une partie de ses détracteurs, tout en semblant garder la tête froide – il n’a jamais semblé réellement inquiété aujourd’hui, d’autant plus que Perez, dans la même situation en Malaisie, n’a pas concrétisé ce qui aurait pu être sa première victoire. Son coéquipier Bruno Senna, quant à lui, s’est fait rentrer dedans par Michaël Schumacher en début de course, ce qui a mis fin à un week-end très difficile pour le Brésilien. Il faut souligner l’apport du V8 Renault, qui a remis Williams dans les bons rails après des années cauchemardesques avec Cosworth. Un très beau cadeau pour le 70e anniversaire de Frank Williams.

Derrière, on retrouve donc la Ferrari de Fernando Alonso. L’Espagnol était parvenu à prendre la tête au départ devant son public, mais la stratégie de son équipe qui l’a fait ravitailler après Maldonado et qui l’a fait perdre du terrain. Malgré tout, il réalise une très belle performance qui lui permet de briguer la tête du championnat du monde à égalité cependant avec Sebastian Vettel, ce qui est non négligeable. Felipe Massa termine à la quinzième place, dans une course où il aura été constamment lent. Sergio Perez doit certainement être sur les starting blocks.

Chez Lotus, la déception est contrastée. L’équipe n’a pas été en mesure de mettre au défi les leaders, avec un rythme plus rapide que le reste du peloton mais plus lent que les deux premiers. Néanmoins, Räikkönen et Romain Grosjean se classent respectivement 3e et 4e. Le meilleur départ du Finlandais aura soldé cet ordre, tandis que Grosjean s’est accroché avec Sergio Perez au départ, puis Bruno Senna peu avant l’abandon du Brésilien. Néanmoins, le rythme du Français de fin de course était très fort, celui-ci signant le meilleur tour en course. Il y a encore du travail pour Lotus, mais les signaux sont, pour l’heure, plutôt bons.

Chez Sauber, Kamui Kobayashi décroche la cinquième place, grâce notamment à quelques dépassements en fin de course. Une prestation solide du japonais. Pour Perez, les choses n’ont pas été simples : heurté au premier virage, il rentre aux stands d’entrée. A partir de cela, sa course était ruinée. Au 39e tour, un arrêt au stand raté le contraint à l’abandon.

Red Bull était en retrait aujourd’hui : Sebastian Vettel est sixième, Mark Webber onzième. Les deux pilotes ont dû changer d’aileron pendant la course, l’Allemand a écopé d’une pénalité pour ne pas avoir ralenti suffisamment sous drapeau jaune, et leur rythme n’était pas assez bon. Vettel a tout de même réalisé une bonne remontée à la fin de course.

Mercedes n’était pas au rendez-vous aujourd’hui. Nico Rosberg n’a jamais semblé dans le rythme, se faisant dépasser à plusieurs reprises – mais il a été en fait victime d’un problème sur sa voiture qui a notamment affecté la gestion des pneumatiques. Il parvient tout de même à sauver l’honneur et conforter sa bonne position au championnat, à 20 points du leader. Comme mentionné plus haut, Michaël Schumacher a percuté Bruno Senna et a réagi assez violemment, le traitant d’idiot. Néanmoins, même si Senna semblait lent, il semble que Schumacher ait manqué son freinage et réitéré l’une de ses erreurs passées – souvenons-nous de Singapour 2011 et du contact avec Perez.

Pour McLaren, les soucis continuent. Lewis Hamilton parvient néanmoins, après être parti dernier, à se hisser devant son coéquipier. Les deux pilotes terminent dans les points, mais aux 8 et 9e rangs. Malgré quelques dépassements, Button n’était pas dans le rythme. Hamilton a poussé jusqu’à ce que ses pneus ne puissent plus l’aider dans sa remontée, mais il était proche de dépasser Rosberg pour le gain de la septième place. Un tour ou deux supplémentaires, et l’Allemand à la dérive plus que jamais aurait capitulé.

Le dernier point revient à la Force India de Nico Hülkenberg. L’Ecossais Paul di Resta se classe quant à lui 14e. L’équipe n’est pas dans le rythme et semble plus en difficulté que l’année passée. Ceux qui étaient proclamés bons élèves en essais ne sont finalement pas dans le rythme, mais souvenons-nous de leur capacité de rebond.

Jean-Eric Vergne s’est classé 12e. Il aura longtemps tenu le point de la dixième place, tandis que Massa arrivait à peine à l’attaquer. Une bonne course, qui résume bien la situation chez Toro Rosso : le Français sent qu’il réalise une bonne course mais l’équipe doit continuer de travailler car elle n’est pas en mesure de faire beaucoup mieux. Daniel Ricciardo termine derrière lui, à quatre secondes.

Chez Caterham, l’avantage revient à Heikki Kovalainen, classé 16e. Un bon départ, puis une course solide l’ont mené jusqu’à la 11e place avant ses premiers arrêts. Bien sûr, il a chuté dans le classement mais a assuré l’essentiel dans la lutte interne. Vitaly Petrov termine à 15 secondes, en 17e position.

Timo Glock rallie la seule Marussia rescapée à l’arrivée, à 2 tours. Charles Pic avait écopé d’un passage par les stands obligatoires pour avoir ignoré les drapeaux bleus. En revoyant le litige, il semble que la situation soit discutable – mais peu importe, puisque le Français a regagné les stands, non pas pour respecter sa peine mais pour abandonner sur problème mécanique.

Chez HRT, Pedro de la Rosa est lui aussi le seul à terminer la course, même s’il a accumulé un retard de trois tours vis-à-vis du leader. Narain Karthikeyan a connu un problème d’écrou de roue aux stands, l’obligeant à renoncer.

Au championnat, la situation est très ouverte et serrée : Vettel et Alonso sont à égalité même si l’Allemand a l’avantage, puis Hamilton, Räikkönen, Webber et Button sont non loin derrière. Rendez-vous dans deux semaines à Monaco, une piste que Pastor Maldonado, beau vainqueur du jour, affectionne tout particulièrement. Ça promet !

Formule 1 2012 – Espagne – Course 5
1. Pastor Maldonado – Williams – 1h39m09.145s
2. Fernando Alonso – Ferrari – + 3.195s
3. Kimi Räikkönen – Lotus – + 3.884s
4. Romain Grosjean – Lotus – + 14.799s
5. Kamui Kobayashi – Sauber – + 1m04.641s
6. Sebastian Vettel – Red Bull – + 1m07.576s
7. Nico Rosberg – Mercedes – + 1m17.919s
8. Lewis Hamilton – McLaren – + 1m18.140s
9. Jenson Button – McLaren – + 1m25.246s
10. Nico Hülkenberg – Force India – + 1 tour
11. Mark Webber – Red Bull – + 1 tour
12. Jean-Eric Vergne – Toro Rosso – + 1 tour
13. Daniel Ricciardo – Toro Rosso – + 1 tour
14. Paul di Resta – Force India – + 1 tour
15. Felipe Massa – Ferrari – + 1 tour
16. Heikki Kovalainen – Caterham – + 1 tour
17. Vitaly Petrov – Caterham – + 1 tour
18. Timo Glock – Marussia – + 2 tours
19. Pedro de la Rosa – HRT – + 3 tours
Ab. Sergio Perez – Sauber – + 29 tours
Ab. Charles Pic – Marussia – + 31 tours
Ab. Narain Karthikeyan – HRT – + 44 tours
Ab. Bruno Senna – Williams – + 54 tours
Ab. Michaël Schumacher – Mercedes – + 54 tours

Formule 1 2012 – Championnat pilotes – Course 5/20
1. Sebastian Vettel – Red Bull – 61 pts
2. Fernando Alonso – Ferrari – 61
3. Lewis Hamilton – McLaren – 53
4. Kimi Räikkönen – Lotus – 49
5. Mark Webber – Red Bull – 48
6. Jenson Button – McLaren – 45
7. Nico Rosberg – Mercedes – 41
8. Romain Grosjean – Lotus – 35
9. Pastor Maldonado – Williams – 29
10. Sergio Perez – Sauber – 22
11. Kamui Kobayashi – Sauber – 19
12. Paul di Resta – Force India – 15
13. Bruno Senna – Williams – 14
14. Jean-Eric Vergne – Toro Rosso – 4
15. Nico Hülkenberg – Force India – 3
16. Daniel Ricciardo – Toro Rosso – 2
17. Felipe Massa – Ferrari – 2
18. Michaël Schumacher – Mercedes – 2
19. Timo Glock – Marussia – 0
20. Charles Pic – Marussia – 0
21. Vitaly Petrov – Caterham – 0
22. Heikki Kovalainen – Caterham – 0
23. Pedro de la Rosa – HRT – 0
24. Narain Karthikeyan – HRT – 0

Formule 1 2012 – Championnat constructeurs – Course 5/20
1. Red Bull – 109 pts
2. McLaren – 98
3. Lotus – 84
4. Ferrari – 63
5. Mercedes – 43
6. Williams – 43
7. Sauber – 41
8. Force India – 18
9. Toro Rosso – 6
10. Marussia – 0
11. Caterham – 0
12. HRT – 0

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l'aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

4 plusieurs commentaires

  1. Je n’ai pas trouvé l’année 2010 de Williams si terrible, et ils avaient un Cosworth quand même ! :p

    • Ils ont effectivement terminé sixième au championnat des constructeurs, ont décroché une pole et ont eu comme meilleur résultat une quatrième place. Mais bon, considérer une sixième place au championnat des constructeurs positive n’est pas la même chose que de célébrer une victoire jamais acquise depuis 2004 et un autre Sud-Américain, Juan Pablo Montoya.

      Tout est une question de point de vue, mais effectivement, par rapport à 2011, la saison 2010 de Williams n’était pas catastrophique.

      Pour rappel, voici le palmarès de Williams de 2001 à 2011 au championnat des constructeurs : 3, 2, 2, 4, 5, 8, 4, 8, 7, 6, 9. Actuellement, ils sont classés cinquième à ce championnat, mais bien entendu, la saison est encore très longue.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox