Accueil / F1 / Ecuries et pilotes / Course Monaco : Mark Webber renoue avec la victoire

Course Monaco : Mark Webber renoue avec la victoire

Mark Webber - GP de Belgique 2011

L’Australien Mark Webber a mené la meute jusqu’à la ligne d’arrivée, sans jamais être menacé, signant ainsi sa 8e victoire, sa première victoire incontestable depuis la Hongrie 2010. La course, quant à elle, n’a pas été très spectaculaire même si les pilotes ont dû réaliser une performance significative pour finir, comme traditionnellement à Monaco. En six Grand Prix, un sixième vainqueur monte sur la première marche du podium, mais pour la première fois, une écurie inscrit deux victoires : Red Bull Racing.

Les Red Bull ont réalisé un bon week-end, avec un Sebastian Vettel lucide qui, sentant qu’il manquait de performance, a tenté une stratégie inverse en débutant avec des pneus durs pour grappiller des positions aux stands. Au final, il signe une quatrième place qui lui permet de rester à trois points de la tête du championnat. Mark Webber réalise une belle opération, lui aussi, puisqu’il est ex-aequo avec son coéquipier.

Chez Mercedes, les sentiments sont plus mitigés. Nico Rosberg a fait le travail, ramenant sa voiture à l’arrivée à la seconde place. Quant à son coéquipier Michaël Schumacher, il se retrouve tassé au départ par Romain Grosjean, qui, faute de place, est parti en tête à queue à Sainte-Dévote, manquant de causer un chaos plus problématique. Par la suite, sa course semble compromise par cet incident, et il finira par abandonner au ralenti. De surcroît, l’Allemand est actuellement sous enquête pour l’incident du premier virage.

L’homme qui pourra se satisfaire de sa course du jour est bel et bien Fernando Alonso : sa régularité et sa ténacité paient, puisqu’il est parvenu à se hisser sur le podium. Pourtant, en début de course, il est talonné par son coéquipier Felipe Massa qui semblait alors plus rapide. Cela n’a duré que quelques tours, avant que l’Espagnol se détache et inscrive une course solide. Il est actuellement leader du championnat. Quant au Brésilien, il réalise une course solide, lui permettant enfin de marquer huit points. Il y a certes encore du chemin, mais il est difficile de lui faire des reproches pour sa prestation dominicale.

Chez McLaren, les choses ne s’arrangent pas. Lewis Hamilton n’a pas pu tirer parti de cette course. La stratégie de son équipe n’a pas semblé idéale, et il semblerait que le Britannique de Stevenage ait eu bien des difficultés à réaliser une bonne performance. Mais il y a bien pire : Jenson Button n’aura rien pu faire, suite à sa décevante qualification. Bloqué derrière la Caterham d’Heikki Kovalainen qui a réalisé un excellent départ, il y restera pendant la majeure partie du Grand Prix. Perdant patience, il tente le tout pour le tout à plusieurs reprises, mais la défense virile du Finlandais et la pugnacité de Sergio Perez dans une autre lutte auront raison de lui : il part en tête-à-queue et se voit contraint à l’abandon. Le vainqueur du premier Grand Prix boit désormais le calice jusqu’à la lie, tandis que son coéquipier a sauvé les meubles aujourd’hui.

Les Force India, qui connaissaient jusqu’alors une saison plutôt décevante, sont parvenues à entrer toutes deux dans les points, bénéficiant en partie du pari de Jean-Eric Vergne et Toro Rosso qui a chaussé des intermédiaires en voyant quelques gouttes s’installer en fin de course. Néanmoins, elles seraient de toute manière entrées dans les points. L’équipe avait affiché une forme assez satisfaisante, et c’est Paul di Resta cette fois qui prend le meilleur de son coéquipier (6 et 7e).

En neuvième position, on retrouve la seule Lotus rescapée de Kimi Räikkönen. Ce qu’elle confirme, c’est que Lotus est toujours aux prises avec des stratégies douteuses qui se dévoilent au grand jour alors que la réputation des pilotes est bien meilleure dans le milieu. Si, l’an passé, le bénéfice du doute avait été accordé à l’équipe en sous-estimant ses pilotes, cette année, ces hypothèses ne tiennent plus la route. Lotus, annoncée favorite, aura tout gâché. Dans un premier temps, Romain Grosjean ne parcourt que quelques mètres avant de s’accrocher avec un Schumacher plus ou moins bien inspiré et de partir en tête à queue – à l’instar d’autres Grand Prix du Français. Ensuite, la pluie est annoncée à la radio à Räikkönen, de fait, l’équipe choisit de ne pas l’arrêter alors que ses pneus se sont déjà écroulés. Résultat : course anonyme du Finlandais, occasions gâchées pour l’équipe.

Les Williams auraient pu connaître un meilleur week-end. D’une part, Pastor Maldonado a écopé en tout de quinze places de pénalité, l’obligeant à partir dernier. De fait, le Vénézuélien a perdu son aileron avant au départ en touchant la HRT de Pedro de la Rosa et n’a pas pu rallier les stands, ce qui l’a contraint à l’abandon très rapidement. Quant à Bruno Senna, il marque un point, surtout grâce au pari raté de Toro Rosso, mais il n’a pas démérité pour autant et Williams, dont la monoplace est rapide, méritait au moins cela. Ils rebondiront sans aucun doute au Canada.

La Sauber de Sergio Perez s’est fait remarquer : le Mexicain a rallié l’arrivée en onzième place, et celui-ci a souvent été aperçu à la lutte avec d’autres pilotes, tels que Jenson Button et Heikki Kovalainen. Comme chacun ne voulait pas lâcher son bout de gras, les trois pilotes ont lutté fermement, parfois à la limite. D’ailleurs, le Mexicain est sous enquête par rapport à un incident rencontré au virage 1, lorsqu’il est entré en collision avec Kovalainen. Certainement un simple incident de course, mais les pénalités pourront tout de même tomber. Quant à Kamui Kobayashi, les incidents du premier tour auront eu raison de sa suspension : il s’est donc retiré de la course au tour 2, du fait de la dangerosité de continuer la course.

Chez Toro Rosso, le week-end aurait pu être meilleur. Jean-Eric Vergne, dont le changement de pneus est intervenu au 18e tour, se classait tranquillement huitième, grimpant même jusqu’au septième rang. Mais son équipe le fait entrer au tour 71 pour chausser des pneus intermédiaires. La pluie ne s’intensifiant pas, le pari est raté, les points s’échappent. Peut-être que si Daniel Ricciardo n’avait pas abandonné au 68e tour, ce pari aurait été appliqué sur l’Australien et cette erreur ne serait donc pas jugée si conséquente.

Les Caterham ont, elles aussi, connu des fortunes diverses. Heikki Kovalainen, auteur d’un très bon départ, parvient à se maintenir assez haut dans le classement. Il finira treizième, malgré un contact avec Sergio Perez qui aura eu raison de son aileron avant. Quant à Vitaly Petrov, il a dû s’arrêter au 18e tour suite à un problème électrique.

Chez Marussia, Timo Glock rallie l’arrivée en quatorzième position, étant ainsi l’avant-avant dernier classé, et à un tour du leader. Cette arrivée, Charles Pic ne l’aura pas vue à cause d’un échappement cassé au 67e tour. Mine de rien, cette position à l’arrivée et cet abandon tardif les classe assez haut pour qu’ils remontent au classement pilotes : ils se hissent en effet devant Narain Karthikeyan, Vitaly Petrov et Pedro de la Rosa.

Une seule HRT a rallié l’arrivée, celle de Narain Karthikeyan. Seule monoplace à deux tours du leader, elle se classe quinzième de la course. La HRT de Pedro de la Rosa a subi les accidents du premier tour, et s’est donc retirée au suivant suite à ce contact avec Pastor Maldonado.

Au championnat, Alonso devance les Red Bull de Vettel et Webber de trois points. Red Bull accroît son avance aux constructeurs à 38 points de plus que McLaren. Derrière, Ferrari et Lotus sont à égalité de points.

La prochaine course aura lieu le week-end du 10 juin au Canada, la course se tenant à 20 heures alors que les qualifications à 19. TF1, pour cause d’élections, ne diffusera pas le Grand Prix en direct, laissant ce privilège à Eurosport.

Formule 1 2012 – Monaco – Course 6
1. Mark Webber – Red Bull – 1h46m06.557s
2. Nico Rosberg – Mercedes – + 0.643s
3. Fernando Alonso – Ferrari – + 0.947s
4. Sebastian Vettel – Red Bull – + 1.343s
5. Lewis Hamilton – McLaren – + 4.101s
6. Felipe Massa – Ferrari – + 6.195s
7. Paul di Resta – Force India – + 41.537s
8. Nico Hülkenberg – Force India – + 42.562s
9. Kimi Räikkönen – Lotus – + 44.036s
10. Bruno Senna – Williams – + 44.516s
11. Sergio Perez – Sauber – + 1 tour
12. Jean-Eric Vergne – Toro Rosso – + 1 tour
13. Heikki Kovalainen – Caterham – + 1 tour
14. Timo Glock – Marussia – + 1 tour
15. Narain Karthikeyan – HRT – + 2 tours
16. Jenson Button – McLaren – + 8 tours
NC. Daniel Ricciardo – Toro Rosso – + 13 tours
NC. Charles Pic – Marussia – + 14 tours
NC. Michael Schumacher – Mercedes – + 15 tours
NC. Vitaly Petrov – Caterham – + 63 tours
NC. Kamui Kobayashi – Sauber – + 73 tours
NC. Pedro de la Rosa – HRT – + 77 tours
NC. Pastor Maldonado – Williams – + 78 tours
NC. Romain Grosjean – Lotus – + 78 tours

Formule 1 2012 – Championnat pilotes – Course 6/20
1. Fernando Alonso – Ferrari – 76 pts
2. Sebastian Vettel – Red Bull – 73
3. Mark Webber – Red Bull – 73
4. Lewis Hamilton – McLaren – 63
5. Nico Rosberg – Mercedes – 59
6. Kimi Räikkönen – Lotus – 51
7. Jenson Button – McLaren – 45
8. Romain Grosjean – Lotus – 35
9. Pastor Maldonado – Williams – 29
10. Sergio Perez – Sauber – 22
11. Paul di Resta – Force India – 21
12. Kamui Kobayashi – Sauber – 19
13. Bruno Senna – Williams – 15
14. Felipe Massa – Ferrari – 10
15. Nico Hülkenberg – Force India – 7
16. Jean-Eric Vergne – Toro Rosso – 4
17. Daniel Ricciardo – Toro Rosso – 2
18. Michael Schumacher – Mercedes – 2
19. Heikki Kovalainen – Caterham – 0
20. Timo Glock – Marussia – 0
21. Charles Pic – Marussia – 0
22. Narain Karthikeyan – HRT – 0
23. Vitaly Petrov – Caterham – 0
24. Pedro de la Rosa – HRT – 0

Formule 1 2012 – Championnat constructeurs – Course 6/20
1. Red Bull – 146 pts
2. McLaren – 108
3. Ferrari – 86
4. Lotus – 86
5. Mercedes – 61
6. Williams – 44
7. Sauber – 41
8. Force India – 28
9. Toro Rosso – 6
10. Caterham – 0
11. Marussia – 0
12. HRT – 0

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l'aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox