Accueil / F1 / Ecuries et pilotes / Course Monza : Hamilton se replace, la fiabilité paie

Course Monza : Hamilton se replace, la fiabilité paie

Lewis Hamilton l'emporte à Abou Dhabi

Les McLaren semblent bien placées pour s’imposer au nez et à la barbe des Tifosi, mais même si la course est la plus courte en temps de l’année, elle doit néanmoins être parcourue dans son intégralité par les pilotes pour aspirer à un quelconque résultat !

Au départ, Felipe Massa prend la deuxième place et tente même de passer Lewis Hamilton mais n’insiste pas. Jenson Button essaie de le repasser mais n’y parvient pas, tandis que Fernando Alonso gagne 2 positions, ayant pour prochaine cible Kamui Kobayashi. Dont il se débarrasse avant la fin du premier tour, avant de déborder Kimi Räikkönen dans la foulée pour le gain de la 6e place.

En tête, Lewis Hamilton fait le nécessaire pour s’échapper. Au 4e tour, Sebastian Vettel trouve la faille sur Michael Schumacher et prend la 4e place. Le septuple champion du monde doit désormais se battre avec la Ferrari d’Alonso. Le contraste entre les Red Bull est colossal, Mark Webber passant tout juste en 13e position après un mauvais départ. Bruno Senna et Nico Rosberg se heurtent plus loin dans le classement, ce qui fait gagner une place supplémentaire à l’Australien.

Senna se retrouve dans un autre incident avec Paul di Resta qui semble ne pas avoir vu le Brésilien dans ses rétroviseurs, et une nouvelle fois Webber se faufile au 11e rang, à la porte des points derrière la Force India.

Jean-Eric Vergne est contraint à l’abandon, vraisemblablement sur une faille technique à l’arrière qui le fait perdre le contrôle à la première chicane et le fait sauter sur vibreur et le gendarme allongé. Il sort sans encombre de sa monoplace. Peu après, Mark Webber entre dans les points en se débarrassant de di Resta.

Pastor Maldonado s’arrête à l’issue du 13e tour, il était 17e dans le trafic. Au tour suivant, Nico Rosberg l’imite. Les prochains tours révéleront si les pilotes optent pour une stratégie à deux arrêts ou à un seul. Mercedes met ses œufs dans le même panier, puisque Schumacher s’arrête au tour suivant.

Aux alentours du 20e tour, Felipe Massa se retrouve dépassé en une tentative par Jenson Button, le Brésilien tournant bien moins vite que la flèche d’argent. Celui-ci rentre aux stands, et Button décide de hausser le rythme pour se mettre à l’abri de la Ferrari. Au 21e tour, Sebastian Vettel et Fernando Alonso sont quasiment côte à côte dans la voie des stands, avantage à l’Allemand.

Jenson Button est la première McLaren à s’arrêter, l’arrêt se révèle très long avec 4,8 secondes d’immobilisation. Il reste 30 tours à parcourir. Hamilton l’imite au tour suivant, un arrêt 2,1 seconde plus rapide que son coéquipier. Pendant ce temps, Alonso et Vettel se fraient un chemin dans le peloton parmi les pilotes qui ne se sont pas arrêtés. Ils arrivent désormais sur Massa, mais se battent l’un contre l’autre, Alonso accélérant dans l’herbe à haute vitesse. L’Espagnol, très mécontent, l’a fait savoir à son équipe. Avec la conséquence logique d’une enquête annoncée par la direction de course.

Au jeu des ravitaillements, la Sauber de Sergio Perez est en tête au 28e tour. La stratégie à un arrêt est claire, puisque la mi-course vient juste d’être passée. Lewis Hamilton est juste derrière lui à moins d’une seconde, avant de le dépasser à la première chicane. Au 30e tour, Perez passe donc par les stands et ressort en 8e position derrière Kimi Räikkönen. Tous sont donc passés par les stands à ce stade.

La pénalité de Sebastian Vettel est tombée : passage par les stands pour avoir forcé un pilote à sortir de la piste, Fernando Alonso dans ce cas de figure. Mais il n’est pas dans le pire cas de figure, puisque la McLaren de Jenson Button abandonne en rangeant sa monture à côté de la piste, sur un problème lié à l’essence.

Une bataille se dessine entre Sergio Perez et Kimi Räikkönen, le pilote Sauber dépasse le pilote Lotus, mais celui-ci reprend son dû, à savoir la 5e place. Au tour suivant, à la chicane, Perez repasse. Derrière, les Red Bull se suivent, Webber devant Vettel qui a respecté sa pénalité et qui tente de remonter. Mais Webber ne lui laissera pas la tâche aisée ! Au bout de quelques virages, l’Allemand trouve tout de même la brèche.

Perez signe le meilleur tour en corse à la 37e boucle, tandis que Schumacher s’arrête. Rosberg en profite pour doubler Räikkönen, avant de s’arrêter au tour suivant ! Alonso dépasse Massa pour la 2e place, il n’aura pas eu à attendre longtemps et gère son championnat comme il a l’habitude et l’expérience de le faire.

Il faut dire qu’il y a urgence, puisque Perez aligne les meilleurs tours en étant à quelques secondes des Ferrari. Il ne tiendra pas longtemps à 2 ou 3 secondes au tour plus vite que ses adversaires, cependant. Le mystère sur sa durée de performance reste tout de même entier !

Perez est en tous cas revenu dans les échappements de Massa à 10 tours de l’arrivée. Le dépassement ne met que très peu de temps à s’effectuer, ce qui lui permet de monter sur la 3e marche du podium provisoire.

La prochaine cible du Mexicain est Alonso, et au bout de quelques virages il passe sans encombre. Il reste 6 tours et l’écart avec Hamilton est de 11,2 secondes. Sauf scénario dantesque, les choses devraient rester ainsi.

Le championnat connaît un nouveau tournant, Sebastian Vettel étant contraint à l’abandon, pour sauver le moteur son ingénieur l’a empressé d’arrêter sa Red Bull. Il ne lui restait que 5 tours à parcourir ! Cela fait les affaires d’Alonso, Hamilton et Räikkönen !

Schumacher remonte inlassablement dans le classement : après di Resta, il se débarrasse de Webber, qui tourne plutôt lentement. La Mercedes de Rosberg imite celle de son expérimenté coéquipier en dépassant di Resta. Webber part hors-piste en perdant le contrôle. Il évite le crash miraculeusement et parvient à repartir, même s’il est désormais 10e. Hülkenberg abandonne à ce moment-là, tandis que Webber est au ralenti sur la piste et imite l’Allemand. La fiabilité, qui était quasiment parfaite il y a quelques mois encore, est redevenue un paramètre essentiel.

Hamilton entre dans son dernier tour et se replace idéalement dans la course au titre en s’imposant de façon dominatrice, même si Perez était revenu à 4 secondes du Britannique. Alonso s’assure un podium après sa qualification compliquée, il effectue lui aussi une belle opération.

Le prochain rendez-vous de la Formule 1 se tiendra dans deux semaines, lors de la désormais célèbre course de nuit à Singapour, toujours délicate pour les pilotes ! Pour les télespectateurs, cependant, les horaires sont adaptés pour l’Europe !

Formule 1 2012 – Monza – Course
1. Lewis Hamilton – McLaren – 53 tours
2. Sergio Perez – Sauber – +4.3s
3. Fernando Alonso – Ferrari – +20.5s
4. Felipe Massa – Ferrari – +29.6s
5. Kimi Räikkönen – Lotus – +30.8s
6. Michael Schumacher – Mercedes – +31.2s
7. Nico Rosberg – Mercedes – +33.5s
8. Paul di Resta – Force India – +41.0s
9. Kamui Kobayashi – Sauber – +43.8s
10. Bruno Senna – Williams – +48.1s
11. Pastor Maldonado – Williams – +48.6s
12. Daniel Ricciardo – Toro Rosso – +50.3s
13. Jérôme d’Ambrosio – Lotus – +1m15.861s
14. Heikki Kovalainen – Caterham – + 1 tour
15. Vitaly Petrov – Caterham – + 1 tour
16. Charles Pic – Marussia – + 1 tour
17. Timo Glock – Marussia – + 1 tour
18. Pedro de la Rosa – HRT – + 1 tour
19. Narain Karthikeyan – HRT – + 1 tour
20. Mark Webber – Red Bull – + 2 tours
21. Nico Hülkenberg – Force India – + 3 tours
22. Sebastian Vettel – Red Bull – + 6 tours
NC. Jenson Button – McLaren
NC. Jean-Eric Vergne – Toro Rosso

Formule 1 2012 – Classement général – Meeting 13/20
1. Fernando Alonso – 179 points
2. Lewis Hamilton – 142
3. Kimi Räikkönen – 141
4. Sebastian Vettel – 140
5. Mark Webber – 132
6. Jenson Button – 101
7. Nico Rosberg – 83
8. Romain Grosjean – 76
9. Sergio Pérez – 65
10. Felipe Massa – 47
11. Michael Schumacher – 43
12. Kamui Kobayashi – 35
13. Paul di Resta – 32
14. Nico Hülkenberg – 31
15. Pastor Maldonado – 29
16. Bruno Senna – 25
17. Jean-Eric Vergne – 8
18. Daniel Ricciardo – 4
19. Heikki Kovalainen – 0
20. Vitaly Petrov – 0
21. Jérôme d’Ambrosio – 0
22. Timo Glock – 0
23. Charles Pic – 0
24. Narain Karthikeyan – 0
25. Pedro de la Rosa – 0

Formule 1 2012 – Classement constructeurs – Meeting 13/20
1. Red Bull – 272 points
2. McLaren – 243
3. Ferrari – 226
4. Lotus – 217
5. Mercedes – 126
6. Sauber – 100
7. Force India – 63
8. Williams – 54
9. Toro Rosso – 12
10. Caterham – 0
11. Marussia – 0
12. HRT – 0

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l’aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox