Accueil / F1 / Ecuries et pilotes / Course Singapour : Vettel se replace, Alonso joue l’épicier

Course Singapour : Vettel se replace, Alonso joue l’épicier

F1 -  GRAND PRIX OF SINGAPORE 2012

Sebastian Vettel a réalisé une belle opération en s’imposant sur le circuit de Singapour. Une revanche après une victoire qu’il avait laissé filé à Valence, sur un problème technique. Faisons le point sur les performances des différentes équipes sur cette manche singapourienne.

Red Bull

Une mauvaise qualification vous pénalise, ce qui est d’autant plus vrai sur un circuit urbain. Mark Webber a beau s’être élancé de la 7e position, il a dû traîner ce poids durant toute sa course. Reparti 20e après son premier arrêt – le premier arrêt hors incident au départ – Aussie Grit ne parvenait à rentrer dans les points à nouveau qu’en fin de course, pour le gain de la 10e place. Handicapant, lorsque vous êtes à la lutte pour le championnat !

Quant à Sebastian Vettel, son rythme des essais libres a été couronné de la victoire, acquise comme l’Allemand sait le faire. Comme en 2011, il s’impose donc lors de cette course de nuit. Il est même étonnant, en voyant une course contrôlée de cette manière, de se remémorer qu’il ne s’agit que de la troisième victoire du double-champion du monde cette saison. Jenson Button n’a jamais été en mesure de l’attraper, mais l’histoire ne dit pas si Lewis Hamilton ne l’aurait pas contée autrement… L’histoire n’oublie pas non plus un contentieux avec Button !

McLaren

Mais le conditionnel n’est pas la Formule 1, et Lewis Hamilton l’apprend une nouvelle fois aujourd’hui, au cas où cela n’était pas limpide pour le Britannique. Après une superbe séance de qualification, Hamilton a connu un problème, sa boîte de vitesses se bloquant au neutre. Fin de course immédiate, sans avoir commis d’erreur. L’un de ces moments qui rend le sport automobile aussi intense.

La course a été bonne pour Jenson Button, par contre, à l’image de la saison de McLaren : si une monoplace est là, l’autre moins. Et ce n’est jamais la même. Une course effectuée de la même manière que celle de Sebastian Vettel, finalement : gain d’une position au départ vis-à-vis de Pastor Maldonado, puis d’une autre lors de l’abandon de son coéquipier. Mais le destin de Button pourrait voir un imprévu pointer le bout de son nez. Un incident, apparemment anodin puisque sans conséquence au final, aurait pu mettre hors-course Sebastian Vettel et le Britannique. Sous le régime de la voiture de sécurité, alors que celle-ci s’apprêtait à libérer la meute, Button manque de foncer dans la Red Bull de l’Allemand. Il n’en fallait que très peu pour tout ruiner, mais l’enquête déterminera si des suites interviendront !

Ferrari

Les deux voitures sont dans les points, mais la course n’a été tranquille ni pour Fernando Alonso, ni pour Felipe Massa. Au jeu des stratégies, l’Espagnol devait construire son chemin rapidement pour perdre le moins de temps possible derrière des pilotes qui ne s’étaient pas arrêtés à certains moments-clés de la course.

Quant à Felipe Massa, de nombreux dépassements l’ont conduit au 8e rang, en sachant qu’une manœuvre malheureuse avec son compatriote Bruno Senna aurait pu virer à la catastrophe. C’était sans compter une maîtrise irréprochable du pilote Ferrari, pour que les deux pilotes puissent continuer leur chemin !

Force India

Le talent des pilotes Force India n’est plus un secret, ainsi l’écart entre les deux hommes à l’arrivée ne rend pas compte d’un écart de talent. Commençons par un sujet agréable : Paul di Resta signe une nouvelle fois un beau résultat avec la 4e place finale. Non sans péripéties, avec un Sergio Perez déchaîné qui le heurtait vers la fin de course. Avec le 7e meilleur tour en course, la performance est solide de bout en bout.

Que dire de Nico Hülkenberg, dans cette perspective, lui qui a décroché le meilleur tour en course ? Bien entendu, la stratégie et les pneus Pirelli rendent cette statistique dérisoire. Mais sans le contact malheureux avec Kamui Kobayashi, pour lequel il ne pouvait rien, qui a provoqué une crevaison, il aurait pu espérer marquer quelques points.

Mercedes

Un schéma classique vis-à-vis du début de saison. Nico Rosberg a une nouvelle fois pris de bons points, tandis que Michael Schumacher se retrouvait dans un scénario similaire à celui de 2011, où, en sur-vitesse, il avait harponné Bruno Senna.

Revenons à 2012. Nico Rosberg prenait d’entrée de jeu l’ascendant sur son coéquipier, puis l’Allemand devait rallier l’arrivée et gagner quelques places. Pari tenu. Concernant Michael Schumacher, le début de course, malgré la place concédée, n’était pas si négatif. Mais, avec des freins non adaptés au freinage qu’il devait aborder, Schumacher n’a pas été en mesure d’éviter Jean-Eric Vergne et de ruiner la course des deux hommes, alors que le pilote Toro Rosso se tenait dans les points. Même accident qu’à Singapour en 2011 face à Bruno Senna, à quelques paramètres près. Quoi qu’il en soit, cela ne redore pas son blason sur ce terrain des erreurs causant des abandons !

Par ailleurs, l’Allemand écope de 10 places de pénalité sur la grille de la prochaine course à Suzuka suite à l’incident.

Lotus

Les Lotus n’étaient pas assez rapides, et leur résultat le démontre. Une consigne à peine déguisée permet à Kimi Räikkönen de terminer devant Romain Grosjean. Pourtant, les deux hommes luttaient âprement tout au long de la course. Grosjean est resté à l’écart des ennuis, de bon augure tant les observateurs pouvaient l’attendre au tournant.

Dans une course aussi longue, avec des neutralisations relançant les débats à plusieurs reprises, difficile d’espérer de meilleurs résultats, mais cela n’est pas possible pour la lutte pour le titre. Entre rêve et réalité, Lotus se doit de trouver un équilibre pour gagner en sérénité et continuer à se battre pour les meilleures places possibles, dans un milieu on ne peut plus concurrentiel. La route est encore longue.

Toro Rosso

Une solide performance, de longue haleine pour Daniel Ricciardo, qui prend deux nouveaux points. Dommage pour Toro Rosso, la fête aurait pu être belle si la course de Jean-Eric Vergne n’avait pas été ruinée par un septuple champion du monde fautif.

Les deux pilotes ont une nouvelle fois rempli le contrat, et il sera difficile pour Toro Rosso de trancher entre ces deux talents, lorsque ce temps viendra. D’ici là, les deux pilotes ne semblent pas décidés à se départager, tant leurs performances semblent similaires !

Sauber

Une nouvelle fois, les pilotes Sauber ont démontré qu’ils étaient en rage sur la piste ! Des incidents ici et là, et un seul point à l’arrivée pour Perez, sur tapis vert, suite à la pénalité infligée à Mark Webber après-course. Mais les deux pilotes ont chacun progressé dans la hiérarchie, aidés cela dit par les multiples abandons et faits de course. Toujours est-il que cela ne peut suffire à ce niveau de la compétition, à l’heure où le marché des transferts bat son plein !

Marussia

Voici une équipe ravie à la suite de ce Grand Prix ! La 12e place de Timo Glock au classement fait passer l’équipe russe devant Caterham. Malgré sa pénalité, Charles Pic conserve sa 16e position, les écarts étant trop grands pour être lourdement sanctionné, d’où l’idée de le pénaliser autrement en l’impliquant dans les activités de la FIA en rapport avec la sécurité routière.

Caterham

Le départ aura donc tout gâché, et la suite de la course n’a rien arrangé. Les Caterham se sont retrouvées très proches, Vitaly Petrov admettant avoir heurté Felipe Massa, tandis que Heikki Kovalainen faisait part à sa radio d’avoir heurté son coéquipier.

Du coup, le Russe se retrouvait loin, puis connaissait une interruption de course de quelques tours avant de repartir et terminer dernier de la course. Quant à Kovalainen, il sombrait dans le classement après les interventions de la voiture de sécurité après avoir choisi en accord avec son équipe de ne pas s’arrêter. Il terminait devant la Marussia de Pic à l’arrivée.

HRT

Pedro de la Rosa a rallié l’arrivée, tandis que Narain Karthikeyan a provoqué la sortie de la première voiture de sécurité en heurtant le mur. Avec la 17e place, l’Espagnol égale son meilleur résultat de la saison, mais cela est dû aux abandons, le seul espoir pour les petites équipes de figurer plus haut.

Au championnat, Fernando Alonso conforte son avance au championnat, aidé bien entendu par l’abandon de Lewis Hamilton, mais également par ses talents dans la gestion d’un championnat. Cela ne l’exempte cependant pas de pépins à venir, ce qui le fait pousser son équipe à continuer à fournir les efforts adéquats pour se battre le plus haut possible au sein de la hiérarchie. La prochaine course se tiendra à Suzuka le 7 octobre prochain.

Formule 1 2012 – Singapour – Course
1. Sebastian Vettel – Red Bull – 59 tours
2. Jenson Button – McLaren – +8.959s
3. Fernando Alonso – Ferrari – +15.227s
4. Paul di Resta – Force India – +19.063s
5. Nico Rosberg – Mercedes – +34.759s
6. Kimi Räikkönen – Lotus – +35.7s
7. Romain Grosjean – Lotus – +36.6s
8. Felipe Massa – Ferrari – +42.8s
9. Daniel Ricciardo – Toro Rosso – +45.8s
10. Sergio Perez – Sauber – +50.6s
11. Mark Webber* – Red Bull – +1m07.1s
12. Timo Glock – Marussia – +1m31.9s
13. Kamui Kobayashi – Sauber – +1m37.1s
14. Nico Hülkenberg – Force India – +1m39.4s
15. Heikki Kovalainen – Caterham – +1m47.9s
16. Charles Pic* – Marussia – +2m12.8s
17. Pedro de la Rosa – HRT – + 1 tour
18. Bruno Senna – Williams – + 2 tours
19. Vitaly Petrov – Caterham – + 2 tours
NC. Jean-Eric Vergne – Toro Rosso
NC. Michael Schumacher – Mercedes
NC. Pastor Maldonado – Williams
NC. Narain Karthikeyan – HRT
NC. Lewis Hamilton – McLaren

*20 secondes de pénalité ajoutées au temps final

Formule 1 2012 – Classement pilotes – Meeting 14/20
1. Fernando Alonso – 194 points
2. Sebastian Vettel – 165
3. Kimi Räikkönen – 149
4. Lewis Hamilton – 142
5. Mark Webber – 132
6. Jenson Button – 119
7. Nico Rosberg – 93
8. Romain Grosjean – 82
9. Sergio Perez – 66
10. Felipe Massa – 51
11. Paul di Resta – 44
12. Michael Schumacher – 43
13. Kamui Kobayashi – 35
14. Nico Hülkenberg – 31
15. Pastor Maldonado – 29
16. Bruno Senna – 25
17. Jean-Eric Vergne – 8
18. Daniel Ricciardo – 6
19. Timo Glock – 0
20. Heikki Kovalainen – 0
21. Vitaly Petrov – 0
22. Jérôme d’Ambrosio – 0
23. Charles Pic – 0
24. Narain Karthikeyan – 0
25. Pedro de la Rosa – 0

Formule 1 2012 – Classement constructeurs – Meeting 14/20
1. Red Bull – 297 points
2. McLaren – 261
3. Ferrari – 245
4. Lotus – 231
5. Mercedes – 136
6. Sauber – 101
7. Force India – 75
8. Williams – 54
9. Toro Rosso – 14
10. Marussia – 0
11. Caterham – 0
12. HRT – 0

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l’aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox