Accueil / F1 / Circuits / F1 – 10 informations futiles sur le Grand Prix du Bahreïn
Mark Webber 2013 Formule 1 Sakhir
En 2013, on célébrait le 200e GP de Mark Webber | © Red Bull Content Pool

F1 – 10 informations futiles sur le Grand Prix du Bahreïn

Nouveauté pour 2014 sur ChequeredFlags.fr, nous vous proposons désormais chaque mercredi avant les Grands Prix une preview composée de dix informations futiles. Histoire de briller en société.

1 – Le vainqueur à Bahreïn n’a pas le droit au champagne, mais à une boisson spécialement créée pour l’occasion. Si les boissons alcoolisées sont légales dans le Royaume, les officiels y ont préféré la boisson Warrd, mélange de grenades et trinj locales avec de l’eau de rose gazéifiée. Un ensemble loin de faire l’unanimité.

Kimi Räikkönen 2012 Formule 1 Sakhir

© Lorenzo Bellanca/LAT Photographic

2 – De nombreux pays luttaient pour le projet de Grand Prix dans le Golfe Persique. L’Egypte, les Emirats Arabes Unis et le Liban étaient également sur le coup au début des années 2000. Abu Dhabi attendra finalement la saison 2009, cinq ans après Bahreïn, pour obtenir sa manche, tandis que le climat dégradé en Egypte et au Liban font finalement passer les manifestations de Bahreïn pour du petit lait.

3 – En neuf éditions à travers dix années, seules quatre nationalités se sont imposées à Bahreïn. Fernando Alonso est le seul à avoir obtenu trois victoires, contre deux à Sebastian Vettel et Felipe Massa, et une à Jenson Button et Michael Schumacher.

Fernando Alonso 2006 Formule 1 Sakhir

© Lorenzo Bellanca/LAT Photographic

4 – La toute première édition du Formula BMW World Final, ersatz de Formula Ford Festival du constructeur bavarois, a eu lieu à Sakhir. Anonyme treizième du championnat allemand, Marco Holzer obtenait une victoire surprise après une pénalité post-course infligée à Nico Hülkenberg, finalement troisième, entre Sébastien Buemi et Sam Bird.

5 – Une course alignant des stars a eu lieu en support du Grand Prix en 2006. On retrouvait parmi les engagés Steve Redgrave, quintuple médaillé olympique en aviron, la légende du sprint Michael Johnson, les musiciens Jay Kay (Jamiroquai) Nick Mason (Pink Floyd), John Legend, Rick Parfitt (Status Quo) et Anoushka ainsi que la journaliste Emma Parker Bowles. Oui, la nièce de Camilla, la femme du Prince Charles. Au volant de Chevrolet V8 SS Luminas, les participants étaient accompagnés de pilotes professionnels tels que Martin Brundle, Johnny Herbert, Christian Danner et Narain Karthikeyan qui prenaient le volant lors des cinq premiers tours sur les dix que comptaient chaque course. Le duo composé de Steve Redgrave et Garth Tander allait s’imposer devant Nick Mason, Martin Brundle et Ragheb Alama-Christian Danner.

6 – Suite aux manifestations contre le gouvernement local, l’annulation des deux meetings prévus lors de la saison 2011 de GP2 Asia Series a mené les organisateurs à effectuer une nouvelle manche à Imola. L’Italie a ainsi accueilli une série originellement dédiée à l’Asie. Romain Grosjean et Dani Clos s’y imposaient, permettant au Français de remporter le titre avant de s’imposer dans la saison « européenne ».

Romain Grosjean 2011 GP2 Asia Sakhir

© Alastair Staley/GP2 Media Service

7 – Le vainqueur n’est jamais parti plus loin que la deuxième ligne sur la grille de départ. Et fait assez rare, plus de pilotes ont gagné le Grand Prix de Bahreïn en étant parti de la quatrième place qu’en partant de la troisième. Alonso (2006) et Button (2009) disposent donc de la plus grande « remontée » vers la victoire sur ce circuit. En revanche, toujours en 2006, Kimi Räikkönen avait remonté dix-neuf positions pour monter sur le podium.

8 – Sur le Bahrain International Circuit, Robert Kubica a obtenu la seule pole position de sa carrière, la première d’un Polonais en Formule 1. Il s’agissait également de la première et dernière pole position de l’équipe BMW Sauber, ainsi que la dernière pole d’un moteur BMW pour l’heure. Robert Kubica avouera à demi-mots plus tard que surpris, les responsables de l’équipe lui avaient demandé de ne pas trop pousser pour la victoire afin que le board du constructeur ne s’enflamme pas à demander des objectifs irréalisables. BMW se retirait de la F1 à la fin de l’année suivante. Tout ça pour ça…

Robert Kubica 2008 Formule 1 Sakhir

© BMW AG

9 – Le Grand Prix de Bahreïn 2011 aurait dû être le premier à se dérouler avec des pneus Pirelli depuis le Grand Prix d’Australie 1991. Annulés et reportés à l’Australie deux semaines plus tard, le manufacturier italien voyait Sebastian Vettel et Red Bull Renault s’imposer avec leurs gommes. L’Allemand remportait l’édition 2012, la première de cette saison à se dérouler dans des conditions sèches et très chaudes. Vingt-et-un ans auparavant, seuls Tyrrell, Brabham, Benetton et la Scuderia Italia utilisaient des pneus Pirello.

10 – On y a vu le plus beau départ de Jean Alesi. Malheureusement hors règles. Quand la réalité rattrape la caricature, à fond à fond à fond.

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l'affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox