Accueil / F1 / Business / F1 – Bernie Ecclestone en quête de bonnes affaires
Mercedes F1 2014 Bahreïn
Bahreïn opte pour le nocturne - © Mercedes AMG

F1 – Bernie Ecclestone en quête de bonnes affaires

Les différents circuits aptes à accueillir la Formule 1 font l’actualité ces derniers jours. Avec une concurrence aussi rude, l’œil non aguerri peut se dire qu’en coulisses, on actionne la roue de la fortune. Ce scénario, sous fond de géopolitique, nous invite au voyage…

Le Grand Prix de France revient sous forme d’échos. Aujourd’hui, Magny-Cours et son projet difficilement réalisable avec l’argent public sont remis sur la table. Bernie Ecclestone en a parlé dans Racer. Il s’est aussi livré au Daily Mail sur le possible Grand Prix d’Azerbaïdjan, à Bakou.

Toujours la même histoire ? Le soap opera en action nous amène l’un des parrains dans l’affaire, le très avisé Flavio Briatore. Pour l’Azerbaïdjan, les aficionados de l’Eurovision et/ou de certaines compétitions automobiles savent que le pays veut se créer une aura internationale, et quoi de mieux qu’un championnat du monde de la compétition monoplace la plus prestigieuse pour ce faire ?

Des heureux potentiels font aussi des laissés pour compte. Le Grand Prix d’Inde rendrait l’affaire corsée, tant pis pour le Buddh International Circuit. Le Grand Prix de Russie, pour lequel on s’interroge sur les délais et le climat politique ambiant, est étroitement lié à l’arrivée de Bakou. Des projets intéressants, comme l’Argentine, le Mexique, le New Jersey, ont aussi été cités lors des dernières années, à plusieurs reprises même.

Les véritables enjeux se jouent autour de la durée des contrats. Les circuits ne veulent pas vivre les mêmes mésaventures que la Corée ou le Grand Prix d’Europe sur le tracé urbain de Valence. Ils veulent du durable, pour prétendre à une aura historique comme ce que Monza et Silverstone ont réussi à se garantir. Seule question pour les candidats et circuits hôtes de Grands Prix : les finances suivront-elles ?

Les destinations historiques ont encore une part importante dans l’affaire et les plus prestigieuses sont encore couvées. Dans le même temps, trop de Grands Prix serait trop lourd à supporter pour les équipes et différents personnels impliqués dans le sport. A l’heure actuelle, et comme toujours en coulisses, les tractations sont en cours. Il faut en déduire que la Formule 1 continue d’être attractive – et pour le sport, le lieu importe bien moins que des facteurs comme la pérennité des projets ou l’exigence incontournable de sécurité en piste.

Les circuits hôtes sur les moyen et long-terme ne sont par ailleurs pas les seuls points cruciaux. Une priorité permanente est d’attirer de nouveaux pilotes talentueux à travers des parcours en formules de promotion optimisés – là, c’est le justicier Gerhard Berger qui est aux commandes. Bien sûr, la réduction des coûts a aussi sa place dans un débat plutôt houleux. Sans oublier le facteur environnemental, qui, en dépit de la création de la Formula E, est aussi un enjeu majeur pour le futur du sport.

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l’aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox