Accueil / F1 / Business / F1 – Emirates devient partenaire du sport

F1 – Emirates devient partenaire du sport

Fly Emirates sponsor de la F1 de 2013 à 2017

Bernie Ecclestone a signé aujourd’hui un contrat de sponsoring global avec Emirates, d’une valeur de 125 millions de livres (140 à 150 millions d’euro) sur cinq ans, permettant à la compagnie aérienne de s’afficher sur les ponts, en bords de piste et dans le paddock sur 15 courses cette saison, à partir du Grand Prix de Malaisie, l’ouverture en Australie étant soutenue par Qantas, rivale d’Emirates.

Le président d’Emirates, le Sheikh Ahmed bin Saeed al-Maktoum a annoncé un accord de 6,35 millions de livres par an (soit entre 7 et 8 millions d’euro) mais les autres estimations se montrent plus élevées. L’histoire ne dit pas si Bernie Ecclestone a obtenu un effet collatéral sur le deal, à savoir l’acheminement et le frêt du F1 Circus, qui aurait permis à Emirates de baisser la note.

Après s’être focalisée sur le football à travers le sponsoring maillot (Milan AC, PSG, Arsenal) et le naming de stade (l’Emirates Stadium de Londres), la compagnie aérienne a choisi la F1 dans sa stratégie visant à battre ses concurrentes régionales, avec en première ligne Etihad, la compagnie aérienne nationale des Emirats Arabes Unis lorsque Emirates est le fer de lance de l’Emirat du Qatar, un émirat appartenant aux Emirats Arabes Unis. Ainsi, le Grand Prix d’Abou Dabi, soutenu habituellement par Etihad, ne rentre pas dans le cadre de l’accord, expliquant la présence sur 15 des 19 courses de la saison 2013 (tout comme Qantas en Australie comme précisé ci-dessus, ou Gulf Air à Bahreïn).

Ce ne sera pas la première apparition d’Emirates en F1, la marque étant apparue en 2006 sur les McLaren avant de repartir aussi vite, tout comme Etihad avec Spyker/Force India l’année suivante puis Ferrari plus récemment.

L’accord, qui porte sur cinq saisons, montre que la Formule 1 continue d’être attractive envers les entreprises d’envergure mondiale. Après Rolex qui remplacera LG et Hublot, ces accords se font-ils au détriment des équipes ? Le parallèle entre les difficultés des écuries à trouver des sponsors face à l’augmentation des affaires de sponsoring du package Formule 1 est troublant, même si l’arrivée de Blackberry chez Mercedes pour trois ans tend à relativiser les choses, un porte-parole ayant déclaré que la F1 était le premier choix de Blackberry, une entreprise canadienne. Les temps changent…

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l’affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox