Accueil / F1 / F1 – Entre le permis à point pour 2014 et les pneus Pirelli

F1 – Entre le permis à point pour 2014 et les pneus Pirelli

F1 - BRITISH GRAND PRIX 2013

La Formule 1 a pu se réjouir de connaître un Grand Prix de Grande-Bretagne spectaculaire, avec un lourd bémol toutefois. Les quatre pneus détruits en course ont requis une décision urgente, alors que la F1 fait déjà cap sur 2014.

Que faire pour éradiquer les délaminations des Pirelli ?

Jean Todt, président de la FIA, a convoqué Paris mercredi prochain pour une rencontre d’urgence. Des solutions devront y émerger, la sécurité primant. Jean-Eric Vergne faisait part de ses craintes quant à l’attente d’une délamination débouchant sur un accident plus grave. Une crainte partagée sans aucun doute par tous les acteurs et qui requiert une action rapide.

Le pinacle du sport automobile ne peut se satisfaire d’un tel spectacle et doit agir avant le prochain Grand Prix, qui se tient à une semaine d’intervalle. Peu de marge de manœuvre est donc disponible. Les équipes risquent cependant d’être plus disposées à se mettre d’accord, leur désaccord ayant déjà retardé l’arrivée de nouveaux pneus Pirelli.

L’histoire aurait pu aller loin sur un autre plan, les essais de Pirelli et Mercedes ayant été récemment jugés, déjà à Paris, par le Tribunal International.

Le permis à points : l’affaire est conclue pour 2014

Sur un autre registre, les pilotes disposeront dès l’an prochain d’un permis à points. Les récidivistes seront les plus à même de recevoir une sanction lourde : 12 points écopés rimeront ainsi avec obligation de rester à pied lors de l’épreuve suivante. Un destin que Romain Grosjean avait connu à Spa-Francorchamps en 2012, des suites de nombreux incidents de la sorte et de l’implication de plusieurs pilotes de pointe. Or, aucune règle du type permis à points n’existait alors, ce qui laissait encore une certaine marge de manœuvre.

Les autres décisions du Conseil mondial à Goodwood

Dans la même lignée, plusieurs décisions ont été prises, la première concernant les mécaniciens affairés autour d’une monoplace lors d’un arrêt aux stands en course. Ils devront obligatoirement porter une protection à la tête.

Du côté des pneus, un train de pneus supplémentaire sera alloué le vendredi matin pendant la première demi-heure, celle qui occasionne généralement le moins de roulage. A voir si, en cas de piste séchante, cette demi-heure pourra se moduler. Par ailleurs, des essais pourront être réalisés dès janvier 2014, une décision liée à l’arrivée de nouveaux types de moteurs.

Un seul moteur pourra être homologué dans le futur cycle des moteurs V6 turbo, qui court entre 2014 et 2020. Des changements seront cependant possibles pour certains critères, comme la fiabilité, l’installation ou les coupes budgétaires. Du côté des boîtes de vitesses, elles devront rester inchangées pendant 6 courses d’affilée sous peine de recevoir une pénalité sur la grille, soit une de plus qu’aujourd’hui.

La réduction des coûts est donc la priorité, d’où une décision sur la réduction drastique de travail sur la CFD et en soufflerie. Plus qu’une réduction budgétaire, cette décision espère aboutir à une collaboration entre plusieurs équipes au sein des mêmes infrastructures, comme ce que les petites équipes font aujourd’hui.

Le maximum d’équipes qui pourront disposer des services du même manufacturier moteur seront de 4. Cette décision fait suite à la demande de Mercedes.

Pour continuer de clarifier les avantages gagnés hors-piste, une procédure permettra à un pilote de redonner tout avantage hors-piste. A noter que, comme déjà stipulé, cinq moteurs devront être utilisés par saison. Une fois ce seuil dépassé pour le changement du bloc complet, c’est depuis la voie des stands que le pilote devra partir ! En revanche, une partie du moteur changée au-delà de ce seuil résultera sur une pénalité de 10 places sur la grille de départ.

La quantité d’essence embarquée en course ne pourra pas dépasser 100 kilos, ce qui obligera le moteur à être moins gourmand en consommation. Enfin, l’allée des stands sera désormais limitée à 80 km/h pour l’ensemble du Grand Prix, à l’exception de Melbourne, Monaco et Singapour où cette limite sera de 60 km/h.

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l’aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

Un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox