Accueil / F1 / Ecuries et pilotes / F1 – Fernando Alonso renoue avec la victoire en Chine

F1 – Fernando Alonso renoue avec la victoire en Chine

Fernando Alonso 2012 Formule 1 Spa-Francorchamps

Le Grand Prix de Chine a été le premier de la saison 2013 de Formule 1 disputé sans la menace de la pluie. Si Lewis Hamilton est parti en pole position, c’est Fernando Alonso qui s’est imposé, donnant un podium résumant la lutte pour le championnat 2007 avec Kimi Räikkönen, 2e au départ et 2e à l’arrivée devant la Mercedes.

La course a été l’occasion de voir une hiérarchie se dessiner dans certaines équipes. Faisons ainsi le point sur chaque équipe à l’issue de ce troisième Grand Prix.

Ferrari – Alonso 1er, Felipe Massa 6e

Ils étaient partis sur des chapeaux de roues : les pilotes Ferrari ont tous deux pris un excellent envol, Fernando Alonso prenant la tête de la course devant son coéquipier Felipe Massa au bout de quelques tours. Au fil de la stratégie et des arrêts aux stands, Felipe Massa a décroché de la tête, se retrouvant dans le mou du peloton et concédant 40 secondes à l’arrivée.

La victoire d’Alonso ne fait pas oublier son premier joker grillé en Malaisie, qu’il regrettera peut-être d’ici à la fin de saison.

Lotus – Räikkönen 2e, Grosjean 9e

Lotus a connu la même situation que Ferrari : le leader de l’équipe, le champion du monde Kimi Räikkönen, a terminé au même rang que sa position de départ. Malgré un départ raté qui a vu les deux Ferrari le déborder et une altercation avec Sergio Perez qui a endommagé son aileron, le Finlandais a su conserver un bon rythme et terminer à la meilleure place que sa monture le lui permettait.

Romain Grosjean était remonté 5e, juste derrière son coéquipier au départ. Or, c’est lors des différents arrêts aux stands et relais de course que le Français a pris pied, à la même manière que Felipe Massa chez Ferrari. La hiérarchie se dessine-t-elle aussi chez Lotus ?

Mercedes – Hamilton 3e, Rosberg abandon

Le poleman Lewis Hamilton a perdu la tête assez rapidement malgré un bon départ. Son rythme de course a été conditionné par la gestion des pneumatiques, mais pour le Britannique, la Mercedes se porte bien mieux que l’an passé. Même si, bien sûr, Nico Rosberg s’était imposé en survolant la course l’an passé, en une exception à la règle plutôt qu’une constante.

L’Allemand a été dans l’ombre de son coéquipier tout au long du week-end, hormis le vendredi en essais. Pour empirer le tout, un abandon sur problème mécanique a écourté sa course. Tout n’est pas parfait, mais l’écurie allemande se rapproche des étoiles…

Red Bull – Vettel 4e, Webber abandon

Cela ne s’arrange pas dans l’équipe championne du monde, qui n’était pas la plus rapide aujourd’hui. Mark Webber a connu un week-end cauchemardesque : après un départ depuis la voie des stands en raison d’une disqualification sur problème d’essence samedi, l’Australien s’est fait accrocher par la Toro Rosso de Jean-Eric Vergne. Un arrêt au stand et un aileron changé plus tard, Webber a vu sa roue se détacher de sa monture et traverser la piste, l’obligeant à renoncer au tour suivant. Pour ne rien arranger, il écope également de trois places de pénalité sur la grille de départ du prochain Grand Prix pour son altercation avec le Français.

Quant à Sebastian Vettel, il a fait le travail en composant avec une monture de pointe qui ne pouvait rivaliser avec la tête. Une course sans histoire particulière, avec une stratégie décalée et des pneus tendres chaussés en fin de course. Il n’a manqué le podium de quelques secondes, mais rien ne dit que Lewis Hamilton n’ait pu opposer une résistance supplémentaire.

McLaren – Button 5e, Perez 11e

Sans Lewis Hamilton, point de coup d’éclats ! McLaren a vu Jenson Button terminer en 5e place, ce que vaut la monture de l’écurie de Woking. Sergio Perez termine hors des points. Non pénalisé pour sa manœuvre sur Räikkönen, une nouvelle fois limite, le Mexicain peine à avoir la carrure d’un pilote de pointe.

Mais l’équipe est encore en progrès, après des mauvais choix entrepris en intersaison. Chacun est libre de laisser le bénéfice du doute à l’équipe et ses pilotes, ou de déplorer l’absence de leader charismatique. Button a fait ce qu’il savait faire, à savoir gérer ses pneumatiques de manière optimale et réaliser un arrêt de moins.

Toro Rosso – Ricciardo 7e, Vergne 12e

L’équipe italienne a connu des hauts et des bas ce week-end. Après une qualification manquée de Jean-Eric Vergne et très bien négociée par Daniel Ricciardo, atteignant Q3, les deux pilotes ont tâché de garder le rythme.

Si l’Australien avait pu décevoir les Grand Prix précédents, il a vite fait oublier cela en conservant sa 7e place du départ. Une prouesse que Vergne aurait bien voulu réaliser, mais en se retrouvant impliqué dans un incident de course avec Mark Webber et en composant avec une qualification ratée, il n’a pu que limiter les dégâts. Résultat : 5 points d’avance pour Ricciardo, alors que Vergne avait été globalement meilleur en course en 2012.

Le duel interne risque de continuer d’être explosif !

Force India – di Resta 8e, Sutil abandon

Difficile de comparer la course des pilotes de Force India. Récolte-t-on ce que l’on sème ? Adrian Sutil, en poussant son coéquipier dans l’herbe en début de course, ne s’attendait pas à ce que la Sauber d’Esteban Gutiérrez rate son freinage et vienne détruire son aileron arrière, provoquant par la même occasion un incendie sur la monoplace indienne.

Paul di Resta a sauvé les meubles et dispose désormais de deux points d’avance sur son coéquipier allemand. Une course rythmée, comme pour beaucoup d’autres, par les relais et les arrêts aux stands nombreux.

Sauber – Hülkenberg 10e, Gutiérrez abandon

Nico Hülkenberg a souvent été en tête du Grand Prix, à la faveur d’une stratégie basée sur un début de course en pneus medium. Aux stands, son équipe lui a fait perdre de précieux dixièmes mais il est tout de même parvenu à sauver un petit point. L’avenir dira si l’Allemand a fait le bon choix en passant chez les Suisses.

Esteban Gutiérrez dans ses œuvres  ou comment une erreur de débutant classique ruine la course de deux pilotes. Sans se chercher de prétexte, il s’est vite excusé. C’est le métier qui rentre, mais une pénalité de cinq places sur la grille au prochain Grand Prix influencera sa prochaine course au Bahreïn.

Williams – Bottas 13e, Maldonado 14e

Si les deux monoplaces rallient l’arrivée, il s’en est fallu de peu pour qu’elles concèdent un tour au leader. La monoplace 2013 de Grove est mal née, ce qui bloque le compteur de Valtteri Bottas et de Pastor Maldonado au point mort.

Le débutant devance son coéquipier d’un peu plus d’une seconde, signe que la Williams conditionne d’entrée de jeu leur résultat à l’arrivée. L’époque de 2012 et de la victoire du Vénézuélien semble déjà lointaine.

Marussia – Bianchi 15e, Chilton 17e

Encore une fois, Jules Bianchi gagne la bataille des petites équipes, qui terminent toutes dans le même tour aujourd’hui. Max Chilton trône à la dernière place du championnat, tandis que Bianchi devance les autres pilotes des petites équipes et Maldonado, qui concède deux abandons en trois courses.

Caterham – Pic 16e, van der Garde 18e

Là encore, le scénario est classique : le Français Charles Pic termine devant le Néerlandais Giedo van der Garde. Caterham concède encore une défaite contre Marussia, l’équipe de Leafield devant redoubler d’efforts pour retrouver son leadership d’antan dans le bas de tableau.

Combien de temps encore pourra durer une telle stagnation, alors que des signes prometteurs comme la présence de Renault et une restructuration récente semblaient aller dans le bon sens ? Egalement, Marussia n’a pas chômé et a Pat Symonds dans ses rangs, il ne faut pas l’oublier.

Bilan

Au championnat, Sebastian Vettel conserve la tête, trois petits points devant Kimi Räikkönen. Six longueurs derrière, on retrouve Fernando Alonso devant un Lewis Hamilton qui a eu du flair en changeant d’équipe, même si tout le monde lui prédisait une année dans l’ombre ! L’enquête sur l’utilisation du DRS sous drapeau jaune qui concernait une poignée de pilotes n’a pas abouti à de sanction, les classements restent donc identiques.

Pas de répit pour les hommes et les machines : elles reprendront du service dès la semaine prochaine au Bahreïn, le week-end du 21 avril.

Formule 1 2013 – Classement course – Shanghai
Pos Pilote Equipe Tours/Ecart
1 Fernando Alonso Ferrari 56
2 Kimi Räikkönen Lotus +10.168s
3 Lewis Hamilton Mercedes +12.322s
4 Sebastian Vettel Red Bull +12.525s
5 Jenson Button McLaren +35.285s
6 Felipe Massa Ferrari +40.827s
7 Daniel Ricciardo Toro Rosso +42.691s
8 Paul di Resta Force India +51.084s
9 Romain Grosjean Lotus +53.423s
10 Nico Hulkenberg Sauber +56.598s
11 Sergio Perez McLaren +1m03.860s
12 Jean-Eric Vergne Toro Rosso +1m12.604s
13 Valtteri Bottas Williams +1m33.861s
14 Pastor Maldonado Williams +1m35.453s
15 Jules Bianchi Marussia + 1 tour
16 Charles Pic Caterham + 1 tour
17 Max Chilton Marussia + 1 tour
18 Giedo van der Garde Caterham + 1 tour
NC Nico Rosberg Mercedes + 35 tours
NC Mark Webber Red Bull + 41 tours
NC Adrian Sutil Force India + 51 tours
NC Esteban Gutierrez Sauber + 52 tours

 

F1 2013 – Championnat pilotes – Grand Prix 3/19
Pos Pilote Equipe Points
1 Sebastian Vettel Red Bull 52
2 Kimi Räikkönen Lotus 49
3 Fernando Alonso Ferrari 43
4 Lewis Hamilton Mercedes 40
5 Felipe Massa Ferrari 30
6 Mark Webber Red Bull 26
7 Nico Rosberg Mercedes 12
8 Jenson Button McLaren 12
9 Romain Grosjean Lotus 11
10 Paul di Resta Force India 8
11 Daniel Ricciardo Toro Rosso 6
12 Adrian Sutil Force India 6
13 Nico Hulkenberg Sauber 5
14 Sergio Perez McLaren 2
15 Jean-Eric Vergne Toro Rosso 1
16 Valtteri Bottas Williams 0
17 Esteban Gutierrez Sauber 0
18 Jules Bianchi Marussia 0
19 Charles Pic Caterham 0
20 Pastor Maldonado Williams 0
21 Giedo van der Garde Caterham 0
22 Max Chilton Marussia 0

 

F1 2013 – Classement constructeurs – Grand Prix 3/19
Pos Equipe Points
1 Red Bull 78
2 Ferrari 73
3 Lotus 60
4 Mercedes 52
5 McLaren 14
6 Force India 14
7 Toro Rosso 7
8 Sauber 5
9 Williams 0
10 Marussia 0
11 Caterham 0

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l’aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox