Accueil / F1 / Ecuries et pilotes / F1 – La nouvelle McLaren MP4/28 de 2013 dévoilée

F1 – La nouvelle McLaren MP4/28 de 2013 dévoilée

McLaren Mercedes MP4-28 F1 2013

Après Lotus il y a quelques jours, McLaren est la seconde équipe à présenter sa monture pour la saison 2013 de Formule 1.

La nouvelle McLaren MP4/28 a pour but de conserver, voire d’améliorer, la vitesse de pointe de la monoplace 2012 tout en améliorant sa fiabilité, assez aléatoire l’an passé. L’objectif est de prendre un nouveau titre pilote depuis Lewis Hamilton en 2008 et un premier titre constructeur depuis 1998, du temps de Mika Hakkinen et David Coulthard.

Au niveau aérodynamique, le nez ne possède toujours pas de marche et reste assez gracieux malgré une position plus haute que l’an passé. Les pontons sont légèrement retravaillés de manière à utiliser pleinement le Coanda et ses artifices. De légères modifications sont également à noter dans le dessin du capot et les dérives d’aileron arrière. Dans l’ensemble, la monoplace reste dans la continuité de l’an passé, qui était déjà dans la continuité de celle de 2011. Symbole d’un règlement n’évoluant que peu et donc loin de la « révolution » tant vendue par l’équipe.

Sans Lewis Hamilton, McLaren connaitra sa première saison sans le champion du monde 2008 depuis 2007. La structure de Ron Dennis ne se révèle toutefois pas inquiète quant aux capacités de Sergio Pérez à se mettre rapidement dans le bain. Du côté de Jenson Button, sa nouvelle position de leader dans la continuité le place face à de nouvelles responsabilités. Le doyen du plateau en nombre de saisons aura fort à faire pour tirer l’équipe vers le haut mais aussi pour contenir les dents longues du Mexicain.

Chez les pilotes essayeurs, Oliver Turvey et Gary Paffett restent en service. Kevin Magnussen devrait également voir son rôle augmenter au cours de la saison si sa campagne en Formule Renault 3.5 est de bonne facture. Dans l’ensemble toutefois, le plus gros point d’interrogation sera en la capacité de Button et Pérez à mener la McLaren au sommet. Si le Britannique l’a montré par le passé, son côté aléatoire pose des questions. Quant au Mexicain, son intégration dans un top team sera intéressante, Ferrari ne l’ayant pas recruté estimant qu’il n’avait pas (encore) les épaules pour le faire. Sergio Pérez va donc essayer de les faire mentir, en espérant que sa fin de saison 2012 n’était qu’un accident.

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l'affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox