Accueil / F1 / Ecuries et pilotes / F1 – Marussia F1 Team recrute Luiz Razia

F1 – Marussia F1 Team recrute Luiz Razia

Luiz Razia GP2 2012 Silverstone

MAJ 01/03/2013 – Cette actualité est obsolète depuis l’éviction du Brésilien en faveur de Jules Bianchi.

Le Brésilien Luiz Razia sera le coéquipier de Max Chilton chez Marussia F1 Team pour la saison 2013 de Formule 1.

Dix jours après avoir annoncé se séparer de Timo Glock par accord mutuel, le remplaçant de l’Allemand est dorénavant connu et c’est le vice-champion 2012 des GP2 Series qui a été retenu.

A 24 ans le 4 avril prochain, Luiz Razia a fait ses débuts en 2005 au Brésil. Il se classe 13ème en Formule Renault 2.0 locale et 6ème en F3 Sud-américaine. Il redouble en F3 lors de la saison 2006 et remporte le titre, tout en faisant ses débuts en Europe avec Charouz Racing, remportant les trois dernières courses de la saison en autant de participations.

Le championnat devient l’International Formula Masters mais le Brésilien ne revient pas, il préfère aller en Euroseries 3000, l’ancêtre de l’AutoGP. Il y prend la 3ème place mais rencontre moins de succès lors de ses deux meetings en Formule Renault 3.5.

Luiz Razia redouble en Euroseries 3000 pour 2008 et s’il s’y impose enfin, il ne prend que la 4ème place tandis que son coéquipier Nicolas Prost prend le titre. Cela ne l’empêche pas de passer en GP2 Series.

Il dispute en 2008 l’Asia Series avec Arden, qu’il finit en 13ème place, remportant la dernière course à Bahreïn grâce à la grille inversée. La saison 2009 se fait avec Fisichella Motor Sport (reprise par Coloni durant la saison). Razia ne marque ses premiers points qu’à Monza, mais comme en Asia, profite de la grille inversée pour s’imposer en course sprint. Il se classe finalement 19ème en 2009.

Sa campagne en Asia Series en 2009-2010 est tronquée, Barwa Addax ne le conservant pas après le premier meeting. Il revient pour le dernier avec Rapax mais ne marque pas de points. C’est avec Rapax qu’il dispute la saison régulière en 2010. Il monte sur le podium à Barcelone, Istanbul et Abou Dabi, toujours lors de courses sprints, mais ne s’impose pas. Pire, son passage à vide en milieu de saison contraste avec son coéquipier Pastor Maldonado qui accumule les victoires vers le titre.

C’est pourtant en cette même saison 2010 qu’il attire l’oeil de Marussia, alors sous le nom de Virgin Racing. Il effectue avec l’équipe les Rookies Tests à Abou Dabi mais n’est pas conservé. Une autre nouvelle équipe en F1 fait alors appel à lui : Team Lotus (aujourd’hui Caterham).

Luiz Razia devient alors pilote de réserve en F1 tout en rejoignant l’équipe AirAsia (plus tard Caterham AirAsia) pour le bras GP2 de la structure. Luiz Razia signe deux podiums, à Valence et à Budapest et prend la 12ème place. Son coéquipier Davide Valsecchi s’impose à Monaco et prend la 8ème place. Luiz Razia participe également aux essais libres de F1 en Chine et au Brésil mais n’est pas conservé.

Malgré les gros soutiens de sa famille, Luiz Razia pense alors à arrêter mais reçoit un appel de Christian Horner qui lui propose un baquet chez Arden, toujours en GP2 Series. Il réunit rapidement le budget, n’en ayant jamais manqué. Il s’impose dès l’ouverture en Malaisie pour ce qui sera sa seule victoire en course longue. Il se montre toutefois assez régulier pour jouer le titre face à son rival et ancien coéquipier, Davide Valsecchi. Ses trois victoires en courses sprint et cinq autres podiums ne suffiront toutefois pas.

En dépit de cela, Razia termine pour la première fois un championnat devant son coéquipier, en dépit de la maigre opposition offerte par Simon Trummer, débutant à budget. Il revient même au volant d’une F1 par deux fois, avec Force India à Magny-Cours, puis avec Toro Rosso à Abou Dabi, dans le cadre des Rookies Tests.

Longtemps pressenti pour un volant chez Force India, puis chez Caterham, Luiz Razia avait ensuite porté ses efforts sur Marussia, avant d’être « surpris » par Max Chilton. Le départ de Timo Glock ayant ouvert une nouvelle porte, le Brésilien n’a pas manqué sa chance cette fois. Si l’homme derrière le casque reste éminemment sympathique, il a encore beaucoup à prouver. Battre Max Chilton, lui aussi futur débutant, sera son premier défi.

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l'affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox