Accueil / F1 / Business / F1 – Pirelli, code couleur, incertitude, prix, pilotes et avenir
Pneus F1 Pirelli gamme 2013
© Pirelli

F1 – Pirelli, code couleur, incertitude, prix, pilotes et avenir

Manufacturier unique en Formule 1 depuis la saison 2011, Pirelli va aborder son troisième exercice. Et si le règlement n’a pas évolué, Pirelli veut continuer à faire parler de son nom.

Après un début de saison 2012 où sept vainqueurs se sont imposés sur les sept premières courses, Pirelli a vite constaté que les équipes avaient maitrisé l’aspect pneumatique. Cette situation avait mené à une baisse des arrêts aux stands et une imprévisibilité moindre. Un scénario que Pirelli souhaite éviter en 2013 d’où l’importance du compromis entre volontés de Pirelli, souhaits des équipes et règles de la FIA.

Code couleur modifié

Après avoir sensiblement modifié le code couleur de ses gommes la saison passée, Pirelli n’effectue qu’un seul changement pour 2013. Celui-ci concerne la couleur des gommes dures, qui passent de l’argent à l’orange, la typographie argentée ayant été souvent confuse avec la blanche, utilisée pour les gommes medium.

Longévité et performances

Pirelli estime que son rôle a été restreint en 2012 par rapport à 2011. Le manufacturier italien a donc choisi d’attendrir ses gommes afin d’offrir des performances, mais aussi une dégradation, accrues.

Le gain de performance est obtenu grâce à l’utilisation de nouveaux matériaux permettant d’obtenir un contact élargi entre la piste et la surface du pneu, jouant aussi sur la traction et l’adhérence en courbes, tandis que la température devrait être mieux répartie sur la surface du pneu afin d’éviter le bullage ponctuel. Les pneus devraient monter plus facilement en température et les équipes auraient moins de soucis à les appréhender, notamment dans le domaine des fenêtres d’exploitation et des réglages en conséquence de cet aspect.

Toutefois, malgré l’attendrissement de la gamme, les quatre types de pneus offriront des écarts de performances plus élevés entre eux par rapport à 2012, un écart voulu d’environ une demi-seconde entre chaque composé. L’impact de Pirelli sur les stratégies de course devrait donc rester a minima le même que ces deux dernières saisons, n’en déplaise aux puristes.

De son côté, la dégradation sera concentrée sur son aspect thermique afin de voir des différences significatives de vitesse entre les voitures durant la course, et faciliter les dépassements, si celles-ci sont sur des stratégies différentes. Les pneus intermédiaires et pluies ont également leur lot de modifications, toujours en vue de faciliter la mise en température et d’améliorer la combinaison traction/survirage/maniabilité.

Suite aux modifications, les pneus seront légèrement plus lourds mais les règles techniques ont été modifiées afin de garder un poids minimum identique à celui de la saison passée.

Paul Hembery, directeur de Pirelli Motorsport, et Marco Tronchetti, président de Pirelli, ont assuré que les équipes elles-mêmes avaient été inquiètes par la dérive de l’arrêt unique. L’objectif pour Pirelli est alors d’atteindre deux arrêts minimum par course tout en augmentant l’imprévisibilité des courses sans tomber dans le scénario extrême des sept vainqueurs différents lors des sept premières courses de la saison. Cependant, certaines équipes sont déjà concentrées sur 2014 avec les nouveaux moteurs et la saison pourrait revêtir une allure étrange, notamment selon la forme du début de saison.

Alguersuari et di Grassi restent + Prix GP2

Jaime Alguersuari et Lucas di Grassi restent les deux principaux pilotes d’essais de Pirelli. Des bruits avaient émergés sur le recrutement de Kamui Kobayashi mais ceux-ci se sont révélés infondés.

Les deux pilotes visaient un retour en F1 dès cette saison mais Luacs di Grassi n’a eu aucune autre offre que celle de pilote de développement de la Formula E tandis que Jaime Alguersuari a parlé trop tôt, faisant capoter l’accord de principe avec Force India.

Les deux pilotes pourraient avoir beaucoup de travail, en piste et en simulateur, lors de l’année à venir, et ce afin de préparer des pneumatiques correspondants aux règles 2014 et notamment l’importance du turbo sur les pneumatiques et leur comportement en courbes et sorties de courbe… Si toutefois le contrat de fourniture avec la F1 est prolongé.

Un nouveau pilote a été annoncé, mais celui-ci ne jouera que le rôle d’ambassadeur pour la marque. Jean Alesi retrouve donc chez Pirelli un rôle qu’il a connu chez Lotus jusqu’à peu.

Autre annonce, le champion du GP2 se verra offrir un test en F1 avec la voiture utilisée par Pirelli pour ses essais. Celle-ci est actuellement la Renault R30.

Contrat après 2013

Pirelli s’est déclaré prêt à étendre son contrat après cette saison, le manufacturier italien ayant toujours estimé que sa présence n’était judicieuse commercialement qu’à long-terme et sportivement si les conditions sont acceptables. La FIA doit cependant commencer les négociations avec un appel d’offres en règle.

Marco Tronchetti s’est même déclaré confiant pour un nouveau deal, ne craignant pas d’éventuels rivaux, d’autant plus que la proposition de la FIA d’augmenter la taille des jantes a été reportée sine die. L’avenir dira s’il a raison.

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l’affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox