Accueil / F1 / Ecuries et pilotes / F1 – Le point sur le procès Pirelli/Mercedes à Paris

F1 – Le point sur le procès Pirelli/Mercedes à Paris

Nico Rosberg 2011 Formule 1 Spa

Ce jeudi 20 juin se tenait le procès de Mercedes à Paris, suite aux trois journées essais effectuées par l’équipe avec Pirelli, les pilotes titulaires Nico Rosberg et Lewis Hamilton, avec 1000 kilomètres couverts.

Le jugement du tribunal international n’a pas été rendu, étant reporté à demain. Les échanges téléphoniques et par courrier électronique sont à la disposition du jury, qui dispose également des arguments de toutes les parties.

Mercedes compare sa situation avec celle de Ferrari

La FIA doit donner son accord pour l’organisation d’essais en cours de saison. Comme vous le savez, Pirelli peut demander à une équipe son soutien pour 1000 kilomètres d’essais si la situation l’exige. Or, toutes les équipes doivent être sollicités, ce qui n’a pas été le cas.

Deux conversations téléphoniques avec Charlie Whiting, directeur de course de la FIA, semblaient faire figure d’un accord de la part de la Fédération. Or, c’est au secrétaire général de la FIA Pierre de Coninck et du conseil mondial de trancher sur une telle décision.

Mercedes cherche du côté du voisin des arguments pour défendre son cas. Felipe Massa a pris le volant, en avril dernier, d’une Ferrari de 2011 pour effectuer un kilométrage similaire. Mercedes argue ainsi que la Scuderia n’a pas été inquiétée, au contraire des flèches d’argent.

Concernant l’utilisation de casques sans décoration des pilotes, l’équipe avance la volonté de ne pas attirer l’attention des fans et est consciente que cela entretenait un mystère autour des tests.

Pirelli exemptée de sanctions provenant de la FIA ?

Le manufacturier de pneus milanais estime ne pas entrer dans la juridiction ou l’autorité de la FIA. Pour s’en convaincre, celui-ci avance que lors d’une affaire précédente, le crashgate de Singapour impliquant Flavio Briatore, l’Italien avait vu son ban infirmé au civil.

Or, pour la FIA, le manufacturier est tenu de respecter la réglementation sportive. A ce titre, même si aucune clause ne lui empêche de choisir telle ou telle monoplace pour son quota d’essais autorisé, Pirelli peut être inquiété. Le fait qu’une équipe réalise des essais sur la sorte est en théorie une violation du règlement, ce qui expose Pirelli à d’éventuelles sanctions si leur responsabilité est retenue.

Une solution de secours ?

Une solution alternative a été envisagée : l’utilisation d’essais jeunes pilotes à Silverstone en juillet pour niveler l’avantage potentiellement récupéré par Mercedes.

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l’aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

Un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox