Accueil / F1 / Ecuries et pilotes / F1 – Renault prépare le power-unit, son V6 turbo pour 2014

F1 – Renault prépare le power-unit, son V6 turbo pour 2014

Renault V6 turbo F1 2014 préparation

Beaucoup d’observateurs estiment que Renault a un coup à jouer avec les nouvelles règles de 2014. En motorisant 4 équipes en 2013 (Red Bull, Lotus, Williams et Caterham), Renault a su acquérir la confiance et travaille d’arrache-pied pour continuer sur cette donne. D’autant plus qu’il faudra renégocier tous ces contrats, seul Red Bull ayant signé le sien pour 2014 !

L’un de ses atouts est son époque V6 turbo, courant de 1977 à 1986 et qui a notamment vu le manufacturier décrocher une 2e place au championnat avec Prost au volant. Après une invitation de la presse à Viry-Châtillon pour parler de 2014, revenons sur quelques points du règlement et les opportunités des motoristes pour contribuer à l’innovation en F1 et sur les voitures de série.

Composer entre performance et limitations

Les moteurs V6 de 2014 devront consommer 40% de moins de carburant. D’où un travail conséquent sur le power-unit (l’unité de performance), une réduction d’1/3 de la cylindrée pour passer à 1,6 L au lieu de 2,4 pour le V8 actuel et aussi un double système de récupération d’énergie.

Avant, on parlait du KERS. Maintenant, il faudra l’appeler ERS. Renault, tout comme d’autres manufacturiers, voit double avec l’ERS :

  • l’ERS-K récupèrera l’énergie cynétique ;
  • l’ERS-H l’énergie thermique issue des gaz d’échappements, tout cela avec deux moteurs générateurs électriques baptisés MGU-H et MGU-K.

Moteur V6 Turbo Renault Sport F1 2014

En clair, cette technologie sera réutilisable sur les voitures de série, notamment dans une optique de développement de l’électrique. Pour compenser les contraintes prévues en F1 dès 2014, l’ERS et le nouveau moteur dans son ensemble se révéleront très utiles. La quantité de carburant autorisée en course ne dépassera pas en effet 100 kg l’année prochaine, de même que le flux d’essence maximum autorisé, auparavant illimité, sera pour sa part de 100 kg/h.

Un atout pour Renault, puisque plus une monoplace a la capacité d’être légère, plus sa performance s’en ressent. Le poids d’une F1 étant fixé par le règlement, cela ne se mesure pas en poids mais en possibilités d’évolutions selon la marge restante.

Il ne reste donc plus qu’à attendre 2014 pour voir ce que le V6 turbo donnera en piste, et quel manufacturier s’en sortira le mieux !

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l'aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

2 plusieurs commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox