Accueil / F1 / Ecuries et pilotes / F1 – Sebastian Vettel chipe la victoire à Mark Webber

F1 – Sebastian Vettel chipe la victoire à Mark Webber

AUTO - GRAND PRIX OF AUSTRALIA 2013

La course de Malaisie 2013, qui voit Sebastian Vettel partir en pole, est déjà compliquée avant le départ. Le tour de mise en grille des pilotes en a vu certains sortir de piste, la pluie s’étant invitée par endroits. Les intermédiaires sont de rigueur au départ d’une course qui aura été agitée.

Sebastian Vettel prend un bon envol et Fernando Alonso prend la ligne extérieure, Massa ayant concédé une place. Mark Webber le double, puis la bataille avec Fernando Alonso bat son plein. Il le repasse, mais l’Espagnol a un aileron endommagé pour un contact avec Vettel, mais ne repasse pas par les stands car les premiers arrêts vont arriver très tôt. Un pari qui le voit abandonner, son aileron passant sous sa monoplace. Massa est tombé au 5e rang.

Les deux Red Bull sont désormais en tête, tandis que Jenson Button et Nico Rosberg se livrent une bataille âpre, que le pilote Mercedes remporte pour le gain de la 4e place.

Nico Hülkenberg a cette fois pu prendre le départ et remonte dans le peloton en prenant le meilleur sur la McLaren de Sergio Perez. L’Allemand de chez Sauber est généralement inspiré sous la pluie, et prend la 7e place. Sebastian Vettel est le premier à mettre des medium, imité par Felipe Massa.

La relance est dure pour l’Allemand, qui se fait déborder par quatre pilotes le temps que ses gommes se mettent bien en température. Sur des oeufs, il conserve la maîtrise de sa Red Bull et reprend les positions perdues quelques virages plus loin. Red Bull demande à Webber de rester en piste, le secteur 1 étant trop humide selon l’équipe.

Cela n’empêche pas la moitié du plateau de s’arrêter, et Force India fait rentrer ses deux monoplaces en même temps. La première, celle de Sutil, perd des secondes précieuses, Paul di Resta devant rager tout autant dans son casque. Tellement qu’il récupérera son retard sur son coéquipier et le doublera quelques tours plus tard.

Les autres attendent le tour suivant, et Lewis Hamilton s’est trompé d’équipe. Il s’est en effet arrêté dans le stand McLaren avant de repartir aussi sec dans celui de sa nouvelle équipe Mercedes. Chez Toro Rosso, on a relancé Jean-Eric Vergne alors que Charles Pic rentrait, les deux monoplaces sont entrées en collision. Un incident qui sera examiné de près par les commissaires, après la course, pour infliger finalement une amende à l’équipe.

Mark Webber a bénéficié du conseil bien avisé de son équipe, la différence du tour jouant à sa faveur. Au 14e tour, Pastor Maldonado entre aux stands pour changer d’aileron après une sortie de piste à haute vitesse dans les graviers. Williams n’est pas au bout de ses peines, Valtteri Bottas plaçant la meilleure des deux au 15e rangs à ce stade.

Du côté de Sergio Perez, il tombe à la 10e place après une lutte de plusieurs tours finalement remportée par Räikkönen à l’aide du DRS. Un temps perdu qu’il va tenter de reprendre en attaquant fort et claquant les meilleurs tours, mais la suite de la course démontrera que les hommes ne vont plus se quitter tels des amoureux transis.

L’homme de tête Webber s’arrête à l’abord du 20e tour. Di Resta est coincé aux stands, Force India rencontrant de gros problèmes au changement de pneus, puis viendra abandonner quelques tours plus tard. Sutil connaîtra une nouvelle fois la même déconvenue. Hülkenberg perd désormais du terrain et vient de perdre plusieurs places pour tomber 10e.

Les Mercedes, plus rapides que les Red Bull, remontent sur les deux hommes de tête. Vettel est d’ailleurs dans les échappements de Webber, et commence à exprimer son impatience à la radio. Pas de consigne, seulement demander au triple-champion du monde d’être patient…

La deuxième salve d’arrêts intervient aux alentours du 30e tour. Jenson Button s’arrête le plus tard et devient leader, Hamilton s’étant intercalé entre Webber et Vettel. Webber est dans les échappements de la McLaren et freine très tard pour la devancer dans l’enchaînement des premiers virages.

Nico Hülkenberg et Kimi Räikkönen sont sortis quasiment côte à côte à leur sortie aux stands, Räikkönen s’incline avec prudence mais l’attaque ensuite. Les deux hommes sont à deux doigts de se toucher, ce ne sera pas pour cette fois mais la suivante. Le Finlandais n’a toujours pas trouvé le bon lièvre pour le satisfaire, et ira s’échapper vers de nouveaux horizons.

La catastrophe a été évitée par Jenson Button, qui, relancé trop tôt, avait son écrou mal fixé. Il s’est arrêté à temps dans l’allée des stands pour ne pas repartir en piste et abandonner, mais que de temps perdu pour Woking.

En tête, Sebastian Vettel fait bon usage du DRS pour reprendre la deuxième place à Lewis Hamilton. Les arrêts aux stands 4e édition sont toujours aussi fréquents, avec des pneus qui tiennent entre 10 et 15 tours.

A la sortie aux stands de la deuxième Red Bull de Webber, Vettel tente de prendre la tête, côte à côte avec son vétéran de coéquipier dans le premier secteur. L’Australien conserve son sang froid et la porte se referme.

Lewis Hamilton et Nico Rosberg s’inspirent de la lutte des deux Red Bull, le Britannique conservant sa 3e place. Les deux Allemands se rebellent, Vettel gagne finalement la bataille après un passage tout près du mur et a été chercher son coéquipier en piste, même si son équipe lui indique la stupidité de son acte, qui sera néanmoins apprécié des puristes. Pendant ce temps, Maldonado abandonne une fois encore, et les équipes Red Bull et Mercedes sont toujours au bord de la crise de nerfs.

Räikkönen a retrouvé son vieil ami Perez, qu’il dépasse en entraînant dans son élan la Ferrari de Massa, qui va vouloir dominer dans ce couple, Räikkönen devenant chassé. Il ne résistera pas à la menace du DRS et au rythme du Brésilien en pneus neufs.

Nico Rosberg demande à son équipe qu’Hamilton le laisse passer, Mercedes lui répondant par la négative. Enfin de l’émulation chez les gris ? Daniel Ricciardo est bien loin de ces préoccupations, il rentre au stand pour abandonner. Même chose pour Button, qui était hors des points. Perez passe par les stands pour un changement de pneus, alors qu’il reste seulement deux tours.

Sebastian Vettel a été chercher sa victoire, les Red Bull et les Mercedes formant un tir groupé. Avec des pneus plus frais, Massa est remonté à la 5e place. Restez fidèle au troisième épisode, le prochain Grand Prix prévu en Chine le week-end du 14 avril !

Formule 1 2013 – Course Sepang – Classement
Pos Pilote Equipe Tours/Ecart
1 Sebastian Vettel Red Bull 56
2 Mark Webber Red Bull +4.298s
3 Lewis Hamilton Mercedes +12.181s
4 Nico Rosberg Mercedes +12.640s
5 Felipe Massa Ferrari +25.648s
6 Romain Grosjean Lotus +35.564s
7 Kimi Räikkönen Lotus +48.479s
8 Nico Hülkenberg Sauber +53.044s
9 Sergio Perez McLaren +1m12.357s
10 Jean-Eric Vergne Toro Rosso +1m27.124s
11 Valtteri Bottas Williams +1m28.610s
12 Esteban Gutiérrez Sauber + 1 tour
13 Jules Bianchi Marussia + 1 tour
14 Charles Pic Caterham + 1 tour
15 Giedo van der Garde Caterham + 1 tour
16 Max Chilton Marussia + 2 tours
17 Jenson Button McLaren + 3 tours
18 Daniel Ricciardo Toro Rosso + 5 tours
NC Pastor Maldonado Williams
NC Adrian Sutil Force India
NC Paul di Resta Force India
NC Fernando Alonso Ferrari

 

Formule 1 2013 – Classement pilotes – Course 2/19
Pilote Points
1 Sebastian Vettel 40
2 Kimi Räikkönen 31
3 Mark Webber 26
4 Lewis Hamilton 25
5 Felipe Massa 22
6 Fernando Alonso 18
7 Nico Rosberg 12
8 Romain Grosjean 9
9 Adrian Sutil 6
10 Paul di Resta 4
11 Nico Hulkenberg 4
12 Sergio Perez 2
13 Jenson Button 2
14 Jean-Eric Vergne 1
15 Valtteri Bottas 0
16 Esteban Gutierrez 0
17 Jules Bianchi 0
18 Charles Pic 0
19 Giedo van der Garde 0
20 Max Chilton 0
21 Daniel Ricciardo 0
22 Pastor Maldonado 0

 

Formule 1 2013 – Classement constructeurs – Course 2/19
Pos Equipe Points
1 Red Bull 66
2 Lotus 40
3 Ferrari 40
4 Mercedes 37
5 Force India 10
6 Sauber 4
7 McLaren 4
8 STR 1
9 Williams 0
10 Marussia 0
11 Caterham 0

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l’aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

Un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox