Accueil / F1 / Ecuries et pilotes / F1 – Sixième victoire 2013 pour Sebastian Vettel à Monza
AUTO - GRAND PRIX OF AUSTRALIA 2013
© Renault Sport Media

F1 – Sixième victoire 2013 pour Sebastian Vettel à Monza

Après une séance de qualifications menée sans trembler par Sebastian Vettel, la piste de Monza restait incertaine pour la course. Les nuages menaçant et les averses intermittentes tombées avant le Grand Prix plaçaient la course de Monza sous haute tension.

Au départ, Sebastian Vettel ne réalisait pas le meilleur envol et bloquait les roues au premier virage. Plusieurs contacts étaient à déplorer au départ, le principal pilote handicapé étant Paul di Resta, qui abandonnait dès le premier tour. Kimi Räikkönen avait son aileron endommagé et passait par les stands dès la fin du premier tour.

Felipe Massa profitait du départ pour prendre la deuxième place devant Mark Webber, Fernando Alonso et Nico Hülkenberg. L’Espagnol profitait de la deuxième chicane pour dépasser autoritairement la Red Bull, lui prenant un morceau d’aileron sur son passage des suites d’une légère touchette.

La Toro Rosso de Jean-Eric Vergne, en neuvième position, résistait à Lewis Hamilton qui perdait un temps précieux au huitième tour. Cela permettait à la McLaren de Jenson Button de prendre l’ascendant sur son ancien coéquipier. Plus haut dans la hiérarchie, Fernando Alonso prenait le meilleur sur son lieutenant de coéquipier, Felipe Massa.

Les attaques sur Lewis Hamilton continuaient avec la Lotus de Romain Grosjean. Le Franco-Suisse ne parvenait toutefois pas à prendre l’ascendant, les deux pilotes étant hors des points. Pendant ce temps, Sebastian Vettel continuait d’arpenter le circuit de Monza à vive allure, même si son ingénieur avait détecté un problème sur la Red Bull. Celui-ci ne faisait pas ralentir la cadence du leader allemand, qui comptait une avance de plus de cinq secondes sur Fernando Alonso.

La cadence de Lewis Hamilton connaissait un couac, une crevaison lente à l’avant l’obligeant à anticiper son premier arrêt, lui qui avait parié sur des gommes plus dures pour faire durer ce premier relais plus longtemps. Or, un problème de radio l’handicapait depuis le début de la course et l’équipe n’arrivait pas à lui faire comprendre qu’il devait passer par les stands en premier lieu. L’arrêt était retardé au quatorzième tour et le faisait repartir derrière Kimi Räikkönen.

Jean-Eric Vergne, qui résistait toujours à Jenson Button, devait abandonner sur problème mécanique. Il tenait le neuvième rang, deux longueurs derrière la Toro Rosso de Daniel Ricciardo à ce stade. L’Australien restait tranquillement intercalé entre Nico Rosberg et Sergio Perez.

Après vingt tours de course, Romain Grosjean était le premier pilote de haut de plateau à effectuer son premier arrêt selon le plan initial. Face à un arrêt plutôt lent, la Lotus se voyait attaquée aux stands par un changement de stratégie de Jenson Button. L’arrêt était bien plus rapide pour la McLaren qui en tirait profit.

Sergio Perez et Daniel Ricciardo s’arrêtaient tous les deux aux stands par la suite, la Toro Rosso prenant plus d’avance sur la McLaren qui se faisait par ailleurs déborder par son coéquipier Jenson Button. Ces pilotes étaient ressortis derrière Kimi Räikkönen et Lewis Hamilton, auteurs d’arrêts anticipés. Le bal des arrêts, qui s’était fait attendre, battait son plein au fil des tours, le leader du classement choisissant la fin du 23e tour pour son arrêt. Fernando Alonso restait en piste dans le même temps, alors que Felipe Massa et Nico Hülkenberg entraient aux stands au tour suivant.

Mark Webber se retrouvait devant Felipe Massa après l’arrêt du Brésilien. Les deux pilotes étaient par ailleurs devant Kimi Räikkönen, Nico Hülkenberg et Lewis Hamilton. Aux avant-postes, seuls Fernando Alonso et Esteban Gutiérrez n’avaient pas réalisé leur arrêt aux stands à l’entrée du 27e tour.

A la fin du tour, l’Espagnol s’arrêtait pour éviter d’être devancé par Mark Webber. La Ferrari ressortait juste devant la Red Bull, qui ne pouvait toutefois pas porter une attaque sur sa rivale.

Au cinquième rang, Kimi Räikkönen commençait à céder du terrain avec ses pneus médium et devait rentrer au début du 31e tour pour conserver les gommes les plus tendres à nouveau. Il laisse Nico Hülkenberg et Lewis Hamilton s’affronter, la Mercedes prenant le dessus après quelques virages d’attaques.

Au 39e tour, Lewis Hamilton réalisait son deuxième arrêt aux stands pour ressortir hors des points. En tête, Mark Webber revenait au contact de Fernando Alonso, se plaçant dans le rôle de chasseur malgré une boîte de vitesses qui montrait des faiblesses dans les premiers rapports.

Giedo van der Garde s’apprêtait à réaliser son arrêt lorsque son équipe n’était pas prête pour l’accueillir, provoquant la panique dans le stand Caterham. En fin de course, Adrian Sutil perdait coup sur coup deux positions face à Kimi Räikkönen et Lewis Hamilton, les deux hommes restant hors des points.

Leur destin pouvait toutefois changer, la boîte de vitesses de l’Australien Mark Webber le menaçant de ne pas rallier l’arrivée. Ainsi, une bataille s’installait entre la Mercedes et la Lotus, celle-ci ayant jusqu’ici eu l’avantage sur le champion du monde 2008. Après quelques tours, Lewis Hamilton trouvait l’ouverture sur la Lotus à la chicane.

La Mercedes enchaînait en dépassant Sergio Perez pour le gain de la dixième place, puis Jenson Button pour le neuvième rang. Kimi Räikkönen suivait la tendance en dépassant le Mexicain, qui tentait de reprendre son dû – en vain. Lewis Hamilton tentait de prendre le meilleur sur Romain Grosjean mais bloquait les roues.

Sebastian Vettel s’imposait au terme des 53 tours de course devant Fernando Alonso et Mark Webber, qui immobilisait sa monoplace juste après l’arrivée. Même initiative de Kimi Räikkönen, onzième classé. Felipe Massa échouait aux portes du podium devant un Nico Hülkenberg qui a su rester cinquième.

Nico Rosberg sauvait les meubles avec le sixième rang devant Daniel Riccardo, qui prenait le septième temps. La bataille entre Romain Grosjean et Lewis Hamilton n’a pas abouti pour le Britannique, qui devançait son compatriote Jenson Button, dernier classé dans les points.

La Formule 1 revient en piste à Singapour le week-end du 22 septembre, où Sebastian Vettel tentera de conforter son avance comme il l’a déjà fait à Monza, en se rapprochant toujours plus d’un quatrième titre consécutif.

Pos Pilote Equipe Tours/Ecart
Formule 1 2013 – Grand Prix d’Italie – Classement course
1 Sebastian Vettel Red Bull 53 tours
2 Fernando Alonso Ferrari +5.4s
3 Mark Webber Red Bull +6.3s
4 Felipe Massa Ferrari +9.3s
5 Nico Hülkenberg Sauber +10.3s
6 Nico Rosberg Mercedes +10.9s
7 Daniel Ricciardo Toro Rosso +32.3s
8 Romain Grosjean Lotus +33.1s
9 Lewis Hamilton Mercedes +33.5s
10 Jenson Button McLaren +38.3s
11 Kimi Räikkönen Lotus +38.6s
12 Sergio Perez McLaren +39.7s
13 Esteban Gutiérrez Sauber +40.8s
14 Pastor Maldonado Williams +49.0s
15 Valtteri Bottas Williams +56.8s
16 Adrian Sutil Force India + 1 tour
17 Charles Pic Caterham + 1 tour
18 Giedo van der Garde Caterham + 1 tour
19 Jules Bianchi Marussia + 1 tour
20 Max Chilton Marussia + 1 tour
NC Jean-Eric Vergne Toro Rosso + 39 tours
NC Paul di Resta Force India + 53 tours

 

Formule 1 2013 – Classement pilotes – Grand Prix 12/19
Pos Pilote Points
1 Sebastian Vettel 222
2 Fernando Alonso 169
3 Lewis Hamilton 141
4 Kimi Räikkönen 134
5 Mark Webber 130
6 Nico Rosberg 104
7 Felipe Massa 79
8 Romain Grosjean 57
9 Jenson Button 48
10 Paul di Resta 36
11 Adrian Sutil 25
12 Sergio Perez 18
13 Daniel Ricciardo 18
14 Nico Hülkenberg 17
15 Jean-Eric Vergne 13
16 Pastor Maldonado 1
17 Esteban Gutiérrez 0
18 Valtteri Bottas 0
19 Jules Bianchi 0
20 Giedo van der Garde 0
21 Charles Pic 0
22 Max Chilton 0

 

Pos Team Points
Formule 1 2013 – Classement constructeurs – Grand Prix 12/19
1 Red Bull 352
2 Ferrari 248
3 Mercedes 245
4 Lotus 191
5 McLaren 66
6 Force India 61
7 Toro Rosso 31
8 Sauber 17
9 Williams 1
10 Marussia 0
11 Caterham 0
Après une séance de qualifications menée sans trembler par Sebastian Vettel, la piste de Monza restait incertaine pour la course. Les nuages menaçant et les averses intermittentes tombées avant le Grand Prix plaçaient la course de Monza sous haute tension. Au départ, Sebastian Vettel ne réalisait pas le meilleur envol et bloquait les roues au premier virage. Plusieurs contacts étaient à déplorer au départ, le principal pilote handicapé étant Paul di Resta, qui abandonnait dès le premier tour. Kimi Räikkönen avait son aileron endommagé et passait par les stands dès la fin du premier tour. Felipe Massa profitait du départ…

Passage en revue

Spectacle
Dose d'imprévus
Exploit du vainqueur

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l’aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

Un commentaire

  1. Bonjour,
    je viens de découvrir votre site. Bravo, c’est bien fait, clair et concis. L’essentiel est relaté avec les classements …. et en plus par le charme d’une plume féminine !!
    Je vais, bien sur, revenir. Continuez ainsi à l’heure d’un Canal+ payant, vous avez une carte à jouer envers les passionné qui cherchent des informations.
    A bientôt.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox