Accueil / F1 / Inde : Vettel, une fois encore

Inde : Vettel, une fois encore

Airtel Indian Grand Prix

Sebastian Vettel triomphe une nouvelle fois cette saison et signe sa 21ème victoire en carrière, sa 11ème pour la seule année 2011. Il devance la McLaren Mercedes de Jenson Button et la Ferrari de Fernando Alonso. Webber s’est en effet fait déborder par l’Espagnol et n’a plus été en mesure de lutter pour le podium. Quant à Button, il a déclaré ne pas pouvoir faire mieux aujourd’hui. L’écart entre lui et l’Allemand est effectivement resté stable et ne laissait pas présager tant de suspense pour la gagne.

Chez Mercedes, Schumacher réalise une belle performance. Six places de gagnées, la plupart grâce à un départ irréprochable, contre une pour son coéquipier Rosberg. L’ancien termine devant le jeune, et s’est révélé très rapide à des moments clés.

Si Button est monté sur le podium, Lewis Hamilton n’a pas passé un très bon week-end en Inde. Les trois places de pénalité engrangées lors des essais libres pour non-respect des drapeaux jaunes l’ont repoussé au cinquième rang sur la grille. Il s’est retrouvé distancé dès le départ, puis a retrouvé un pilote avec lequel leurs batailles se transforment quasi-systématiquement en altercations. Cette fois, le Britannique n’est pas déclaré en tort : la pénalité tombe vite pour Felipe Massa, qui avait fermé la porte lors d’une tentative de dépassement de Hamilton. La course de Massa se soldera par le même type de crash que celui qu’il a expérimenté en qualifications : le Brésilien est en effet monté bien trop fortement sur les vibreurs, endommageant sa suspension, et a fini dans les graviers les deux fois.

A souligner une très belle huitième place de Jaime Alguersuari. La Toro Rosso et ses pilotes ont affiché un net regain de forme : la place pour 2012 est en jeu, et la pression semble galvaniser l’Espagnol. Quant à Buemi, sa performance était tout aussi bonne avant un abandon sur problème moteur.

Sutil et Perez complètent le top 10. L’écart entre les pilotes Force India s’explique notamment par une différence de stratégie. Di Resta avait opté pour les durs en début de course, s’est arrêté tôt, et a effectué son dernier arrêt plus tôt que ceux qui ont effectué le même pari de début de course. Cette dernière décision l’a distancé de ces derniers, et a ruiné sa fin de course : il termine 13ème. Sutil réalise une prestation solide pour se glisser dans les points. Sans éclat, mais avec efficacité. Quant à Perez, il confirme également sa capacité à faire de très belles remontées en maintenant un bon rythme et en conservant ses pneus de façon adéquate. Son coéquipier Kamui Kobayashi n’aura pas la même chance : une panne moteur le fera abandonner au premier tour. Perez sauve les meubles donc pour l’écurie Sauber qui avait pourtant réalisé de mauvaises qualifications : Kobayashi s’était hissé à la 17ème place, Perez avait été contraint à s’élancer en vingtième place suite au même type de pénalité que pour Hamilton. Néanmoins, la lutte Sauber vs. Toro Rosso ne fait que commencer, les deux équipes étant désormais au même nombre de points alors qu’il ne reste que deux courses.

Petrov et Senna suivent les deux pilotes précédemment cités, et échouent à la porte des points. Une nouvelle fois, la stratégie des deux pilotes était différente. Petrov, qui avait écopé d’une pénalité de cinq places sur la grille suite à son incident en Corée, s’est donc élancé en 16ème place après s’être qualifié 11ème. Senna partait en tendres, Petrov en durs. Le Brésilien s’est hissé dans les points au premier tour, tandis que Petrov ravitaillait très tôt pour se débarrasser des gommes dures. S’ensuivit une remontée et une petite frayeur bien rattrapée par le Russe. Il échoue pourtant à la porte des points, ne parvenant pas à dépasser Perez. Quant à Senna, il figurait devant Petrov avant de ravitailler à quelques kilomètres de la fin pour monter les pneus durs. Deux stratégies différentes, mais aucun point à l’arrivée. Renault a encore du travail.

Heikki Kovalainen et Jarno Trulli terminent à deux niveaux différents en Inde : le Finlandais est à deux tours du leader, l’Italien à quatre. Un accrochage au départ et un passage par les stands plus tard, sa course était largement compromise. Cependant, l’écart s’explique par d’autres facteurs : il faut se souvenir en effet que Kovalainen est entré, un temps vers la mi-course, dans les points. De plus, Trulli a traîné les stigmates de son accrochage tout au long de la course. L’objectif lui avait été dicté à la radio dès les premiers tours : rejoindre l’arrivée. Ce fut fait.

Chez Williams, Rubens Barrichello rallie l’arrivée. Le Brésilien était pourtant impliqué dans l’accrochage du premier tour, si bien qu’il avait même heurté son coéquipier. Il a néanmoins pu continuer et réaliser une course anonyme. Une quinzième place, entre une Lotus et une Virgin, n’est certainement pas ce que voudrait le Brésilien. Pastor Maldonado avait dominé son coéquipier en qualifications, mais son abandon lui aura empêché de concrétiser cette performance. Un scénario malheureusement récurrent pour le Vénézuélien, qui ne semble pourtant pas à mettre en cause pour une fois.

La course de Virgin fut courte pour Timo Glock, qui a abandonné au bout de trois tours seulement. Son coéquipier Jérôme d’Ambrosio devance les deux HRT et la Lotus Renault de Trulli. Il se sera hissé à cette place dans les dix derniers tours de la course, pendant que les deux HRT et d’Ambrosio lui-même firent un dernier passage dans les stands.

Pour son Grand Prix national, Narain Karthikeyan devance Daniel Ricciardo chez HRT. Les deux monoplaces sont reléguées à 3 tours du leader. Leur rythme de course a également été marqué sur la fin par des temps où ils devaient ouvrir la porte à une vague de leaders parfois agacés par la nuisance de l’opération.

Même si l’issue du Grand Prix n’était pas des plus surprenantes, le Grand Prix d’Inde a passé son examen d’entrée avec brio. Certains ont même félicité Vicky Chandhok en classant le Grand Prix comme le meilleur du monde.

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l’aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox