Accueil / F1 / Ecuries et pilotes / Jackie Stewart coachera-t-il Romain Grosjean ?

Jackie Stewart coachera-t-il Romain Grosjean ?

F1 - BRITISH GRAND PRIX 2012

Un pilote de Formule 1 a-t-il besoin d’un coach, et quels rôles ce dernier devrait-il adopter ? Telle est la question qui fait débat aujourd’hui. Les pilotes sont déjà très entourés et encadrés, doivent répondre à des besoins divers en communication et bien sûr en piste. Leur fonction a évolué, tout comme leur âge d’arrivée dans la catégorie reine. Dans l’immensité du monde dans lequel ils atterrissent, n’y a-t-il pas de place pour des personnes censées les guider, les écouter au moment opportun, et les guider dans la bonne direction au lieu d’avoir des pilotes livrés à eux-mêmes ? Ou bien est-ce au pilote de se défaire de ses démons et de prouver à tous qu’il est capable, seul, de réaliser des prouesses ?

Actuellement, certaines équipes emploient deux pilotes titulaires très jeunes, comme Williams par exemple. Depuis le début de l’année, l’ancien pilote de Formule 1 Alexander Wurz officie en qualité de coach, et Williams travaille dur sur ce point pour former les jeunes pilotes en qui elle fait confiance. En outre, chaque jeune pilote dispose de besoins particuliers : il y a ceux qui sont rapides, capables de réaliser de bonnes performances mais qui peuvent se révéler plus ou moins brouillons.

Dans cette catégorie, considérons que Romain Grosjean et Pastor Maldonado y figurent. Il y a également ceux qui ont besoin de temps pour que tout s’aligne et qu’ils tirent la quintessence de leur monture et de leur potentiel global. Bruno Senna semble pouvoir être assimilé à cette catégorie. Semble, car à ce niveau de la compétition, tout est toujours plus complexe qu’il n’y paraît ! Enfin, certains ont besoin, à un moment donné de leur carrière, de faire le point pour tenter de retrouver leur niveau d’antan – comme Felipe Massa le démontre fort bien.

Le pilote Lotus F1 Team a réalisé de gros progrès depuis sa première apparition en Formule 1, une téléportation trop rapide, en cours de saison, face à un pilote double-champion du monde et au volant d’une monture délicate. En début de saison, il se qualifiait très haut mais connaissait des mésaventures au départ qui l’ont contraint à l’abandon. Le Français s’est tout autrement distingué cette saison en réalisant deux podiums, et lors du dernier Grand Prix, il est sorti en qualifications avant de connaître un problème au départ l’obligeant à réaliser une remontée jusqu’à la sixième place.

En bref, le Français pourrait s’améliorer s’il gommait ses défauts. Quelques-uns de ses supporters estiment également qu’il pourrait être bien plus haut placé au championnat sans ces incidents. Quant à Maldonado, sa victoire en Espagne pleine de maîtrise a été éclipsée par de nombreux incidents et de nombreuses pénalisations, jugées trop clémentes par bon nombre d’observateurs, d’ailleurs. Quoi qu’il en soit, pour le Vénézuélien aussi, les résultats en ont pâti. Ce dernier est rentré dans les points à deux reprises, alors qu’il était en passe de le faire bien plus régulièrement. Le potentiel de la Williams le lui permettait tout autant.

Pourtant, le pilote Williams bénéficie d’un coach en la personne d’Alexander Wurz. Il serait difficile de délimiter l’apport de l’Autrichien – Maldonado se serait-il imposé sans lui ? – mais les pilotes ont parfois besoin de temps pour aligner parfaitement tous les ingrédients afin que chacun puisse constater du changement. Un coach n’est pas un magicien : il apporte un soutien par l’écoute, l’expertise et l’expérience. Cela doit faire partie d’une stratégie sur le long terme pour porter ses fruits.

Aujourd’hui, Jackie Stewart aimerait bien discuter avec Romain Grosjean pour parvenir à améliorer sa régularité et réduire les incidents. Mais la question du long terme n’est pas, pour l’heure, d’actualité. Ce qui l’est, cependant, c’est le cheminement de réflexion qui amène des personnalités du monde de la Formule 1 à comparer le sport à d’autres qui incluent des coachs, par exemple le tennis pour ne citer que celui-ci, en stipulant que cela ne pourrait qu’être bénéfique. A l’heure où les pilotes débarquent toujours plus jeunes dans la catégorie reine, cette piste de réflexion semble effectivement bienvenue.

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l'aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

2 plusieurs commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox