Accueil / F1 / Ecuries et pilotes / Jenson Button remporte le Grand Prix d’Australie

Jenson Button remporte le Grand Prix d’Australie

Jenson Button, trouble-fête de Vettel

Le Britannique Jenson Button s’est imposé ce matin lors de la première manche de la saison 2012 de Formule 1, remportant ainsi trois fois la manche australienne sur les quatre dernières éditions. Il devance l’Allemand Sebastian Vettel et son coéquipier chez McLaren Lewis Hamilton.

C’était pourtant ce dernier qui s’était élancé de la pole. Après un départ moyen, son compatriote a pris le large et a effectué un début de course dominateur. Hamilton, distancé, se retrouvera derrière Vettel à la suite de son deuxième arrêt au stand, intervenu tout juste après celui de son coéquipier. L’écurie McLaren aurait certainement aimé décrocher un doublé, néanmoins suite à la domination de Vettel de l’année précédente, ce résultat doit satisfaire l’écurie de Woking.

Red Bull, légèrement en retrait tout au long du week-end, a néanmoins montré que le rythme de course de ses montures était satisfaisant et gagnait même en efficacité tout au long du Grand Prix. Le meilleur tour en course, signé par Button, avait tour à tour été principalement échangé entre les pilotes Red Bull et McLaren. Mark Webber signe sa meilleure performance sur le tracé de l’Albert Park, grâce à une solide quatrième place.

Les deux McLaren et deux Ferrari sont suivies par Fernando Alonso, qui a tiré parti d’un bon départ et d’une course solide. Ferrari est très loin au niveau des performances par rapport à Red Bull et McLaren, et tandis qu’Alonso signe cette cinquième place, Felipe Massa était nulle part aujourd’hui, et a encore aggravé son cas en heurtant son compatriote Bruno Senna vers la fin de course.

Les deux Sauber de Kamui Kobayashi et Sergio Perez étaient déçues de leurs qualifications, néanmoins elles ont redressé la barre pour entrer toutes deux dans les points. Le Mexicain Perez a signé une huitième place en effectuant un seul arrêt au stand, tandis que Kobayashi a assuré le spectacle et a bien tiré parti du chaos du dernier tour pour se faufiler en sixième place.

Entre les deux Sauber, on retrouve Kimi Räikkönen avec sa Lotus. Beaucoup attendaient une remontée de la part du Finlandais, et celui-ci leur a donné satisfaction. Néanmoins, Lotus sera certainement déçue de l’abandon intervenu en début de course de Romain Grosjean, qui a heurté Pastor Maldonado, ce qui a brisé sa suspension et ses espoirs de bien faire pour son retour en Formule 1.

Derrière Perez, on retrouve l’Australien Daniel Ricciardo en neuvième position et le Français Jean-Eric Vergne, onzième. Le résultat aurait pu être tout autre sans le chaos du dernier tour, car Vergne a devancé Ricciardo tout au long de la course. En effet, Ricciardo a dû s’arrêter dès le deuxième tour de la course en même temps que Bruno Senna qui se sont eux aussi heurtés lors des premières encablures de la course. Il a ensuite effectué une assez bonne remontée avant de profiter de la Safety Car pour se rétablir en milieu de peloton. Avec ces circonstances en tête, il faudra attendre quelques Grand Prix pour mieux juger de la hiérarchie entre les pilotes, pour l’heure elle semble assez similaire et bonne des deux côtés.

Entre les deux Toro Rosso, on retrouve la Force India de Paul di Resta, parti 15e. Nico Hülkenberg, pourtant auteur d’une très bonne qualification comparée à celle de l’Ecossais, a été contraint à l’abandon après un contact au premier virage qui aura eu raison de sa course. La monoplace ne semble pas aussi performance que certains observateurs l’avaient suggéré, néanmoins le duo de pilotes permettra sûrement que la monture indienne s’améliore au fil de la saison et continue sa progression année après année.

Les Mercedes, jugées quasiment favorites tout au long du week-end, se sont tour à tour écroulées. Michael Schumacher s’est hissé en troisième place au départ, puis a résisté quelques tours à Sebastian Vettel avant de tirer tout droit dans l’herbe. Juste après, il s’est arrêté aux stands pour abandonner sur un problème de boîte de vitesses. De son côté, Nico Rosberg tombait dans le classement tour après tour, jusqu’à arriver à la 9e place lors de la sortie de la Safety Car. Dans les derniers tours de course, il a rencontré un problème qui l’a fait chuter à la 12e place. Résultat : aucun point marqué, aucune pole non plus, il semble qu’il y ait encore du travail avant que Norbert Haug puisse arborer un sourire satisfait pour de bon.

Viennent ensuite les Williams, qui ont toutes deux été contraintes à l’abandon. Néanmoins, leurs courses ont été très différentes. Le Vénézuélien Pastor Maldonado se battait avec Grosjean avant de tomber à la neuvième place, puis il a entamé une remontée tout en signant une course solide. Dans les derniers tours de courses, celui-ci se maintenait à moins d’une seconde derrière la Ferrari de Fernando Alonso et bataillait pour la cinquième place. Malheureusement pour lui, dans le dernier tour, il tape violemment le rail et abandonne, ce qui le classe 13e. Senna aura signé une course davantage en dents de scie, le plaçant dans la queue de peloton durant la majeure partie de la course, avant d’abandonner après avoir été heurté par Felipe Massa. L’abandon étant intervenu tard dans la course, il se classe tout de même 16e et dernier.

Les deux Virgin suivent aux 14e et 15e rangs. Il reste encore une marge de performance entre Timo Glock et Charles Pic, mais il faut noter l’abandon du Français qui est intervenu à quelques tours de la fin. Si la Marussia peut se vanter d’avoir rallié ses deux monoplaces à l’arrivée, l’écart de performance sur les meilleurs tours en course avec les Caterham est encore d’une seconde au tour.

Les Caterham ont connu divers problèmes tout au long de la course. Heikki Kovalainen a rencontré des problèmes de KERS et de DRS – celui-ci a commencé à fonctionner à partir du sixième tour. Comme si cela ne suffisait pas, il avait fait part à son équipe d’un problème sur sa voiture, le problème de bielle qui l’a contraint à l’abandon. Le Russe Vitaly Petrov a abandonné quelques tours plus tôt, suite à un problème de direction qui a fait entrer en piste la Safety Car.

Le Grand Prix d’Australie 2012 de Formule 1 touche donc à sa fin, et ouvre des perspectives de réflexion sur la hiérarchie. Il laisse d’ores et déjà présager d’une saison plus serrée que la saison 2011. Il faudra voir si la tendance se confirme et si le très bon Grand Prix se répercute sur la qualité des suivants. D’ici là, rendez-vous dans une semaine pour le deuxième Grand Prix de la saison, en Malaisie – et attention au changement d’heure dimanche prochain !

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l'aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox