Accueil / F1 / Ecuries et pilotes / Jenson pousse le Button encore plus loin

Jenson pousse le Button encore plus loin

Jenson pousse le bouton

Et de deux ! Jenson Button est le pilote qui a gagné le plus de Grand Prix cette saison, devenant par conséquent leader du championnat du monde de F1 avant le retour en Europe.

Très peu de gens, pour ne pas dire personne, n’avaient osé prédire que non seulement le natif de Frome prenne le pas sur celui de Stevenage, mais également qu’il continue dans sa lancée de champion du monde. En effet, Button n’avait toujours pas convaincu le monde de la F1 après avoir remporté son titre. Or, en 2007 lorsque Raikkonen avait remporté son titre, beaucoup de monde le voyait capable de continuer ainsi, d’autant plus que son entame de saison fut convaincante. Puis, il s’est effondré et n’a plus su mettre ses pneus en températures, entre deux trois crashs. Une leçon de journalisme avait été conférée et est donc sans cesse dictée par les pilotes, année après année, ces pilotes qui contredisent les sceptiques pseudo-visionnaires affirmant sans aucune justification que rien ne se passe en F1, il n’y a pas de dépassements et que c’est toujours Choumakère le premier.

Or, ce Schumacher est loin d’être transcendant ! Usé, plus à la page… l’Allemand a perdu son top niveau sans pour autant se révéler ridicule. Cependant, les attentes furent si grandes que la déception en devient terrible pour certains. Si bien que même les propres fans de Schumacher se permettent des incivilités en le traitant sans aucun respect. On en arrive à une situation burlesque où ceux qui disaient que son retour était mauvais sont ceux qui sont indulgents aujourd’hui avec lui, car ils ont gardé le réalisme et l’objectivité nécessaires pour être indulgents envers celui qu’ils n’aimaient pas – ou plus – car il était dominateur et tuait le spectacle.

Bref, revenons à Jenson Button. Comme pour le duo Rosberg vs. Schumacher où le premier domine son compatriote, Jenson en fait de même. Pourquoi Button a-t-il réussi à se démarquer quand Kovalainen a dû jouer le rôle du second couteau ? La réponse est simple et tient en trois mots : intelligence de course. Button est économe : il sent la piste, ses changements durant le temps d’une course et donc décide du moment où il faut soit attaquer, soit économiser (que ce soit sur une piste sèche ou mouillée) ou encore du moment où il faut choisir quoi faire dans des conditions changeantes. Et c’est là tout l’enjeu de la saison 2010, où l’expérience offre un avantage conséquent. Hamilton est telle une boisson énergétique : elle produit le même effet énergisant, d’attaque sans aucune concentration, rien n’est géré ni réfléchi, en quelque sorte. Par conséquent, mon sentiment de début de saison selon lequel j’estimais Jenson capable de prendre le pas se réalise. Selon moi, le seul critère qui avait empêché cela – ou qui empêchera que cela continue à l’avenir – est le management de McLaren. Wait and see.

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l'aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox