Accueil / F1 / Business / La chambre des Lords veut l’annulation du GP de Bahreïn
Quand chaque pays a-t-il organisé son premier GP ?

La chambre des Lords veut l’annulation du GP de Bahreïn

La chambre des Lords a publié une lettre ouverte afin de convaincre la FIA de ne pas organiser le Grand Prix de Bahreïn de Formule 1, quatrième manche du championnat qui doit se dérouler le week-end du 22 avril. On notera que seuls huit membres sur les 737 que compte cette assemblée élue non-démocratiquement ont signé cette lettre.

Suite à l’agression d’un Britannique non loin de la ville du circuit, Manama, à une autre agression survenue quant à elle à Manama et relayée par les médias Britanniques, et enfin à de multiples infractions aux droits de l’homme toujours relayée par les médias occidentaux, la situation de tension autour de l’organisation du Grand Prix continue de s’empirer. Bernie Ecclestone a d’ores et déjà tenté de calmer le jeu, arguant que tout le monde évoque souvent cette partie du globe de façon négative, mais que Bahreïn est le pays dans cette région qui connaît le moins de problèmes. On pourrait croire son argument, et penser que les médias dramatiseraient la situation – notamment en réponse au gouvernement du pays qui tente de minimiser ces mêmes problèmes. On pourrait émettre des tas d’hypothèses sur le pourquoi du comment, mais aujourd’hui, la question se réduit à un spectre de réflexion restreint : quelle position doit adopter la Formule 1 quant à ces tensions politiques qui secouent un pays qui porte un intérêt certain à la Formule 1 et a un contrat pour organiser un Grand Prix ?

Il est évident que la Formule 1 doit organiser des Grand Prix dans des pays qui souhaitent investir dans le sport, pour sa survie à long terme, ce qui va dans le sens d’une internationalisation de ces Grand Prix. Un championnat du monde, pour être cohérent, doit se dérouler de manière plus ou moins équitable sur les quatre coins du globe.

Quand chaque pays a-t-il organisé son premier GP ?

L’image ci-dessus indique la date de la première occurrence de Grand Prix de Formule 1 relevée par pays et par décennie (celle-ci ne rend pas compte des pays qui n’organisent plus de Grand Prix à l’heure actuelle, ndlr). Pour étoffer cette analyse, le graphique ci-dessous compare le nombre de Grand Prix ayant eu lieu en Europe (en jaune) et en Asie (en vert) de 2002 à 2011. Malgré l’annulation du Grand Prix de Bahreïn l’an passé, l’année 2011 a été marquée pour la première fois par le dépassement du nombre de Grand Prix organisés en Asie plutôt qu’en Europe.

Par conséquent, malgré les potentielles pertes économiques dues à une seconde annulation consécutive, l’appel à la prudence des autorités et de certains journalistes ne serait pas plus risqué qu’un maintien de l’événement qui pourrait ne pas garantir la sécurité de tous les acteurs de la Formule 1 qui se rendraient dans le pays.

Proportions nombre GP/continent (Europe/Asie) 2002-2011

La FIA et la Formule 1 se veulent apolitiques, et les instances de la FIA stipulent que la fédération ne doit pas manifester de discrimination raciale, politique ou religieuse lors de ses activités et doit s’abstenir d’agir dans un tel sens. Joe Saward l’explique depuis plusieurs mois déjà sur son blog, cette directive interdit à la FIA de s’immiscer dans de telles querelles et d’y prendre position, explicitement ou implicitement.

Pour plus d’informations sur les données de cet article, extraites d’un projet de recherche que j’ai élaboré et qui étudie l’impact de Lewis Hamilton sur le multiculturalisme (en anglais), je vous invite à le consulter en suivant ce lien.

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l’aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox