Accueil / F1 / Ecuries et pilotes / La F1 perd son Jules
Jules Bianchi roulera en F1 en 2012

La F1 perd son Jules

Que dire qui n’ait déjà été dit ou écrit au sujet de Jules Bianchi ? Comme beaucoup, nous avons appris samedi au réveil son départ, sans vraiment de surprise. Consciemment ou non, nous espérions tous un miracle, même si nous en appréhendions fatalement l’issue. Un seul Jules avait débuté en F1, et cette dernière a perdu son unique Jules.

Les flatteuses éloges sont égales aux qualités humaines du pilote. Nous retiendrons sa grande disponibilité, son sourire et sa voix fluette. Quoique moins fan de son style de pilotage, il fallait être de mauvaise foi pour ne pas reconnaître son immense talent, que l’on ne saurait que trop réduire à sa performance à Monaco l’an passé.

Nous avons eu du plaisir à commenter et à écrire au sujet de courses qu’il manquait rarement d’animer, tout comme ses performances en Formula Renault 2.0, Formule 3, GP2 Series, Formula Renault 3.5 Series et, à moindre mesure, Formule 1. Nous pensons avec émotion à son cercle, mais aussi ceux qui ont le privilège de travailler avec lui, et certains pilotes proches de lui, notamment Norman Nato et Charles Leclerc, qu’il était venu soutenir sur les World Series by Renault quelques semaines avant son accident.

Un tel événement entraîne inlassablement une dose de textes que l’on ne souhaiterait jamais avoir à rédiger ou à envoyer. Alors on se rassure en se disant que ces mauvais moments sont éphémères et que de nombreux petits plaisirs aident à compenser, comme avoir annoncé quelques jours avant à un autre jeune aux yeux brillants qu’il va piloter une F1 devant son public. Dans de tels moments, il est important d’éveiller les émotions positives de ce sport.

Après Henry Surtees, Dan Wheldon et d’autres, l’âge-moyen de la grille là-haut chute sérieusement. Espérons que leurs pertes ne soient pas inutiles, ce serait la moindre des choses.

P.-S. : Jules, les douches du country club étaient deux étages plus bas.

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l'affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox