Accueil / F1 / Circuits / Le Grand Prix des Etats-Unis ne sera pas un bide

Le Grand Prix des Etats-Unis ne sera pas un bide

Grand Prix des Etats-Unis 2012

Certains sont en train de se demander si la date du 18 novembre n’est pas suicidaire pour la première édition du GP d’Austin l’an prochain.

Pour comprendre pourquoi, regardons cette date. Le 18 novembre est une semaine avant la clôture du championnat au Brésil. Un timing parfait pour attirer l’audience américaine sur la fin de saison de F1. Néanmoins, le timing avec la finale de la saison de Nascar pose problème.

La finale du championnat Nascar est censée se dérouler le 18 novembre à Miami. Même si cela est encore à confirmer, il n’y a aucune raison à ce que la date soit déplacée. Et généralement, le départ est donné à 15 heures à Miami, ce qui correspond à 14 heures à Austin, heure du départ du GP de F1.

Et voici comment certains journalistes se servent de ceci comme base pour vendre du papier. Ce qu’il faut comprendre, et qui ne parait pas si évident à certains, c’est qu’il y a une certaine logique à mettre la F1 le même jour que le Nascar. Même s’il y a un clash horaire.

D’une part, rien ne dit que la course à Austin partira à 14 heures. Elle peut très bien être avancée. Le programme de support des courses de F1 est bien plus souple hors Europe que sur le vieux continent où GP2, GP3 et Porsche Supercup doivent se partager la piste. Une course à midi donnerait également lieu à une course en prime time sur les télés européennes.

D’autre part, l’audience d’une course de Nascar croit au long de l’évènement. Les spectateurs sont conscients que la course de Nascar va entraîner probablement des périodes de safety-car, entre autres. Autant d’occasions pour zapper sur la course de F1, ou d’y jeter un oeil avant le money time en Nascar.

Enfin, pour ce qui est du phagocytage des médias. C’est bien connu, chaque année aux Etats-Unis, la rivalité 500 miles d’Indianapolis en IndyCar et Coca-Cola 600 en Nascar à Charlotte entraîne ce type de problème… Qui est totalement inexistant ! Les médias envoient deux équipes. Et les fans US de sport automobile regardent souvent une course en laissant un oeil sur l’autre.

Plus qu’un bide, c’est peut-être une stratégie de récupération de fans sur base de Nascar qui permettra à la F1 de se redévelopper aux Etats-Unis. Une idée loin d’être inepte au final.

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l’affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

2 plusieurs commentaires

  1. Ce que je crains en ce qui me concerne, c’est que la F1 soit encore considérée par les USA comme un sport « européen » et donc loin de leurs considérations, tel le foot « anglais » par rapport au foot américain. (D’accord, y a des stars dans des équipes américaines, et l’équipe nationale ne se démerde pas trop mal par rapport à d’autres). On s’est déjà planté pour Indianapolis (fallait que Speed soit là pour qu’on attire du monde, et encore…) alors j’espère que ça ne va pas se répéter. Surtout que les USA ont moins besoin de la F1 que l’inverse.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox