Accueil / F1 / Business / Le sport automobile et la France
Les 24h du Mans, la France et le sport automobile

Le sport automobile et la France

La France est dans la tourmente à la fois triple-A-ment et sportivement. Il ne fait pas bon parler d’argent dans notre pays, cela suscite souvent quelques débats houleux entre concitoyens. Ceci s’applique au sport automobile, bien entendu, dans la mesure où peu de soutien est attribué aux initiatives sportives. Pourquoi dépenser tant pour un loisir polluant et sonore qui n’intéresse que peu de personnes ?

Cette vision simpliste n’est pas représentative de l’impact réel engendré par un événement de la sorte : boost de l’emploi et de l’activité locale pour ne citer que cet aspect. Alors que l’Espagne a il y a peu souhaité renégocier les contrats des circuits où se tiennent des Grand Prix de Formule 1 avec Bernie Ecclestone dans ces circonstances de crise financière, la France continue, depuis qu’elle n’organise plus de Grand Prix, à mettre en œuvre des projets de futurs Grand Prix. A l’heure actuelle, des discussions sont toujours en cours, et Magny-Cours s’en mêle de nouveau – d’un autre côté, leur autoroute est terminée dans le sens Paris-Magny Cours et ils semblent prêts à proposer un projet de parc à thème relativement peu coûteux qui rendrait viable la construction de nouveaux hôtels dans la région.

Le problème, avec ces initiatives plurielles, c’est que l’énergie dépensée pour chaque projet donne l’impression qu’à partir du même point de départ, les supporters de tel ou tel projet se tirent la bourre suffisamment longtemps pour qu’un collectif écologique sorte un argument choc qui fasse cesser toute initiative. Et le manège redémarre. Il faudrait peut-être enfin se mettre d’accord.

Ces derniers temps, un autre phénomène s’est décanté. Nous sommes passés de 0 à 3 pilotes français de Formule 1 (Romain Grosjean est certes suisse, mais le commun des mortels simplifie le fait qu’il courre sous licence française de cette manière) de 2011 à 2012, un cadeau du ciel pour certains, auquel ils ne croyaient plus. Mais la roue du manège doit toujours, inlassablement tourner. Hier, Peugeot annonçait à la surprise générale son retrait des 24 heures du Mans. L’Automobile Club de l’Ouest a vivement regretté l’annonce. Les pilotes engagés dans les équipages de la 908 ont été abattus par la nouvelle, même Alexander Wurz qui, de toute façon, poursuivra avec Toyota. Même cause annoncée par Peugeot que pour le gouvernement espagnol : la crise économique. Avec une petite modification cependant : Peugeot préfère se concentrer sur de plus gros projets qui verront le jour en 2012. Beaucoup d’observateurs ont fait le rapprochement avec d’autres retraits de Peugeot par le passé, remettant en cause la culture compétition du Lion.

Quelle que soit la raison, cependant, nous en sommes toujours au même point. Quelqu’un l’a d’ailleurs bien résumé sur Twitter : les français abandonnent encore ! Joe Saward avait même analysé la situation de façon fort pertinente au niveau Européen, expliquant que nous étions sur le déclin par rapport à des pays qui mettaient tout en œuvre pour organiser un Grand Prix qui représente une fierté pour eux, pas un fardeau. Mais il faut tout de même souligner qu’en France, des structures sont capables de se lancer dans des projets fous, en temps de crise, en sachant que de toute façon, l’investissement sera fait pour le sport avant tout et qu’il y a un risque que le projet n’aboutisse pas si l’engouement est trop faible. C’est le cas de la Formula Premium, la nouvelle formule de promotion souhaitée par Beta Epsilon, qui lancera son premier championnat en mai 2012. Espérons que pour eux, les soutiens ne finissent pas par disparaître, comme pour Flins, Magny-Cours, et les autres pilotes français arrivés aux portes de la Formule 1 pour y rester coincés.

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l'aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox