Accueil / F1 / Ecuries et pilotes / Les équipes prépareront-elles 2014 main dans la main ?

Les équipes prépareront-elles 2014 main dans la main ?

Heikki Kovalainen Formule 1 2012 Spa-Francorchamps

Le nouveau patron de Caterham F1 Team, Cyril Abiteboul, estime que les équipes pourraient travailler en collaboration pour préparer la saison 2014 et le changement de réglementation qui se prépare. Seulement, y parviendront-elles ?

Dès que le Français compare la production de voitures de série (avec l’exemple de la collaboration Caterham, Renault et Alpine) à la production de monoplaces F1, des difficultés apparaissent immédiatement : pourquoi le plus fort aiderait-il le plus faible, et comment des équipes, souvent difficiles à réunir dans un même projet, vont-elles pouvoir passer outre leurs divergences ?

La compétition réunit les équipes dans un même championnat pour que chacune prouve qu’elle surpasse les autres. Seulement, avec la crise économique et les fossés toujours plus grands dus au manque d’essais privés, les armes pour y parvenir ne sont plus les mêmes. En 2009, lors du dernier changement de règlement conséquent, Red Bull a gagné un avantage certain et s’est mise à battre les constructeurs, à leur plus grand déplaisir.

En bref, la Formule 1 a changé et s’est ouverte à d’autres structures. Des idéaux de départ, l’impasse se dresse aujourd’hui : Caterham, malgré des ambitions toujours aussi ancrées pour l’avenir, n’a pas atteint son objectif de revenir vers le peloton. Alors, que faire ?

L’idée de revenir aux équipes sœurs (comme Red Bull et Toro Rosso) n’est pas souhaitée par Abiteboul : on passerait de l’extrême à l’autre. Or, une collaboration résultant d’un compromis entre cette ancienne réalité et la situation actuelle lui suscite plus d’intérêt.

On pourrait ainsi imaginer des collaborations entre les équipes disposant du même fournisseur moteur. Par ailleurs, historiquement plusieurs équipes se sont retrouvées en connivence : Sauber et Ferrari à travers le statut du constructeur comme fournisseur moteur de l’équipe suisse. De manière plus controversée, ces connivences se matérialisent aussi lorsque les intérêts de plusieurs équipes convergent dans une lutte contre le même ennemi. Fantasmé ou réel, ce ressenti avait débouché sur des accusations de Ferrari à l’encontre de McLaren et Williams lors du dénouement de la saison 1997, que la FIA avait jugé irrecevables.

Ce qui est sûr, c’est que le sujet est épineux. Les débats n’ont pas fini de battre leur plein, tout comme les controverses. Il faut s’y attendre, finalement : plus le niveau est élevé, plus les luttes sont extrêmes.

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l’aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

Un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox