Accueil / F1 / Mark Webber veut plus de clémence

Mark Webber veut plus de clémence

Mark Webber - GP de Belgique 2011

Mark Webber s’est exprimé en faveur de plus de clémence de la part des commissaires, suite au nombre de pénalités pour collisions cette saison. Une déclaration qui intervient après l’énième incident de course entre Lewis Hamilton et Felipe Massa.

Les commissaires se sont montrés particulièrement stricts cette saison, malgré quelques cas qui ont été jugés au faciès. Le pilote australien pense néanmoins qu’une solution moins extrême est possible. Par exemple, Webber estime quand lorsque la responsabilité n’est pas clairement établie ou qu’il s’agit d’une situation de 50-50, il vaut mieux laisser couler.

« Vous pourriez discuter toute la journée sur le pour et le contre du dernier accident impliquant Lewis Hamilton et Felipe Massa mais c’était un incident 50-50 à mon avis » a-t-il ainsi écrit dans sa dernière colonne pour le site de BBC F1. « C’était une chose historique. Lewis y est allé, Felipe allait prendre son virage, puis Lewis a tenté de se retirer mais n’a pas pu. »

Au sujet de la culture de la sanction qui règne en F1 actuellement, puisque presque tous les accidents sont sanctionnés, Webber a déclaré que « La F1 est en train d’entrer dans une sorte de culture digne des voitures de routes avec des pénalités. L’attitude semble être que quelqu’un doit être à blâmer dès il y a un incident. Les pilotes ont toujours dit qu’ils voulaient des commissaires cohérents – et, pour être juste, c’est ce qui ils essayent d’être. »

Une culture de la pénalité, mais juste. Néanmoins, Mark Webber ose mettre le doigt sur quelque chose qui chagrine de nombreux spectateurs. Les gens ont besoin de savoir ce qu’ils veulent voir en F1. D’une part, on se plaint d’un manque de dépassement, d’action en piste. Mais à chaque fois qu’un pilote tente de dépasser, de montrer ce qu’il a dans le ventre, il n’a pas le droit à l’erreur, sinon la sanction est immédiate. Et quelque part, Mark Webber a raison de ne pas accepter cela, puisqu’il y a quelque chose qui ne va pas, qui est contraire aux valeurs sportives que la F1 veut (voulait). Les luttes entre Webber et Hamilton en Corée, Webber et Alonso à Spa, et d’autres se sont bien passées. L’incident de course n’est jamais à écarter, mais dans ce cas, pourquoi s’obstiner à donner des pénalités ? Dès l’introduction des drive-through, celles-ci se sont faites plus nombreuses. Pour des choses qui n’étaient même pas sanctionnables il y a dix ans.

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l’affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox