Accueil / F1 / Culture / Mondial de l’auto : quid du sport ?
Alain Prost F1
© Mondial de l'Automobile 2014

Mondial de l’auto : quid du sport ?

Le Mondial de l’Automobile à la sauce électrique vaut-il le déplacement pour les férus de compétition ? Nous avons fait le test en privilégiant une visite 100% racing… Nous vous proposons ainsi un parcours sur-mesure où le sport automobile est bien à l’honneur. Cela n’était d’ailleurs pas si évident, notre visite ayant eu lieu quelques heures après l’accident de Jules Bianchi, lors du Grand Prix du Japon.

Notre coup de cœur du salon rime avec innovation : il s’agit de prototypes conçus par des étudiants, dopés aux énergies renouvelables. Il y a des chances que vous ayez déjà entendu parler de la Cityjoule qui jouit d’une belle notoriété avec ses 80 kg et sa consommation chiffrée équivalente à 0,1 litre au 100. Plus loin, dans un autre hall du salon, les visiteurs ont pu découvrir un prototype tout aussi atypique nommé Hélios – rien à voir avec le pilote d’IndyCar Helio Castroneves, cela dit.

En réalité, il y a eu plusieurs Hélios, et c’est le quatrième du nom qui a eu sa place parmi les curieux, dans le hall 2.1. A l’heure où l’on parle de l’électrique, Hélios tire son énergie du soleil. Les étudiants de l’Ecole des Hautes Etudes d’Ingénieur (HEI) de Lille n’ont pas renoncé malgré le relatif ensoleillement de leur région. Mieux : ils ont traversé l’Australie du nord au sud, de Darwin à Adélaïde, dans le cadre du World Solar Challenge. Récidivistes, ils ont réalisé cette prestation six fois. Hélios, cinquième du nom, est programmé pour cette campagne 2014-2015. La soif de vaincre poussera les concepteurs et réalisateurs de ce nouveau prototype à faire mieux qu’une treizième place sur 36 il y a cinq ans !

Helioscar 2009 - HEI prototype énergie solaire

© Helioscar

Honda fait son retour en Formule 1 en 2015 et le fait savoir : un moteur turbo de l’ère précédente du propulseur en F1 y est exposé à côté d’une F1 d’époque. Une agréable surprise qui se laisse dévorer des yeux.

Deux Lotus se sont fait une place dans deux stands différents. On aurait pu s’attendre à voir Romain Grosjean et Pastor Maldonado à l’honneur, mais non : l’Automobile Magazine lui préfère Kimi Räikkönen. N’espérez pas voir le double-nez atypique de cette Formule 1 : comme souvent, les anciennes monoplaces ont la faveur de ce type d’exposition. Vous pourrez d’ailleurs le faire remarquer à Romain Grosjean, présent au Mondial samedi, sur le stand Total !

Pour autant, relativisons : la Formula E ne peut pas se permettre un tel écart. Le modèle standard ainsi que l’e.dams-Renault se trouvent quasiment côte-à-côte, bien en évidence. Si l’électrique a le vent en poupe dans ce salon, elle est aussi mise en valeur avec le stand Trophée Andros, où la dégustation de produits de la marque est proposée. Mazda a aussi dégainé, sur son stand, sa machine de compétition sur glace, ce qui ravira certainement ceux qui n’étaient pas rassasiés par la monture de Franck Lagorce.

Chez Volkswagen, le rallye de France en Alsace était retransmis sur écran géant, les curieux pouvant profiter de la couverture de Sport+ entre autres contemplations de véhicules de série. Les efforts de Sport+ pour rendre télégénique un sport qui, traditionnellement, est oublié des petits écrans s’en retrouvent décuplés et nous ne pouvons qu’approuver !

Mercedes F1 2014

© Mondial de l’Automobile 2014

Infiniti et Mercedes ne se trouvent pas bien loin et exposent bien entendu leur F1 star, avec une sécurité accrue pour Red Bull et une explication des termes techniques tels que « MGU-K » pour la firme à l’étoile. Nous ne pouvons les blâmer : au stand Abarth, la nouvelle F4 italienne s’est retrouvée caressée par des visiteurs sous le charme du châssis Tatuus. Le volant et les pneus ont obtenu les faveurs les plus appuyées…

La mode et l’automobile : voilà le thème de l’exposition de cette année, au pavillon 8. Symbole de toute la créativité de l’automobile à travers les années, cette exposition offre, dans un coin, la présence de l’ancienne F1 d’Alain Prost, qui témoigne de l’ancienne ère turbo où Renault avait révolutionné la compétition. Renault expose d’ailleurs la R.S. 01, le bolide qui va proposer aux spectateurs des World Series by Renault, dès l’an prochain, un nouveau format de course qui promet d’être détonnant.

Retour un peu plus bas, au pavillon 2.2 où les médias s’offrent une belle couverture. Parmi les stands, vous pourrez trouver celui de Pierre Gasly avec un simulateur intégré et un beau call-to-action pour rejoindre le fan club du jeune normand.

En bref, nous avons aimé la présence des formules de promotion, à laquelle nous ne nous attendions pas. Nous regrettons toujours la disparition du hall spécial sport automobile, mais ne pouvons que valoriser les initiatives, ici et là, pour promouvoir ce que le sport fait de mieux pour faire avancer les voitures de série. Cerise sur le gâteau : la liste ci-dessus n’est évidemment pas exhaustive, l’endurance ou les voitures de tourisme s’offrant également une belle représentation.

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l’aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox