Accueil / F1 / Ecuries et pilotes / Pastor Maldonado chez Williams, quelle suite ?

Pastor Maldonado chez Williams, quelle suite ?

Williams embauche Maldonado, un pilote payant pas si ridicule...

Beaucoup de bruits mais peu de choses pour le moment. Si ce n’est un test après Abou Dhabi. L’équipe de Grove possède actuellement une option sur ses deux pilotes actuels et a signalé que Bottas resterait pilote réserviste l’an prochain. On peut alors se demander où repose le problème.

Williams lutte pour sa survie financière depuis que BMW a rompu fin 2005 leur accord global. Néanmoins, les traces de l’affaire Button/Honda ainsi que le soutien de Toyota et d’autres sponsors assuraient une rentrée régulière d’argent frais, mais ceci appartient désormais au passé. Car sans motoriste partenaire et les sponsors partant les uns après les autres, Williams F1 manque de liquidité. Au point que Williams et Head aient vendu certaines parts à Toto Wolff.

En ces temps de disette économique et de chasses peu fructueuses aux sponsors, les équipes ont du mal à se financer. D’autant plus quand les résultats sont au cœur du peloton. Il faut alors généralement faire appel aux services d’un pilote grassement soutenu par une entreprise majeure. Comme Perez et Telmex chez Sauber l’an prochain, ou Aleshin et Gazprom dans les saisons à venir. Williams cherche cependant un bon pilote. D’où l’hypothèse Maldonado, champion de GP2 cette saison. Le Vénézuélien a toujours montré de la vitesse, mais son côté sauvage et latin lui ont joué des tours. Un peu comme Massa, signe que les deux ont le même manager qui croit que l’animalité en piste peut être sacrifiée sans perte de vitesse. L’inverse demeure moins probable. Pastor Maldonado est soutenu par PDVSA, une entreprise de pétrole contrôlée par le gouvernement d’Hugo Chavez. PDVSA, paraît-il, serait prêt à mettre de 15 à 18 millions pour soutenir Maldonado en F1. D’où un intérêt doublé chez Williams. Mais qui lâcher de Barrichello ou Hulkenberg ?

Barrichello, malgré son âge, représente un atout technique sans égal. Hulkenberg lui, confirme progressivement tout le bien que l’on pense de lui depuis l’A1 GP 2006. Lâcher Nico serait peu logique vu le potentiel qu’il représente, et lâcher Rubens laisserait l’équipe à deux pilotes peu expérimentés. Williams pourrait ainsi garder ses pilotes pour faire le dos rond jusqu’en 2013 mais les récents coups de tête des nouvelles règles pourrait retarder un éventuel deal avec Porsche.

Les seuls désavantages que présentent les pilotes actuels sont l’âge élevé pour le Brésilien et la pression managériale de Willy Weber sur Williams pour l’Allemand. Ce que les deux compensent par un coup de volant assez brillant. Mais la nomination de Maldonado aux tests jette un pavé dans la mare. Si Dean Stoneman y est aussi, c’est grâce aux liens Williams-FIA-F2 mais Maldonado n’y intervient pas. Les jours de tests étant rares de nos jours, on pourrait presque dire à Abou Dhabi envers Barrichello et Hülkenberg : malheur au vaincu.

Tout en espérant que cette écurie mythique se relève un jour de tant de difficultés rencontrées actuellement.

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l’affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox