Accueil / F1 / Pirelli veut une Formule 1 pour développer ses pneus 2013

Pirelli veut une Formule 1 pour développer ses pneus 2013

Pirelli 2013

Le manufacturier de pneumatiques Pirelli a d’ores et déjà sollicité les équipes pour qu’elles puissent lui fournir une monoplace de test. Celle-ci serait utilisée par Pirelli pour le développement des pneumatiques pour la saison 2013.

Les équipes ne souhaitent pas collaborer, puisqu’elles estiment que l’équipe qui fournira sa monoplace 2011 – comme le souhaite Pirelli – bénéficiera d’un avantage. Les pneumatiques seront en effet conçus à partir du fonctionnement de la monoplace. Ainsi, puisque chaque année, les équipes soulignent sans cesse l’importance de la compréhension des pneumatiques et éprouvent des difficultés plus ou moins grandes à ajuster leur monoplace aux caractéristiques des pneumatiques, comment garantir que l’équipe « fournisseur » aura besoin du même temps d’adaptation que ses adversaires ?

Malgré tout, Pirelli a besoin de ce temps de piste pour améliorer ses pneumatiques. L’investissement d’un manufacturier de pneumatiques dans des disciplines comme la Formule 1 n’est pas viable si, sans cesse, celui-ci ne peut pas travailler comme il l’entend, ce qui a par la suite des répercussions néfastes sur son image de marque ? Souvenez-vous, Pirelli a dû fournir aux équipes pour sa première année en compétition des gommes qui s’usaient rapidement et brusquement, dans le but d’améliorer le spectacle. Mais comment pouvez-vous expliquer à vos clients potentiels que vous travaillez sur un projet qui vise à forcer le pneumatique à se dégrader, mais que vous pouvez leur garantir des pneumatiques leur assurant sécurité et fiabilité ?

En tous les cas, malgré la volonté de Pirelli de fournir à toutes les équipes les données recueillies lors des tests voulus par le manufacturier, et leur point d’honneur mis sur le fait de faire rouler leur propre pilote lors de ces mêmes tests, la solution actuellement proposée ne convient pas. Il s’agirait en fait de modifier la Toyota de 2009 actuellement à la disposition du manufacturier. Paul Hembery a indiqué que la proposition n’était pas viable, la monoplace se révélant être une pièce de musée désormais. Hembery est néanmoins optimiste, et a précisé qu’il n’y aura pas plus de trois séances de tests requises pour finaliser les pneumatiques. Le reste pourra être effectué sur un simulateur.

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l’aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox