Accueil / F1 / Business / Quand Eddie Jordan voulait mêler F1 et télé-réalité
2012 European Grand Prix - Sunday
© Andrew Ferraro / LAT Photographic

Quand Eddie Jordan voulait mêler F1 et télé-réalité

Il y a dix ans jour pour jour, l’équipe d’Eddie Jordan annonçait son intention de lancer une émission de télé-réalité afin de donner sa chance à un inconnu de piloter pour l’équipe trois ans plus tard, en 2007.

Le concept reposait sur un système de juges sélectionnant une liste de pilotes qui auraient été intégrés à l’émission de télé-réalité. Les téléspectateurs auraient ensuite eu la possibilité de voter pour leurs favoris. Le vainqueur allait ensuite connaître un programme d’entraînement sur trois ans avant de faire ses grands débuts en F1.

Un membre de l’équipe annonçait même à l’époque : Eddie a rencontré Bernie Ecclestone afin de trouver des solutions pour promouvoir la Formule 1. Après les discussions, nous avons bon espoir de réaliser ce projet l’an prochain (en 2004, ndlr).

Le plan média s’articulait autour d’un programme réalisé par Jordan et l’agence de marketing sportif SlaterHerd. Le projet allait même plus loin que celui évoqué quelques semaines auparavant évoqué par David Richards, alors responsable de BAR, et accueilli avec scepticisme par Jacques Villeneuve, encore au volant à l’époque.

Le but avoué de Jordan dans l’opération était de compenser la perte du sponsoring des fabricants de tabac, Benson & Hedges dans le cas de Jordan Grand Prix, par une exposition médiatique plus importante.

Mélange de « Nouvelle Star » et de l’opération « Rallye Jeunes », le concept aurait été approuvé par Bernie Ecclestone mais ne s’est jamais matérialisé dans les faits pour des questions d’assurance, officiellement. Quand bien même celui-ci aurait réussi, Eddie Jordan cédait son écurie en 2005 à Alex Shnaider, patron du Midland Group.

Finalement, le projet le plus proche d’une telle chose est plus récent mais encore bien loin des émissions de télé-réalité. En 2011, Vijay Mallya et Force India lançait la chasse « One from a billion ». A défaut de posséder un junior team et lassée de devoir se justifier sur le non-recrutement de Narain Karthikeyan ou Karun Chandhok, l’équipe basée à Silverstone lançait une grande opération afin de trouver le pilote indien qui pourrait gravir les rangs.

Après plusieurs mois de sélections régionales, de tests et de shoot-out en karting, une finale était organisée à Silverstone. Un jury composé de Robert Fernley, team principal, Anthony Hamilton, Nico Hülkenberg et Eddie Jordan (comme le monde est petit) ont évalué les dix finalistes sélectionnés à Goa. Transférés à l’usine, les jeunes aspirants ont reçu des leçons de pilotage à Dmax karts, des exercices médiatiques, des conseils de fitness au Porsche Human Performance Centre avant une course à Milton Keynes.

Trois vainqueurs ont été annoncés dont Arjun Maini, 14 ans et grand gagnant. Tarun Reddy, 14 ans, et Jehan Daruvala, 13 ans, ont également reçu le soutien de l’équipe pour intégrer la Sahara Force India Academy et un soutien financier pour leurs débuts en compétition.

Deux ans plus tard, si Tarun Reddy se fait discret cette année, les deux autres continuent leur progression. Jehan Daruvala, 25ème en CIK-FIA Academy Trophy 2011, évolue désormais en CIK-FIA Euro KFJ, dont il occupe le huitième rang après avoir signé la pole et terminé deuxième en CIK-FIA KJ-Junior Super Cup.

Quant au grand vainqueur, Arjun Maini, il prend le chemin de la monoplace après une année 2012 décevante en karting (38ème en CIK-FIA Academy Trophy). Engagé en AsiaCup Series, série créée cette année par l’équipe Meritus GP qui y reconditionne d’anciennes Mygale FB02 vues en Formule BMW pour les utiliser en Asie du Sud-Est, Arjun Maini a signé deux podiums lors du premier meeting. Il occupe actuellement la septième position d’un championnat dont peu de recul sur le niveau peut être donné. Il est en revanche intéressant de noter que le pilote n’a plus de liens visibles (combinaison, monoplace, casque) avec Force India, qui n’a d’ailleurs plus communiqué sur les deux derniers cités depuis un an maintenant, ni renouvelé l’opération. Constat d’échec ?

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l’affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox