Accueil / F1 / Culture / Quand la F1 réfléchissait à des courses de biplaces
TWO SEATER F1
© DPPI / LAT / Red Bull Media Pool

Quand la F1 réfléchissait à des courses de biplaces

Nous sommes en 2003. La séance de qualifications d’une heure en Formule 1 vient d’être abandonnée au profit d’une double séance où les pilotes s’élancent à tour de rôle pour un seul tour lancé.

Avec ce nouveau système est mis en place le parc fermé entre les qualifications et la course, d’où la suppression du traditionnel warm-up, ayant habituellement lieu le dimanche matin. La densité de l’activité en piste décroît fortement, d’autant que les courses de support peinent à faire le plein, l’International F3000 ayant des grilles d’une quinzaine de monoplaces en moyenne.

Lors du Grand Prix de France en juillet, le patron de Minardi Paul Stoddart, également propriétaire d’European Aviation, lance l’idée de courses de « F1 » biplaces pour offrir un peu de spectacle aux spectateurs.

Initialement sans suite, le plan reprend du poil de la bête en janvier 2004 lorsque l’Australien relance l’idée lors d’une réunion entre les autres directeurs d’équipe, Max Mosley et Bernie Ecclestone. Stoddart avance même que plus de 1350 personnes ont eu un tour en F1 biplace depuis le lancement de son programme en 2000.

Enthousiaste sur le projet, Max Mosley indique même qu’il s’agirait de faire une course le dimanche matin entre dix biplaces identiques, une par équipe et pilotée par les troisièmes pilotes pour dix tours, dont un arrêt obligatoire. Les autres directeurs d’équipe auraient approuvé le plan.

Il ne restait donc plus qu’à obtenir l’avis des sponsors, mais aussi celui des assurances, puisque les baquets passagers des biplaces auraient été réservés à des stars. Mosley annonçait un délai d’une semaine pour une réponse définitive, le temps de réfléchir également aux moyens d’en faire un produit adapté à la télévision.

Cependant, contrairement à l’enthousiasme de Mosley, Stoddart admettait que si aucune équipe n’avait refusé, deux avaient posé leurs conditions tandis qu’une troisième avait dit qu’elle participerait si tous les autres y allaient. Or, un accord unanime était nécessaire. Le plan B de Stoddart était d’obtenir la signature de cinq équipes pour assurer une grille de dix biplaces. Nouvel échec, avec seulement quatre équipes donnant leur accord.

Minardi allait donc se contenter de poursuivre son propre programme de biplaces lors d’évènements ponctuels destinés à des représentants de leurs mécènes ainsi que de généreux clients. Le concept était ensuite adapté – sans les courses – en ChampCar, le Minardi Team USA offrant des démonstrations aux VIP et à quelques heureux fans durant la saison 2007. Les biplaces sont désormais recyclées par divers organismes : circuits, promoteurs, écoles de pilotage.

A noter que Stoddart avait organisé des courses de « F1 » biplaces à Donington en 2001 et 2002. Avec une première dans l’histoire conclue par un accrochage entre Nigel Mansell et Fernando Alonso, donnant au businessman Jonathan Frost et à la journaliste Louise Goodman quelques sensations supplémentaires pour 55.000$.

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l'affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*