Accueil / F1 / Qui peut coacher un pilote de course ?
Marvin Kirchhöfer 2013 ATS F3 Cup Oschersleben
© ADAC / ATS F3

Qui peut coacher un pilote de course ?

Ils suscitent l’admiration, attirent les caméras et les journalistes à la pelle. Le phénomène ne les atteint pas dès le début de leur carrière, mais les pilotes y sont préparés au plus tôt. Contraints d’être sans cesse performants sous peine de manquer le coche, comment les pilotes peuvent-ils être amenés à réussir en toutes circonstances ? Qui peut les aider à atteindre leurs objectifs, et comment ? Eléments de réponse.

Les coachs de pilotes ont fait l’objet de divers articles et interrogations ces dernières années. Lorsque Romain Grosjean était connu pour ses départs en catastrophe autant que sa pointe de vitesse, la question est revenue sur le tapis. Mais avait-elle besoin de l’être ?

Les pilotes sont formés par des structures tout au long de leur parcours en formules de promotions. Ils ne font pas tous partie de junior teams qui offrent une préparation optimale, mais leur imbrication dans une équipe, quel que soit son niveau de jeu, leur impose d’être professionnel dès le plus jeune âge. Même les pilotes payants savent ce qu’ils font : les catégories inférieures filtrent les talents pour faire ressortir les meilleurs profils, même dans cette catégorie. Les fédérations proposent des championnats où la formation des pilotes est très polyvalente : il n’est pas seulement question du pilotage (savoir-faire) mais aussi du comportement hors-piste, notamment face aux médias (savoir-être).

La mode de la société de la connaissance a donc atteint le sport automobile, milieu où l’excellence et l’innovation sont la norme. Dans cette optique, la question n’est pas tant de savoir si les pilotes doivent avoir recours à des coachs, mais quel type de coach doit les encadrer.

Jeune pilote ascendant coach

Nombreux sont les pilotes qui aident leurs pairs dans les catégories inférieures. Leur expertise technique et leur expérience sur la piste sont des atouts pour les structures (qui profite d’un développement optimisé) et pour les pilotes (qui bénéficient d’une intelligence de course accrue et de conseils plus précis).

C’est ainsi que l’équipe Lotus d’ATS F3 Cup (le championnat de Formule 3 allemande) a recours à Tom Dillmann, qui avait battu Kevin Magnussen avec une monoplace moins performante dans ce même championnat quelques années plus tôt. Autant dire que les résultats de l’équipe s’en sont ressentis : sur les quatre pilotes en piste, rares étaient les exceptions où Lotus ne réalisait pas un triplé.

Apports extérieurs : quels bénéfices ?

Les pilotes ont de nombreuses possibilités de s’améliorer, pourvu qu’ils disposent du budget adéquat bien entendu. Les plus chanceux et talentueux intègrent des programmes établis par les équipes de Formule 1. D’autres personnes interviennent également : le pilote est en contact avec ses ingénieurs et mécaniciens, dont l’expérience est toujours bénéfique. Leur relation a intérêt à être au beau fixe, puisque le pilote assemble le puzzle final pour délivrer les résultats qui comptent. Le travail en amont ne peut être survolé non plus, sous peine de manquer de pièces.

Jusqu’ici dans cet article, les personnes gravitant autour des pilotes étaient liées au monde du sport automobile. Mais l’apport de coachs extérieurs peut aussi permettre d’apporter un certain recul, une analyse plus détachée de l’environnement dans lequel le pilote évolue depuis souvent plusieurs années. Pour que le formateur en question s’adapte de manière adéquate, celui-ci a recours à une méthodologie précise, ancrée dans sa profession, comme nous le confie Matthieu Tellier, consultant-formateur spécialisé dans l’accompagnement du changement pour les entreprises, sportifs et particuliers.

[C’est] durant la phase initiale d’analyse [que l’adaptation a lieu]. Quand un coach intervient dans un milieu, quel qu’il soit, il s’imprègne de l’environnement et il étudie ses contraintes et ses possibilités. La deuxième étape sera alors d’aider le client à formuler un objectif très précis.

Dans le cas des pilotes vont émerger deux difficultés majeures : le timing et le tempo. Le timing, car il s’agit de développer une grande capacité de concentration sur un instant très court. L’intérêt d’un coaching pour un cadre en entreprise est de développer un projet sur plusieurs mois. L’intérêt d’un coaching pour un pilote est d’être prêt le jour de la course. Et le tempo car, le jour J, le stress est là et chaque pilote subit une sorte d’emballement du dialogue interne avec des phrases comme « je dois surtout… » ou « je ne dois pas… » ou encore « il faut absolument que je… ». L’objectif d’un coaching est d’obtenir plus de liberté intérieure pendant les phases de stress.

Pourtant, des réticences peuvent intervenir. Souvenez-vous de Felipe Massa, qui envisageait de voir un psychologue pour améliorer ses performances en piste. Les railleries des supporters n’ont pas tardé. Voilà un avis qui tranche avec l’image du pilote que l’on veut vendre, celui dont la confiance infaillible lui permet d’écraser ses adversaires. Et si l’on faisait plus attention aux coulisses et qu’on élargissait le champ de possibilités ? Des solutions existent en effet :

L’idée serait tout d’abord de lister tous ces aspects et de clarifier ce qui est attendu dans chacun des contextes. Ensuite, il faut identifier les freins mentaux, autrement appelés croyances, qui limitent les performances. Et à chaque croyance on travaille sur un protocole spécifique, avec comme objectif de développer son sens de l’adaptation.

D’aucuns pensent que le talent d’un pilote suffit, s’il est conjugué à un travail acharné et rigoureux, pour peu que l’équipe soit pleinement autour de lui. La réalité est tout autre : tous les pilotes ne sont pas Sebastian Vettel et la majorité échouera dans son objectif d’arriver en Formule 1. Ce n’est pas un hasard si la Racing Steps Foundation, qui finance la carrière de pilotes prometteurs britanniques, vient de placer l’un de ses talents du côté des Etats-Unis. Quand la porte la plus prestigieuse reste fermée, d’autres voies existent…

Faire le tri

Toujours est-il que la formation des pilotes se diversifie. Le FIA Institute intervient sur plusieurs champs. Parmi eux, le site internet Safe is Fast propose des vidéos e-learning et un aspect interactif où les apprenants questionnent des références dans le domaine.

Les livres sur la performance et l’amélioration des compétences ne cessent de voir le jour, et là aussi, la compétition n’est pas exclue : sur ce même site internet, on trouve le livre du Professeur Jacques Dallaire, Performance Thinking: Mental Skills for the Competitive World…and for Life. Il y présente une méthode pour comprendre pourquoi le mental peut nuire à la performance et comment éviter cet écueil.

Plus l’on creuse le sujet, plus l’on va loin. Reste à trier les informations les plus utiles pour tel ou tel profil. A nouveau, le besoin est là, prêt à recevoir une réponse. La méthode est aussi pensée pour répondre à un tel défi.

Un bon coach c’est en effet quelqu’un qui actualise en permanence ses techniques, prend du recul avant et après chaque séance et s’investit dans la relation de coaching de manière sur-mesure.

Nous fonctionnons tous avec trois intelligences : l’intelligence des émotions, l’intelligence corporelle et l’intelligence du mental. Selon nos préférences apprises nous avons développé l’habitude d’en utiliser une seule sur les trois. Le programme sur-mesure permet donc d’identifier l’intelligence dominante du client et de travailler avec des outils uniques pour faire mieux fonctionner les trois ensembles. Par exemple, une technique comme la visualisation n’est pas forcément une méthode efficace pour toutes les personnes.

Dans le cas d’un coaching de pilote, après avoir travaillé sur les émotions, après avoir travaillé sur les croyances, la suite serait de construire des outils de gestion du stress. Le but étant d’apprendre à se détendre, à se faire confiance et à développer ainsi son intuition. Avec un peu de temps et de patience, un coaching permet de développer son potentiel et de s’autoriser enfin à réussir.

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l’aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

Un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox