Accueil / F1 / Ecuries et pilotes / Qui pour une lutte en F1 ?

Qui pour une lutte en F1 ?

Qui s'en sortira le mieux dans les line-ups de F1 ?

Sebastian Vettel domine le championnat cette année, c’est un fait bien ancré dans la mémoire collective des amateurs de sport. Beaucoup se souviennent avec plus ou moins d’amertume de l’absence de concurrence lorsque son compatriote et prédécesseur Michael Schumacher tuait celle-ci, tout en tuant le sport pour d’autres.

Lassantes, ces dominations sont toutefois impressionnantes et méritent le respect. Mais la relève peine à se faire un visage. Tour à tour, les Webber, Button, Alonso et Hamilton font figure de challengers, mais selon les abandons et manques de réussite de chacun, les uns et les autres se débordent dans le classement, avant de retomber. Celui qui gère devant, c’est Vettel.

Le point positif dans cette situation réside dans la façon dont la troisième session des qualifications est abordée : au bout de cinq minutes, les pilotes continuent de tourner. Ce ne fut malheureusement pas toujours le cas. Les écarts de performance semblent se resserrer, et voir les Red Bull boys sortir pour deux relais apporte l’espoir qu’ils peuvent être battus. Il y a du mieux, c’est déjà cela.

Le double abandon de Jenson Button l’a mis dans une position inconfortable pour le championnat. Sa victoire en Hongrie prouve néanmoins qu’il ne faut pas l’oublier. Il s’agit d’un homme de plus qui peut piquer des points aux autres. Chacun, en voulant se battre derrière Vettel, devient son complice tandis que ce dernier gère son avance. S’il ne gagne plus, ce n’est pas forcément parce qu’il ne le peut plus. Il ne lui suffit que de glaner quelques points par-ci par-là (et encore, il monte sur le podium pendant ce temps-là, ce n’est pas rien !). Deux victoires et une troisième place suffiront pour qu’il soit sacré à Singapour…

Le temps tourne, mais la seule chose à faire désormais est que la concurrence doit produire son effort sans relâche et espérer quelques défaillances. Les Red Bull de Vettel et Webber ont terminé toutes les courses. Adrian Newey a donc réussi à faire une voiture performante sans nuire à la fiabilité. Son « défaut » mentionné plusieurs fois chez McLaren n’est donc plus, en ce moment. Enfin, si Vettel ne gagne pas toutes les courses, et que les luttes en piste entre deux ou trois écuries ont bien lieu, nous sommes loin d’une catastrophe sportive liée à une domination stérile – et tant mieux !

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l'aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox