Accueil / F1 / Ecuries et pilotes / Retour officiel du banni Symonds

Retour officiel du banni Symonds

Marussia Virgin Racing

Dès le Nouvel An 2013, Pat Symonds aura fini de purger sa peine infligée suite au Crashgate de Singapour 2008 et qui lui interdisait depuis courant 2009 d’exercer un poste officiel dans un paddock ou une équipe de F1. Une suspension qui avait été détournée depuis un peu plus d’un an lorsque Marussia, à l’époque encore Virgin, l’avait engagé en tant que consultant technique puis directeur technique après la séparation de l’équipe et de Nick Wirth.

Pat Symonds revenant officiellement dans le F1 Circus le 1er janvier prochain, Timo Glock n’a pas caché son enthousiasme de le voir en action et espère que cela coïncidera avec une hausse de forme de sa Marussia, et de celle de son futur coéquipier Max Chilton.

L’équipe russe s’attend ainsi à jouer avec des équipes de milieu de grille par moments en 2013. Un optimisme débordant mais réaliste ? Peut-être. En convainquant les dirigeants d’abandonner l’option d’une monoplace entièrement conçue par informatique et sans soufflerie, ce qui était le cas dès la création de la structure fin 2009, Pat Symonds a démontré que la soufflerie était encore plus au point que les techniques alternatives. Un sentiment renforcé par la saison de l’équipe, la meilleure de son histoire, grâce à une équipe technique renforcée par des membres de McLaren. Dans le même temps, Caterham affrontera une saison de transition avant 2014, de quoi laisser Marussia optimiste pour décrocher la dixième place du championnat malgré le désavantage d’être la dernière équipe à posséder un moteur Cosworth.

Les principaux succès de Symonds coïncident avec ceux d’Enstone, le Britannique ayant été un membre-clé des campagnes victorieuses de Benetton et de Renault avec Michael Schumacher et Fernando Alonso. Réussira-t-il à créer le même succès ailleurs ? Le scénario paraît difficile : Nikolay Fomenko, patron de Marussia Motors, a annoncé que l’équipe jouait surtout la survie jusqu’à fin 2014, afin d’avoir une équipe russe présente au premier Grand Prix de Russie, prévu à Sochi.

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l'affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox