Accueil / F1 / Ecuries et pilotes / Saison 2012 de F1 : Les vainqueurs des duels coéquipiers

Saison 2012 de F1 : Les vainqueurs des duels coéquipiers

Pastor Maldonado 2011 Formule 1 Nurburgring

La semaine dernière, nous nous étions attardés aux champions du monde pour le bilan mi-saison, avec statistiques à l’appui. Aujourd’hui, tous les pilotes de Formule 1 sont concernés, et seront jugés dans le cadre de l’un des examens les plus importants : les duels entre coéquipiers.

Ce sont bien eux, en effet, qui déterminent de la forme des pilotes et ce qui atteint précisément leur image – de façon pas toujours objective, il faut l’admettre. C’est dans ce contexte qu’il faut considérer les statistiques de ce bilan. La méthode est quelque peu fastidieuse, mais si vous souhaitez comprendre comment ces statistiques ont été obtenues, vous pouvez y accéder en bas de l’article.

En moyenne, qui se classe le plus haut ?

Avant de se jeter dans le vif du sujet, comparons tous les pilotes en un seul bloc. Selon la méthode employée, pour toutes les arrivées classées, les pilotes obtiennent une moyenne. Plus elle est basse, mieux c’est, et comme souvent cette saison, Fernando Alonso se distingue.

Pour Romain Grosjean et surtout Michael Schumacher, les résultats sont positifs et soulignent une chose simple : du gâchis pour les deux hommes. La hiérarchie est assez bien restituée, hormis ces quelques exceptions. Le trio Caterham-Marussia-HRT ferme la marche, tandis qu’en tête d’affiche, les résultats sont très serrés, ce qui correspond globalement à la physionomie de la saison et ses vainqueurs multiples.

Par contraste, les abandons tardifs de Maldonado le repoussent derrière Bruno Senna – mais la tendance va-t-elle se confirmer ?

Duel 2012 F1 Course

Demandez le programme qualificatif !

Ces graphiques font part des disparités entre pilotes et de la progression de certains au fil de la saison.

Duel 2012 F1 Qualifications-1Duel 2012 F1 Qualifications-2

Chez Red Bull et Mercedes, la bataille est âpre, tandis que la tendance chez Ferrari et HRT est limpide : une domination espagnole intervient dans les deux camps. Chez Force India, Nico Hülkenberg recolle à son coéquipier dans la compétition comme dans les statistiques. Enfin, Toro Rosso et Williams montrent que dans les deux camps, l’exercice de la qualification tourne plus en la faveur de Daniel Ricciardo et Pastor Maldonado. Cette tendance est d’ailleurs similaire chez Lotus et McLaren, sans oublier Caterham.

Au final, qui gagne la partie ?

Equipe Pilote Total Ecart Vainqueur
Ferrari Alonso 36 Alonso
Massa 12 -24
Red Bull Vettel 26 -2 Webber
Webber 28
Lotus Räikkönen 25 Egalité
Grosjean 25 0
McLaren Hamilton 29 Hamilton
Button 20 -9
Mercedes Schumacher 18 -4 Rosberg
Rosberg 22
Sauber Pérez 21 Pérez
Kobayashi 17 -4
Force India Di Resta 19 Di Resta
Hülkenberg 15 -4
Williams Senna 13 -3 Maldonado
Maldonado 16
Toro Rosso Vergne 13 Ricciardo
Ricciardo 12 -1
Caterham Petrov 7,8 -2,2 Kovalainen
Kovalainen 10
Marussia Glock 7,5 Glock
Pic 5,3 -2,2
HRT De la Rosa 6,5 De la Rosa
Karthikeyan 3 -3,5

Fernando Alonso en remet une couche en obtenant le meilleur score de tous, et le meilleur écart entre coéquipiers – ce qui ne vous aurait certainement pas étonné, de toute façon ! Au contraire, les pilotes Red Bull sont dans un mouchoir de poche, tandis qu’il a été impossible selon la méthode employée de départager les pilotes Lotus, tout à fait complémentaires cette saison.

Sans surprise, Hamilton surpasse Button – le deuxième plus gros écart entre coéquipiers, la régularité de Rosberg paie, Pérez montre sa supériorité. Derrière, di Resta reste devant Hülkenberg : ses prestations en course penchent toujours en sa faveur. Au contraire, ce sont des prestations en qualifications que Maldonado tire le plus son salut.

Sans surprise toujours, les disparités sont plus nettes en haut de tableau, car s’il est difficile – impossible même, sauf grand miracle – pour une équipe de fond de grille de se hisser en tête de gondole, un favori peut très bien se classer dans les méandres du classement, encore plus en qualifications d’ailleurs.

Quels duels pourraient évoluer ?

Durant les neuf courses restantes, le suspense reste entier entre les pilotes Red Bull, qui avaient déjà bataillé ferme il y a deux ans jusqu’à la fin, Vettel sortant vainqueur alors que Webber était mieux placé à quelques courses de l’issue.

L’égalité des pilotes Lotus devrait se décanter si l’un des deux pilotes s’impose. Poser Kimi Räikkönen en favori pour la course de Spa est tentant, mais il faut parfois savoir raison garder sur ce point, les favoris n’étant pas toujours récompensés, au grand dam de ceux qui avaient misé sur ces derniers !

Si en haut de tableau, ces duels sont plus anecdotiques tant les pilotes – sauf exceptions – sont à des niveaux similaires, plus bas chacun aura à cœur de battre l’autre, condition de survie pour l’année prochaine, dans le marché des transferts.

Il sera, dans cette optique, intéressant d’observer si Michael Schumacher est en mesure de faire un bond supplémentaire en avant. Quelle est la stratégie de Mercedes, qui dispose de pilotes très talentueux en réserve ? Voudra-t-elle continuer dans le sens de Schumacher, où laisser place aux jeunes ? Avant de prendre cette décision, clairement, il faudra être au rendez-vous sur la piste. Combien de temps l’équipe allemande supportera-t-elle encore de jouer les figurants, certes bien valorisés mais loin des premiers rôles tant souhaités ?

Plus qu’une affaire de pilotes, il s’agit de questions de performances. Au final, rien de bien surprenant lorsqu’il est question du meilleur du sport automobile !

Méthode

Nous sommes d’abord partis de la position moyenne à l’arrivée. Pour calculer ce chiffre, nous n’avons pas pris en compte les prestations des pilotes non-classés à l’issue d’une course.

Ainsi, un pilote qui aurait abandonné à plusieurs reprises mais qui se serait classé, lorsqu’il termine ses courses, dans le haut du classement, va voir sa moyenne baissée. Un indicateur qu’il est passé à côté de quelque chose d’important. L’effet inverse existe, puisque non-classé ne signifie pas forcément abandon : les pilotes qui abandonnent en fin de course sont classés, ainsi leurs positions d’arrivée dans ce cas de figure sont prises en compte. Cette fois-ci, l’indicateur pénalise au lieu de valoriser, mais les conclusions sont assez similaires. Ces chiffres sont communiqués ensemble, pour bien se rendre compte du phénomène.

Dans un deuxième temps, les positions sur la grille de départ ont été prises en compte. Elles ne font pas forcément foi en termes de performances pures sur le plan des temps de qualifications, mais la pénalisation de Lewis Hamilton en raison d’une quantité insuffisante de carburant embarquée en fin de qualifications rend ces temps délicats à relever de manière brute.

Ces deux fondations sont complétées par d’autres statistiques : tout d’abord, la position réelle au championnat, qui modifie quelque peu l’ordre des pilotes selon la position moyenne à l’arrivée. Pour prendre en compte cette position et comptabiliser des points qui valoriseraient les meilleures positions, il faut prendre les choses à l’envers et soustraire la position d’arrivée au nombre total de pilotes.

A ce chiffre, il faut ensuite ajouter plusieurs éléments :

  • Pour le duel entre coéquipiers, ajouter un point à celui qui précède l’autre au championnat, et un autre point à celui qui détient une meilleure position moyenne à l’arrivée.
  • Un point sera ajouté dans chaque équipe au pilote le plus souvent classé.
  • Le total des meilleures qualifications par pilote dans chaque équipe sera ajouté. Pour ne pas fausser les statistiques (plus les positions moyennes à l’arrivée sont élevées, moins le total est grand), quatre groupes de pilotes seront formés en fonction des positions moyennes à l’arrivée. Pour les plus performants, le total des meilleures qualifications restera inchangé. Pour le deuxième groupe, il sera divisé par 2, le troisième par 3 et le quatrième par 4. Si deux coéquipiers n’appartiennent pas au même groupe, priorité au pilote le plus performant pour déterminer la division.

Le total sur lequel les coéquipiers sont départagés inclut donc ces éléments, et pour chaque équipe, la dernière étape est d’établir l’écart entre les totaux des deux coéquipiers. Plus l’écart est élevé, plus l’écart de performance est grand.

Tout est clair ? Vous pouvez remonter !

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l’aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

Un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox