Accueil / F1 / Business / Séparation en vue d’AT&T et de Williams ?
2007 Japanese Grand Prix
© Glenn Dunbar / LAT Photographic

Séparation en vue d’AT&T et de Williams ?

Mise à jour 4 janvier 2012 : Williams a confirmé être à la recherche d’un nouveau sponsor-titre suite à l’issue du contrat entre l’écurie et le groupe de télécommunications AT&T, et être en négociations avancées avec un autre groupe de télécommunications.

La publication d’un nouveau logo sur la page Facebook de l’écurie Williams et leur site internet suggère que le contrat entre l’équipe de Grove et leur sponsor-titre est arrivé à son terme et n’a pas été renouvelé, bien que AT&T figure toujours parmi les partenaires officiels sur le même site Internet. Joe Saward, qui consacre son dernier article à ce sujet, estime ainsi que les rumeurs se confirmeraient donc.

Toute cette histoire pourrait faire figure d’une étude de cas géopolitique, puisque les rumeurs mettaient en avant que le groupe américain AT&T ne voyait pas d’un bon œil le lien entre l’équipe et le gouvernement vénézuélien. Outre cet aspect, l’arrivée d’un autre sponsor-titre pourrait expliquer un tel changement de logo prenant effet dès le début de l’année 2012. La banque nationale du Qatar, QNB, devrait ainsi incarner le nouveau sponsor-titre de l’équipe de Frank Williams. Le sponsor-titre de Williams pourrait donc changer d’aspect, d’autant plus qu’AT&T a évalué le sponsoring titre différemment des autres entreprises. Elle s’est contentée du pur plan B2B au détriment d’une visibilité à tout prix. En ce sens, il est difficile, vu les résultats mitigés de Williams, de faire une réelle évaluation de l’opération. Par conséquent, outre ces deux éléments justifiant une séparation, la question de la rentabilité d’une telle affaire, qui aura duré cinq ans, se pose légitimement.

L’équipe Williams s’enfonce encore plus dans une spirale négative qui l’oblige à trouver un financement adéquat pour survivre. Il est vrai que l’équipe a toujours tenu tant bien que mal debout, mais la saison passée a été de mal en pis, au grand dam de nombreux observateurs très attachés à celle-ci. L’introduction en bourse de l’équipe, les revenus assurés par Pastor Maldonado et PDVSA et, comme Joe Saward le suggère, le remplacement de Sam Michael par Mike Coughlan qui laisse entendre que l’équipe ne pouvait pas se permettre de recruter un autre ingénieur à la place ; tous ces aspects financiers témoignent du fait que plus que jamais, l’équipe est financièrement dans de beaux draps. Pourvu qu’elle brise cette spirale et remonte à la surface – l’arrivée du motoriste Renault pourra, sait-on jamais, être le vecteur d’un tel espoir.

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l'aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox