Accueil / F1 / Business / The future is now

The future is now

F1, quel avenir ?

Pour le moment, trois équipes ont annoncé leur candidature pour 2011, suite à l’appel d’offres de la FIA pour combler la treizième et dernière place du plateau 2011. Il s’agit d’Epsilon Euskadi, Stefan GP et Durango. D’autres pourraient suivre, mais auront par effet de notoriété des aspects plus marginaux.

Le projet le plus sérieux reste Epsilon Euskadi, qui possède déjà une usine largement aux standards F1 et qui bénéficie d’une longue expérience en formules de promotion. De plus, Villadelprat est un grand connaisseur du monde automobile, ancien disciple de Dennis du temps de P4 au rachat de McLaren avec Ojjeh. Epsilon serait en outre assuré d’un partenariat moteur avec Renault.

Durango et Stefan, le cas est plus délicat. Stefan était douteux sur le financement, maintenant qu’ils n’ont plus Toyota derrière eux, ils sont douteux techniquement. Et ce n’est pas leur brand new website avec leur projet de circuit à côté d’une usine dans les alentours de Belgrade qui me convainc. Rappelons-nous également que le directeur technique de Stefan GP est Mike Coughlan. Déjà que Mosley n’en voulait plus, alors que dire de Todt qui était à la tête de Ferrari lors du spygate 2007 dont Coughlan était un des principaux protagonistes… Quant à Durango, après l’essai avorté de 1996, ça va être dur d’être crédible, surtout quand on voit qu’ils n’ont pas eu les reins assez solides pour une saison de GP2 en plus cette année. Ivone Pinton a beau jurer dans Autosport que ses associés étaient prêts à investir le décuple (5M€ en lieu et place de 500K€) si le team était en F1, cela ne fait pas pour autant un budget de F1. Enfin bon, quand on voit que les élus du casting initial pour les impétrantes de 2010 étaient Campos (devenue HRT), Manor (Virgin) et USF1 (mort-née), on se dit que tout est possible.

Après, iSport, Lola, Prodrive, et quelques autres, sont des équipes qui essayeront de profiter de nouvelles défaillances aux alentours de 2013. Cette même année qui correspondra à une refonte de la motorisation en F1. Quand je dis défaillances, je pense alors aux écuries les plus récentes (viabilité d’HRT ? Quid du prolongement de Virgin auprès de Manor ? Durabilité de certaines actuelles ?).

Pour finir aux moteurs, il semble que le choix ait été fait, ayant le consensus de Ferrari et Renault (ce qui pourrait être un bon signe de continuité de la marque en F1). Il s’agirait alors de renoncer aux V8 2.4l atmosphériques pour passer à des 4 cylindres (en ligne) 1.5l bi-turbo (avec Ferrari poussant pour une injection directe) avec Kers intégré, environ trois fois plus puissant que ceux de 2009. Ceux qui craignaient sans trop de raisons pour la sonorité moteur lors du passage V10/V8 vont être finalement servis, non pas fin 2005 mais fin 2012. Adieu sons stridents et aigus, bienvenue dans le monde du rauque et du râle. Reste à savoir s’il y aura une limitation ou un gel des régimes moteurs ou de la puissance (d’après certains calculs auprès des écuries, on passerait d’environ 760 chevaux à 680).

Reste les pneus, et une réforme possible dès l’an prochain si Michelin obtient le passage de 13 à 18 pouces souhaité. Une chose anodine en apparence, mais obligeant les équipes à modifier une bonne partie de l’aérodynamique en raison des flux d’airs différents. Pirelli s’est également montré intéressé par un tel changement, mais ne souhaite pas de concurrence, et ne voit aucun inconvénient à être en monopole gratuitement, contrairement à Bibendum. Ailleurs, Avon, le seul manufacturier ayant déjà fait de la F1 sans gagner une seule course, ni même signer un podium, n’a rien dit à ce sujet. Quant à Bridgestone, leur position est toujours illisible. Le vainqueur de l’appel d’offres manufacturier risque probablement d’être celui négociant le mieux les accords commerciaux avec les écuries. Il y a aussi le risque que les nouvelles équipes refusent les nouveaux pneus, arguant d’une dépense exponentielle dans le dessin d’une nouvelle suspension. Il se murmure donc qu’Ecclestone serait en train de négocier après carte blanche de la F1 Commission un accord avec un manufacturier (qui serait Avon) pour utiliser des pneus non-badgés et identiques à tous, pour 2011, sur le même diamètre que ces dernières années. Faites les liens, vous verrez que cela se tient, au détriment d’une nouvelle guerre des pneus.

Dans tous les cas, 2011 peut permettre un nivellement des équipes, tout comme des gros écarts selon les nouvelles adaptations aux gommes. Pareil pour 2013 selon les motoristes. Le futur se joue maintenant.

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l'affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox