Accueil / F1 / The Pollock Formula, courage fuyez ?
© Renault Sport Media

The Pollock Formula, courage fuyez ?

AUTO - WORLD SERIES BY RENAULT MOTORLAND 2013

Peu échaudé par son échec de motorisation en Formule 1, le projet PURE, Craig Pollock tente une nouvelle fois de rebondir en fondant une nouvelle société, The Pollock Formula, basée au Luxembourg.

L’objectif est de réunir des fonds pour soutenir financièrement des pilotes arrêtés dans leur progression à travers les formules de promotion. Craig Pollock va même jusqu’à annoncer que les investisseurs pourront avoir un retour sur investissement en trois ans.

Certes, Craig Pollock possède encore quelques relations dans le paddock de la F1 mais cela ne fait pas tout. Les projets de l’Ecossais ces dernières années ont été rarement couronées de succès.

Ancien professeur reconverti dans le business, Pollock était devenu le manager de Jacques Villeneuve après une rencontre fortuite à Suzuka entre les deux hommes s’étant connus plus jeunes en Suisse. Parti aux Etats-Unis, Villeneuve allait s’imposer avant de faire ses débuts tonitruants en F1, devenant meilleur débutant en 1996 puis champion du monde en 1997.

Dans la foulée, Pollock contactait British American Tobacco pour créer une équipe. British American Racing naissait grâce au rachat de Tyrrell puis la signature de Jacques Villeneuve. Et puis les choses ont commencé à se gâter.

Une communication que l’on pourrait gentiment qualifier de trop optimiste ne masquait pas le désastre sportif en 1999 pour la première année de l’équipe. Pollock était débarqué de son poste fin 2001, tout en conservant jusqu’en 2004 ses parts dans l’équipe qui allait devenir Honda, Brawn puis Mercedes de nos jours.

En 2003, Craig Pollock revenait aux Etats-Unis pour fonder l’équipe PK Racing avec Kevin Kalkhoven. Un an plus tard, Pollock s’en allait tandis que Dan Pettit et Jimmy Vasser arrivaient. Pollock Kalkhoven Racing devenait dans la foulée Pettit Kalkhoven Vasser Racing.

Le businessman se faisait ensuite éconduire par la FIA au printemps 2006 lors de la sélection des équipes pour la saison 2008 de F1. Parmi les candidats, Carlin, Direxiv, Minardi, Jordan et donc Pollock, étaient présents parmi d’autres. C’est finalement Prodrive, mené par David Richards, qui remportait l’appel d’offres. Le même David Richards qui avait remplacé Craig Pollock chez British American Racing.

Pollock revenait à la une de l’actualité en 2011 en annonçant la création de PURE, futur motoriste en F1. Entre un changement des règles venant de la FIA, la recrutement de Gilles Simon – rédacteur du règlement moteur et depuis parti chez Honda-, et alternoiements économiques, dont des rumeurs d’impayés dans ses activités tant sportives qu’autres, le projet tombait à l’eau.

La dernière activité de Craig Pollock restait donc le management de Mathéo Tuscher, champion 2011 de Formula Pilota China et vice-champion de Formule 2 l’an passé. Depuis l’arrêt de Pure, celui-ci a été confié à V & V Sport Management, des finlandais Atte Varsta et Kim Vatanen gérant entre autres Craig Breen et Hayden Paddon. Malheureusement, l’un des plus jeunes espoirs de la monoplace n’a été vu qu’une seule fois en action depuis le début de l’année : à Motorland, en Formula Renault 3.5 Series.

Il paraît alors un peu déplacé, ou prématuré, de penser que le nouveau projet de Craig Pollock semble prometteur.

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l’affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox