Accueil / F1 / Théorie de l’évolution ?

Théorie de l’évolution ?

Théorie de l'évolution ?

Une phrase m’attire dans les peu nombreux comptes-rendus des premiers tests de Pirelli. Les pneus PZero seraient ainsi les mêmes en F1 et en GP2 l’an prochain. Bien que suivant de près le championnat des GP2, je ne savais plus exactement si les Bridgestone utilisés dans l’antichambre étaient les mêmes qu’en F1. Après vérification, bien que délicate tant Bridgestone manie l’artifice marketing, il semble que les gommes ne soient pas identiques, mais elles le sont en dimensions. A voir ce que Pirelli décidera dans la composition finale.

Ceci me posait plus une question ambigue. Est-ce le GP2 qui va monter en gamme, ou la F1 qui est nivelée par le bas ? Eternel débat s’il en est. Le niveau qualitatif de l’élite des formules de promotions doit-il passer par un niveau de performances très proche de l’élite tout court ? La preuve n’en a jamais été faite, comme le montre le fait que seul Hamilton ait été champion dans les deux disciplines, et comme le démontre le fait que beaucoup de champions de F1 soient passés en F2, F3000 et bientôt GP2. Certes, cela prépare physiquement plus, mais au niveau du travail, la preuve reste à faire. Et tout ne dépend pas que du pilote. Quand on voit que Dallara a une GP2 plus rapide que la F1 que Campos-Hispania lui a commandé, on peut se dire que la frontière reste ténue.

On connaissait déjà les GP2 pour être parmi les meilleures monoplaces d’antichambre de l’histoire. L’an prochain, avec la nouvelle génération de GP2 et des F1 qui devront se passer du double-diffuseur qui leur permet de grappiller de nombreux kilomètres-heure en courbe, l’écart risque encore de se réduire. Alors, certes, cela pourrait être porteur de discrédit envers les teams qui risquent d’être plus lents que les GP2 (le treizième entrant ?), mais l’on a déjà vu des F2 compléter des plateaux de F1 quand cela était nécessaire. Ce n’est plus nécessaire quantitativement, mais qualitativement, cela pourrait être assez intéressant si la règlementation des GP2 épouse celle de la F1 en 2013. Pourquoi ne pas lancer un système de relégation/promotion pour deux ou trois équipes selon le classement des trois dernières années ? Une telle période concorderait avec la majorité des impératifs marketing venant des entreprises, tout en pouvant limiter les appels aux pilotes payants.

L’expérience peut valoir le coup d’œil.

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l'affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox