Accueil / F1 / Tribulations d’une F1 en Chine

Tribulations d’une F1 en Chine

GP de Chine 2011© Marussia Virgin Racing

Après ce Grand Prix de Chine des plus spectaculaires, rares ont été ceux à faire la fine bouche. Il me semble pourtant crucial d’apprendre à distinguer belle course et course confuse.

Certes, le GP a été animé. Nous avons vécu de nombreux dépassements, de nombreux rebondissements, entre de nombreuses autres choses. Mais cela a quand même un goût d’artifice, non ? Je sais que l’on me répondra qu’il faut savoir choisir entre le sport et le spectacle, mais nous avons toujours affiché une préférence pour le sport ici. Acceptant tant bien que mal les artifices que nous avons appris à assimiler comme une nouvelle donnée dont le pilote se doit de gérer, même si nous savons tous que c’est un travail d’ingénieur.

La course a été magnifique, mais trop marquée par les stratégies, la rendant assez illisible. Quatre relais en 300 kilomètres, est-ce bien raisonnable ? Une chance dans notre malheur, c’est déjà mieux qu’à l’époque des ravitaillements en essence. Cependant, de nombreux dépassements ont eu lieu en raison de confrontations pneus neufs/usés. De quoi laisser un arrière goût en bouche. Mais l’effet Pirelli peut être à double tranchant. Pour l’heure, les stratégies ne sont pas encore vraiment optimisées, tout le monde tâtonne plus ou moins, créant l’inconnu et le risque chez les ingénieurs. Néanmoins, il faut craindre qu’une fois les inconnues réduites à leurs plus simples expressions, une certaine banalisation et procession prendra place, ces mêmes ingénieurs retrouvant leur place prépondérante qu’est la leur depuis quelques années. Et c’est là qu’on commence à se dire que la FIA a un beau rôle à changer la donne saison après saison.

Jamais contents ? Loin de là. Nous estimons simplement que la F1, et le sport dans son ensemble, n’a pas spécialement besoin de pneus à haute dégradation pour assumer son statut de sport au spectacle riche et varié. Ce qui n’enlève rien aux acteurs, qui semblent retrouver un beau rôle cette saison, entre gestion sur trois jours d’un quota de pneus et autres actions.

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l'affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox