Accueil / F1 / Ecuries et pilotes / Vaut-il mieux être pilote essayeur ou pit girl ?

Vaut-il mieux être pilote essayeur ou pit girl ?

Les formules de promotion ont aussi droit aux Pit Girls

Faire la potiche : telle est l’occupation principale des deux parties. Il fut un temps où les pilotes essayeurs roulaient le vendredi, couraient l’hiver par des températures très, très froides. Et maintenant ?

Oui, j’ose faire cette comparaison quelque peu provocatrice, car le rôle d’un pilote essayeur au jour d’aujourd’hui me paraît très… restreint. Si bien que Mercedes GP a libéré Heidfeld pour tester les pneus Pirelli pour 2011. Ceci signifie donc que Heidfeld – libéré de ses fonctions chez Mercedes pour être essayeur Pirelli – ne doit pas obtenir un avantage de cet essai, par conséquent il n’a plus le droit de piloter en tant qu’essayeur pour n’importe quelle équipe, et ce jusqu’à Abu Dhabi en fin de saison 2010.

Quick Nick a donc fait la potiche pour Mercedes tout comme les hôtesses des équipes le feraient. Un rôle que tous pilotes essayeurs ne souhaitent donc pas conserver puisque faire de la figuration n’est pas leur objectif. A terme, tous souhaitent devenir titulaires, je pense notamment à Klien qui ne cesse de clamer qu’il ne désespère pas… depuis qu’il a quitté Red Bull. Bien sûr qu’il fut rapide sur une séance, à chaque fois, mais cela n’a jamais suffi. Le monde change, la F1 va encore plus vite et plus on moisit dans le rôle de pilote essayeur, plus on y reste collé. Tel est le destin de tout pilote essayeur qui à force d’essayer ne peut plus rien faire d’autre. Tout comme la pit girl se voit attribuée la réputation de bimbo et ne peut exister que comme porteuse de pancarte avec le numéro d’un pilote.

Et lorsque Mercedes annonce que le rôle d’Heidfeld pourrait ne pas être remplacé, l’on se dit que c’est un métier qui se meurt. Une chance dans leur malheur, beaucoup se reconvertissent comme consultants médias. Vous voyez un pilote au palmarès irréprochable, à l’exemple de Laffite ? Vous voyez ce qu’il est devenu au bout d’une vingtaine d’années au micro ? Imaginez donc dans plusieurs années un pilote de milieu-fond de grille qui n’a jamais vraiment percé.

Oui, le pire est peut-être à venir. Sortez les mouchoirs.

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l’aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox