Accueil / F1 / Business / Vers un Grand Prix de Thaïlande ?
Mark Webber Red Bull 2011 Spa-Francorchamps
© ChequeredFlags

Vers un Grand Prix de Thaïlande ?

Selon le Bangkok Post, de nombreuses entreprises thaïlandaises ont appelé les autorités à organiser des évènements majeurs et d’envergure mondiale afin de redynamiser la réputation du pays à l’international après quelques années marquées du sceau de la crise civile.

Le président de la Promotion Officielle de la Thaïlande, Akapol Sorasuchart, s’est déclaré en faveur d’un tracé en son pays, même si son bureau jauge encore le pour et le contre d’un tracé permanent, entre la solution de la construction onéreuse d’un circuit de F1 et celle d’un tracé urbain, moins coûteux. Des experts devraient se rendre sur place afin de fixer le cadre du GP et sa faisabilité.

Si la solution urbaine est retenue, le tracé devrait emprunter l’Avenue Ratchadamnoen de Bangkok, construite en 1899 pour relier les palais royaux durant le reigne du Roi Rama.

On se souviendra qu’en décembre 2010, Red Bull avait effectué une démonstration à Bangkok tout au long de cette même avenue historique avec Mark Webber au volant. L’évènement, célébré dans le cadre des festivités du 84e anniversaire du roi, se serait déroulé devant 100 000 personnes. Un record selon Red Bull. Red Bull qui est par ailleurs possédé à 51% par des thaïlandais : Chaleo Yoovidhya (49%) et son fils (2%). Chaleo Yoovidhya est l’homme qui a fourni la recette du Krating Daeng thaïlandais à Dietrich Mateschitz, ce dernier se chargeant de la commercialisation et du marketing aux occidentaux sous le nom Red Bull. Les deux hommes sont devenus milliardaires depuis leur association en 1982. Il est à noter que Red Bull Racing est également sponsorisé par Singha, une marque de bière thaïlandaise.

De là à imaginer une présence masquée de Red Bull derrière ce projet, après la reconversion de l’Österreichring (Spielberg) en Red Bull Ring, il n’y a qu’un pas.

On se rappellera également de la présence du Prince Bira du Siam aux GP de F1 dans la décennie 1950. Un pilote passionné de sport mécanique considéré comme l’un des plus grands gentlemen-drivers de l’époque, caractérisé par son port du smoking sous sa combinaison. Une carrière sans grand succès mais plus qu’honorable, ponctuée de nombreuses places d’honneur en F1 et de nombreuses victoires lors de courses de F2 et hors-championnat entre 1935 et 1955, malgré l’interruption de la guerre.

La situation en 2012 semble toujours être en faveur de cette venue de la Formule 1 dans le pays, mais à l’heure actuelle, l’ancien premier ministre pourrait revenir en Thaïlande, et sa sentence s’annulerait si le gouvernement actuel le décide. Cela pourrait entraîner une agitation politique qui n’est pas nécessaire dans un tel contexte de séduction de la Formule 1. De plus, le calendrier est façonné de telle façon que l’Asie est d’ores et déjà assez représentée.

De toute façon, le Grand Prix de Thaïlande n’ajouterait pas une course au calendrier. L’une des courses – probablement la Malaisie – céderait sa place une année sur deux, instaurant ainsi une alternance des manches de Formule 1 entre les deux pays. Si cela devait se produire, Red Bull est toujours prête à mettre la main à la poche, au vu des intérêts commerciaux et de l’engouement des fans. D’autant plus que l’Anglo-Thaïlandais Alex Albon, l’un des protégés de Red Bull qui finance sa carrière, court sous licence thaïlandaise et pourrait offrir un supplément d’intérêt pour la population locale. Cela coïnciderait avec l’arrivée d’Albon en Formule Renault avec Epic Racing dans les championnats Eurocup et Alps – jusqu’alors, il courait en karting et affrontait notamment Nick de Vries, le Néerlandais soutenu par Anthony Hamilton.

Néanmoins, même si le projet se précise, il reste encore quelques temps avant que celui-ci ne se concrétise. La situation en juin 2012 se précise petit à petit, car des discussions ont eu lieu entre Bernie Ecclestone et Kanokphand Chulakasem, qui est le gouverneur de l’autorité sportive en Thaïlande. Ce dernier a ainsi indiqué que la Thaïlande s’attend à obtenir une date en 2014.

Un accord de principe a cependant été entendu pour 2014, comme l’a indiqué le 26 septembre 2012 le gouverneur du SAT (Sports Authority of Thailand). Une rencontre a eu lieu à Singapour, qui a donc débouché sur cet accord, qui, selon le gouverneur, prévoit l’organisation du Grand Prix de Thaïlande pour une course de nuit.

Mise à jour 21/12/2012 – Cet accord sera finalement revu à un délai plus long, puisque l’arrivée de nouveaux circuits en 2014 ne laisse plus de place. 2015 est désormais envisagé (pour une manche probablement à Bangkok), et un autre circuit devrait ainsi céder sa place. Le gouvernement a indiqué souhaiter investir 60% dans ce Grand Prix, le reste des fonds provenant d’investisseurs privés.

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l’affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox