Accueil / F1 / WMSC: Which Must Stay Closed-mouth

WMSC: Which Must Stay Closed-mouth

Les dernières décisions du WMSC : du bon et du moins bon

Commençons par le plus intéressant le calendrier. Vingt courses, un nombre rond et sympathique ! Et les mauvaises langues qui se plaignent de seulement neuf GP européens doivent se rappeler qu’il s’agit d’un championnat du monde. Un calendrier pas trop mal agencé, avec des enchaînements assez logiques (Australie-Malaisie-Chine ou encore Japon-Corée-Inde-Abou Dhabi). Ne reste plus qu’à commencer par Melbourne pour être parfait. Le travail n’est fait qu’à moitié en clôturant à Interlagos, ce qui est excellent à mes yeux. Vous trouverez le calendrier complet ici. On notera également que rien n’a été dit sur la Corée cette année, et qui figure en 2011. Tout se prononce donc en faveur d’un premier GP de Corée le mois prochain.

Sans surprise, pas de treizième team. Dommage pour Epsilon qui avait les moyens techniques de réaliser quelque chose, mais pas les moyens financiers. 2013 sera sûrement de meilleur augure.

Concernant Ferrari, comment dire… Le flou artistique entre sport d’équipe et sport individuel a démontré son paroxysme. La FIA confirme l’amende maximale des commissaires mais laisse couler pour le reste. Plus que revoir l’article, si la FIA veut changer les choses, c’est tout un esprit qu’elle devra donner. On en revient au traditionnel débat de l’importance des us et coutumes face au règlement.

Comme annoncé il y a quelques semaines, l’idée de la licence pour les acteurs les plus importants des championnats FIA va exister. Sont concernés les directeurs sportifs, techniques, Team Principal et Manager ainsi que deux ingénieurs de course. Solution bâtarde entre permis à points et green card, elle a le mérite d’exister. Même si le « public » concerné est ridiculeusement restreint. Maitrisera-t-elle la « triche » ou l’espionnage ? Je pense qu’il ne faut pas se leurrer, cela a toujours fait partie de la F1 et du sport automobile. Le risque existait avant, il sera plus grand, mais pour certains, il vaudra toujours la chandelle.

Au chapitre comique et futile, la FIA a aussi déclaré qu’elle surveillera le comportement sur la route des possesseurs de la Super Licence. Dans ce sens, on peut aussi lire que « A proposal to amend the international sporting code will be submitted to the FIA General Assembly to clarify that any holder of an International Super Licence must also be in possession of a current road driving licence. » Donc le rajeunissement des pilotes de F1 aura un jour une limite si cela devient vrai, puisqu’il faudra son permis de conduire pour avoir sa Super Licence, sésame pour la F1. C’est une décision discutable, mais les deux sens auront des arguments valides, restera donc à voir la pratique, tout en limitant les discriminations d’âges existantes d’un pays à l’autre.

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l'affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox