Accueil / F3 / ATS F3 : Jimmy Eriksson frappe fort à Oschersleben

ATS F3 : Jimmy Eriksson frappe fort à Oschersleben

Jimmy Eriksson ATS F3 Cup 2012 Oschersleben

La Motorsport Arena d’Oschersleben accueillait ce week-end la troisième étape du championnat d’ATS F3 Cup, dominée jusqu’ici par Kimiya Sato, vainqueur de trois des six courses disputées.

Sous une forte humidité, Jimmy Eriksson a signé les deux poles positions en jeu à l’issue des trente minutes de qualifications. Le Suédois, auteur d’un chrono en 1m22.072s devancera sur la grille son coéquipier chez Lotus, Kimiya Sato, et l’Autrichien Lucas Auer. Des qualifications classiques, avec l’intégralité du peloton faisant un arrêt pour se parer de pneus neufs à mi-séance, alors que Mitchell Gilbert était en tête de la feuille des temps. Une performance insuffisante, l’Australien prenant finalement la quatrième position devant Tom Blomqvist, Yannick Mettler, René Binder, Artem Markelov et Dennis van de Laar. Eriksson a également signé le meilleur temps des deuxièmes meilleurs chronos, ce qui lui permet de partir en pole pour la course 3. En catégorie Trophy, André Rudersdorf, 16 ans, s’est montré le plus rapide face à Luca Stolz.

Si Lucas Auer et Rene Binder, deux pilotes de van Amersfoort, ont fait le spectacle lors de la première course, c’est Jimmy Eriksson qui s’est imposé sous des trombes d’eau à Oschersleben, devant un rookie, l’Australien Mitchell Gilbert. Si les deux Autrichiens ont attiré le regard, c’est par le départ supersonique d’Auer qui a passé Kimiya Sato et mis d’emblée la pression sur Jimmy Eriksson. Une erreur de fougue a ensuite pénalisé le neveu de Gerhard Berger qui peine à concrétiser sa vitesse de pointe. Fritz van Amersfoort, son team-principal, avouera même : “Le mot patience a l’air d’être un concept étranger pour Lucas« . Finalement, grâce à sa patience, c’est Gilbert qui finira derrière le Suédois à l’arrivée, alors que Tom Blomqvist termine troisième après avoir connu la pression de Lucas Auer en fin de course, avant que celui-ci n’attaque trop et commette une nouvelle faute. Kimiya Sato se classe cinquième, devant Rene Binder, piégé comme son coéquipier par la dernière chicane et une attaque trop vive de son vibreur. Suivent Yannick Mettler, Artem Markelov, Dennis van de Laar et Sheban Siddiqi.

La course 2 a tourné à l’avantage de Kimiya Sato, aidé malgré lui par une légère sortie de Yannick Mettler qui est parvenu à conserver la deuxième place malgré sa victoire. Jimmy Eriksson monte également sur le podium après s’être élancé de la huitième place en raison de la grille inversée. Le tout alors que la course n’est pas allée jusqu’au bout de la distance prévue en raison de la pluie qui s’est abattue sur la piste après 16 minutes d’action. Une pluie qui était attendue avant même le départ en raison des nuages noirs sur la Motorsport Arena d’Oschersleben. Un départ où Yannick Mettler s’est approprié la tête du classement suite à un départ manqué de la part d’Artem Markelov, tombé en cinquième position. Dans le même temps, Jimmy Eriksson entamait sa remontée avec style, car même les premières gouttes de pluie ne l’empêchaient pas de passer ses adversaires un par un. Les leaders Mettler et Sato auraient pu y passer mais peu après la prise de pouvoir de Sato, la safety-car était envoyée sur la piste par la direction de course. Deux tours plus tard, le drapeau rouge mettait un terme anticipé à la course. En Trophy, Luca Stolz s’est imposé, tout en étant huitième au scratch. Il devance André Rudersdorf et Dominik Kocher à l’arrivée.

La dernière course du week-end se résume en un one man show de Jimmy Eriksson, le Suédois de Lotus s’imposant avec près de dix secondes à l’arrivée sur Lucas Auer et Artem Markelov. Si le destin de la victoire s’est rapidement dessiné, il en a été autrement pour les autres places entre batailles, sorties, pénalités et problèmes techniques. Dès le départ, Eriksson a creusé un écart qu’il a géré par la suite. Le départ de Lucas Auer n’a pas été aussi serein ce qui a permis à Tom Blomqvist de se projeter en deuxième position dès le premier virage devant le neveu de Gerhard Berger et qui défendait sa position face à Kimiya Sato, le Japonais ayant sauté Mitchell Gilbert au départ. Celui-ci tenta de se refaire mais sa manoeuvre sur Sato a mené à la fin de la course du Japonais et à un drive-through pour l’auteur du freinage manqué. Un freinage qui vaut cher puisque celui-ci permet à Eriksson de prendre la tête au champopnnat. Blomqvist pouvait également espérer réaliser une bonne opération avec sa deuxième place mais une crevaison lente l’a empêché de concrétiser. C’est alors que Lucas Auer a hérité de la deuxième place qu’il a conservé avec une maturité peu habituelle de sa part devant Artem Markelov, pourtant 8ème sur la grille. En catégorie Trophy, Luca Stolz s’est imposé à nouveau tout en finissant 5ème au général, soit devant de nombreux pilotes en Cup.

Au championnat, Jimmy Eriksson profite de la mésaventure de Kimiya Sato pour prendre la tête du championnat avec XX points d’avance. Luca Stolz capitalise sur ses victoires en Trophy pour rester en haut du classement alors que Lucas Auer se hisse au sommet du classement Rookie face à Mitchell Gilbert. Le prochain meeting d’ATS Formel 3 Cup se disputera le week-end prochain à Spa-Francorchamps.

ATS Formel 3 2012 – Classements généraux – Meeting 3/9
Classement Cup
1. Jimmy Eriksson – 141 points
2. Kimiya Sato – 124 points
3. Lucas Auer – 96
4. Mitchell Gilbert – 79
5. René Binder – 65
6. Tom Blomqvist – 60
7. Yannick Mettler – 56
8. Artem Markelov – 44
9. Dennis van de Laar – 41
10. John Bryant-Meisner – 24
11. Sheban Siddiqi – 16
Classement Trophy
1. Luca Stolz – 146 points
2. Andre Rudersdorf – 137
3. Jordi Weckx – 112
4. Luca Iannaccone – 79
5. Dominik Kocher – 65
Classement Rookies
1. Lucas Auer – 131 points
2. Mitchell Gilbert – 124
3. Dennis van de Laar – 85
4. Artem Markelov – 83
5. Luca Stolz – 76
6. Andre Rudersdorf – 72
7. Sheban Siddiqi – 46
8. John Bryant-Meisner – 34

La Motorsport Arena d’Oschersleben accueillait ce week-end la troisième étape du championnat d’ATS F3 Cup, dominée jusqu’ici par Kimiya Sato, vainqueur de trois des 

six courses disputées.

Sous une forte humidité, Jimmy Eriksson a signé les deux poles positions en jeu à l’issue des trente minutes de qualifications. Le Suédois, auteur d’un chrono en

1m22.072s devancera sur la grille son coéquipier chez Lotus, Kimiya Sato, et l’Autrichien Lucas Auer. Des qualifications classiques, avec l’intégralité du peloton

faisant un arrêt pour se parer de pneus neufs à mi-séance, alors que Mitchell Gilbert était en tête de la feuille des temps. Une performance insuffisante, l’Australien

prenant finalement la quatrième position devant Tom Blomqvist, Yannick Mettler, René Binder, Artem Markelov et Dennis van de Laar. Eriksson a également signé le

meilleur temps des deuxièmes meilleurs chronos, ce qui lui permet de partir en pole pour la course 3. En catégorie Trophy, André Rudersdorf, 16 ans, s’est montré le

plus rapide face à Luca Stolz.

Si Lucas Auer et Rene Binder, deux pilotes de van Amersfoort, ont fait le spectacle lors de la première course, c’est Jimmy Eriksson qui s’est imposé sous des trombes

d’eau à Oschersleben, devant un rookie, l’Australien Mitchell Gilbert. Si les deux Autrichiens ont attiré le regard, c’est par le départ supersonique d’Auer qui a

passé Kimiya Sato et mis d’emblée la pression sur Jimmy Eriksson. Une erreur de fougue a ensuite pénalisé le neveu de Gerhard Berger qui peine à concrétiser sa vitesse

de pointe. Fritz van Amersfoort, son team-principal, avouera même : “Le mot patience a l’air d’être un concept étranger pour Lucas ». Finalement, grâce à sa patience,

c’est Gilbert qui finira derrière le Suédois à l’arrivée, alors que Tom Blomqvist termine troisième après avoir connu la pression de Lucas Auer en fin de course, avant

que celui-ci n’attaque trop et commette une nouvelle faute. Kimiya Sato se classe cinquième, devant Rene Binder, piégé comme son coéquipier par la dernière chicane et

une attaque trop vive de son vibreur. Suivent Yannick Mettler, Artem Markelov, Dennis van de Laar et Sheban Siddiqi.

La course 2 a tourné à l’avantage de Kimiya Sato, aidé malgré lui par une légère sortie de Yannick Mettler qui est parvenu à conserver la deuxième place malgré sa

victoire. Jimmy Eriksson monte également sur le podium après s’être élancé de la huitième place en raison de la grille inversée. Le tout alors que la course n’est pas

allée jusqu’au bout de la distance prévue en raison de la pluie qui s’est abattue sur la piste après 16 minutes d’action. Une pluie qui était attendue avant même le

départ en raison des nuages noirs sur la Motorsport Arena d’Oschersleben. Un départ où Yannick Mettler s’est approprié la tête du classement suite à un départ manqué

de la part d’Artem Markelov, tombé en cinquième position. Dans le même temps, Jimmy Eriksson entamait sa remontée avec style, car même les premières gouttes de pluie

ne l’empêchaient pas de passer ses adversaires un par un. Les leaders Mettler et Sato auraient pu y passer mais peu après la prise de pouvoir de Sato, la safety-car

était envoyée sur la piste par la direction de course. Deux tours plus tard, le drapeau rouge mettait un terme anticipé à la course. En Trophy, Luca Stolz s’est

imposé, tout en étant huitième au scratch. Il devance André Rudersdorf et Dominik Kocher à l’arrivée.

La dernière course du week-end se résume en un one man show de Jimmy Eriksson, le Suédois de Lotus s’imposant avec près de dix secondes à l’arrivée sur Lucas Auer et

Artem Markelov. Si le destin de la victoire s’est rapidement dessiné, il en a été autrement pour les autres places entre batailles, sorties, pénalités et problèmes

techniques. Dès le départ, Eriksson a creusé un écart qu’il a géré par la suite. Le départ de Lucas Auer n’a pas été aussi serein ce qui a permis à Tom Blomqvist de se

projeter en deuxième position dès le premier virage devant le neveu de Gerhard Berger et qui défendait sa position face à Kimiya Sato, le Japonais ayant sauté Mitchell

Gilbert au départ. Celui-ci tenta de se refaire mais sa manoeuvre sur Sato a mené à la fin de la course du Japonais et à un drive-through pour l’auteur du freinage

manqué. Un freinage qui vaut cher puisque celui-ci permet à Eriksson de prendre la tête au champopnnat. Blomqvist pouvait également espérer réaliser une bonne

opération avec sa deuxième place mais une crevaison lente l’a empêché de concrétiser. C’est alors que Lucas Auer a hérité de la deuxième place qu’il a conservé avec

une maturité peu habituelle de sa part devant Artem Markelov, pourtant 8ème sur la grille. En catégorie Trophy, Luca Stolz s’est imposé à nouveau tout en finissant

5ème au général, soit devant de nombreux pilotes en Cup.

Au championnat, Jimmy Eriksson profite de la mésaventure de Kimiya Sato pour prendre la tête du championnat avec XX points d’avance. Luca Stolz capitalise sur ses

victoires en Trophy pour rester en haut du classement alors que Lucas Auer se hisse au sommet du classement Rookie face à Mitchell Gilbert. Le prochain meeting

d’ATS Formel 3 Cup se disputera le week-end prochain à Spa-Francorchamps.

ATS Formel 3 2012 – Classements généraux – Meeting 3/9
Classement Cup
1. Jimmy Eriksson – 141 points
2. Kimiya Sato – 124 points
3. Lucas Auer – 96
4. Mitchell Gilbert – 79
5. René Binder – 65
6. Tom Blomqvist – 60
7. Yannick Mettler – 56
8. Artem Markelov – 44
9. Dennis van de Laar – 41
10. John Bryant-Meisner – 24
11. Sheban Siddiqi – 16
Classement Trophy
1. Luca Stolz – 146 points
2. Andre Rudersdorf – 137
3. Jordi Weckx – 112
4. Luca Iannaccone – 79
5. Dominik Kocher – 65
Classement Rookies
1. Lucas Auer – 131 points
2. Mitchell Gilbert – 124
3. Dennis van de Laar – 85
4. Artem Markelov – 83
5. Luca Stolz – 76
6. Andre Rudersdorf – 72
7. Sheban Siddiqi – 46
8. John Bryant-Meisner – 34

Andre Rudersdorf, Artem Markelov, Dennis van de Laar, Dominik Kocher, German F3, Jimmy Eriksson, Jordi Weckx, Kimiya Sato, Luca Iannaccone, Luca Stolz, Lucas Auer,

Mitchell Gilbert, Rene Binder, Sheban Siddiqi, Tom Blomqvist, Yannick Mettler

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l'affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox