Accueil / F3 / European F3 Open – Ed Jones et Stuvik vainqueurs à Monza
Sandy Stuvik 2013 European F3 Open Monza
© FOTOSPEEDY / European F3 Open

European F3 Open – Ed Jones et Stuvik vainqueurs à Monza

Monza était un week-end spécial du championnat d’European F3 Open. RP Motorsport rendait hommage au mécanicien en chef d’Alexandre Cougnaud, Gianni Marchetti, décédé à 34 ans dans un accident de voiture samedi dernier à Piacenza.

Si le paddock était touché par cette disparition, le sport automobile sait rendre hommage de la plus belle des façons : en concourant. Ce week-end, sur le temple de la vitesse, Sandy Stuvik et Ed Jones continuaient à se battre pour le championnat avec Nelson Mason et Santiago Urrutia en embuscade. L’avant-dernière manche de la saison allait-elle permettre d’y voir plus clair ?

Essais

Comme un clin d’oeil, RP Motorsport formait un tir groupé en tête de la première séance. Alexandre Cougnaud menait la danse en 1m49.065s, 34 millièmes devant Sandy Stuvik. Santiago Urrutia était en léger retrait mais devançait les deux West-Tec d’Ed Jones et Nelson Mason. Alexander Toril Boquoi suivait au sixième rang.

Les chronos continuaient de tomber lors de la deuxième séance. Cette fois-ci, Sandy Stuvik devançait Alexandre Cougnaud de plus de quatre dixièmes avec un tour en 1m48.149s. Santiago Urrutia et Ed Jones étaient relégués à neuf dixièmes, le reste de la meute ne se glissant pas dans la seconde du leader. Le Thaïlandais frappait alors un grand coup.

En effet, le meilleur temps du vendredi était sien. Lors de la troisième séance, Alexandre Cougnaud améliorait légèrement son meilleur résultat personnel mais la référence était moins bonne dans l’absolu : 1m48.447s. Néanmoins, Nelson Mason et Santiago Urrutia étaient derrière le pilote RP Motorsport, respectivement à trois et six dixièmes. Ed Jones et Hector Hurst complétaient le top cinq devant Sandy Stuvik, Alexander Toril Boquoi et Andrés Lush Saravia. Falco Wauer, Tommaso Menchini et Alexey Chuklin complétaient le top dix.

Qualifications 1

Nelson Mason répliquait en 1m54.864s sur une piste humide. Le Team West-Tec prenait l’ascendant dans ces conditions précaires, sur une piste allant en s’asséchant. Autre membre de l’équipe, Ed Jones décrochait la première ligne grâce à un tour à seulement 31 millièmes de son coéquipier.

R-Ace et deux de ses pilotes, Hector Hurst et Yarin Stern, prenaient la deuxième ligne. Ils étaient toutefois relégués à une demi-seconde des deux leaders et séparés de cinq millièmes. RP Motorsport limitait la casse avec la cinquième place d’Alexander Toril, suivi de près par ses coéquipiers Sandy Stuvik et Santiago Urrutia.

Cameron Twynham décrochait la pole en catégorie Copa et la huitième place au général pour le Team West-Tec. Neuvième classé, Artur Janosz devançait le deuxième meilleur temps de la catégorie Copa, Igor Urien, qui bouclait le groupe des dix premiers.

Course 1

Hector Hurst connaissait un problème sur la grille de départ avant la procédure : une fumée suspecte sortait de sa monoplace. Un deuxième tour de formation était organisé en conséquence. Le Britannique ne renonçait pas pour autant et venait à bout de ce tour de formation, alors que les commissaires tentaient de l’en dissuader. Quoi qu’il en fût, la course ne contenait plus que quinze tours.

Alexander Toril Boquoi prenait la tête de la course. Malgré un mauvais départ, Nelson Mason ne chômait pas et remontait à la quatrième place après quelques virages. Ed Jones dépassait lui aussi le leader et terminait le premier tour sous drapeau vert en tête.

La Parabolique était le théâtre de nombreuses manoeuvres de dépassement au coeur du peloton. En tête, derrière Ed Jones, Alexander Toril et Sandy Stuvik complétaient le podium provisoire. Hector Hurst prenait, sous la contrainte de sa mécanique, la décision d’immobiliser sa monoplace.

Cameron Twynham perdait le contrôle de sa monoplace, l’un de ses adversaires imitant sa manœuvre artistique peu efficace. Richard Gonda manquait de s’envoler sur une autre monoplace et retombait lourdement, en pouvant néanmoins continuer.

La bataille pour la sixième place entre Mario Marasca et Yarin Stern battait son plein, les pilotes monopolisant plusieurs tours de course pour se dédoubler. Le destin de Trino Rojas n’était pas aussi rose, puisque le pilote traînait les restes de son aileron arrière derrière sa monoplace. Heureusement, à Monza, le manque d’aérodynamique est parfois conseillé et le pilote continuait sans encombre.

Sandy Stuvik profitait de la mi-course pour prendre le dessus sur Alexander Toril Boquoi. Celui-ci était par ailleurs menacé par la détermination de Nelson Mason, mais réagissait en reprenant la deuxième position. Les trois pilotes étaient désormais au contact. Nelson Mason essayait de prendre l’extérieur pour effectuer son dépassement et parvenait à prendre le dessus sur son adversaire à la première chicane.

Alexander Toril commettait une faute à la chicane : il bloquait les roues et devait la court-circuiter. A court de pneus, il réitérait l’opération et tombait au troisième rang. Pendant ce temps, Ed Jones continuait sa route en tête de course en entrant dans le dernier tour.

Il franchissait la ligne en vainqueur devant Nelson Mason et Alexander Toril, qui sauvait son podium. Sandy Stuvik baissait les armes au quatrième rang devant Santiago Urrutia et Mario Marasca. Alexandre Cougnaud prenait la septième place de cette première course devant Valeria Carballo, Artur Janosz et Yarin Stern.

Igor Urien héritait de la victoire en Copa avec une quatorzième position au général. Liam Venter terminait seizième et deuxième de la catégorie, dont le podium était complété par Richard Gonda. Dix-septième au général, celui-ci devançait Trino Rojas, également en Copa. Cette victoire permettait à Ed Jones de prendre la tête au championnat, à la défaveur de Sandy Stuvik.

Qualifications 2

Alexandre Cougnaud profitait des conditions sur piste sèche pour signer le meilleur temps dimanche matin en 1m48.387s. C’était pourtant Ed Jones qui brisait le premier la barre de la minute 49 en 1m48.773s, et à ce stade-là, peu pensaient qu’il pouvait être rattrapé.

Mais l’équipe RP Motorsport était déterminée à proposer un hommage de qualité à Gianni Marchetti. Un trio de pilotes se formait en tête de la feuille des temps, composé du poleman et de Santiago Urrutia, à un dixième, ainsi que de Sandy Stuvik, à deux dixièmes. Ed Jones échouait donc au quatrième rang.

Mario Marasca prenait le cinquième temps devant la deuxième West-Tec de Nelson Mason. Vicky Piria était septième devant Alexander Toril Boquoi, Nicholas Pohler et Richard Gonda, poleman en catégorie Copa. Cette catégorie voyait Tommaso Menchini suivre (au quinzième rang au général) avec en troisième position et dix-huitième au général Chewon Lim.

Course 2

La course débutait sous le régime de la voiture de sécurité, en raison des conditions météorologiques vraisemblablement – malgré une pluie absente. Les pilotes partaient en tout cas sur une piste humide avec des pneus slicks. Froids, ces pneus pouvaient piéger les pilotes comme cela avait été le cas à Spa-Francorchamps.

Pour preuve : Nicolas Pohler partait à la faute sous le régime de la voiture de sécurité, qui restait en piste au terme du premier tour. Près d’une dizaine de pilotes rentraient aux stands, dont le leader du championnat Ed Jones, pour changer de pneumatiques. Le pari des pneumatiques pluie allait-il payer chez ces pilotes ? Yarin Stern perdait énormément de temps lors de ce processus.

Au terme des deux premiers tours de course, la voiture de sécurité s’effaçait. Les fauves étaient lâchés et Alexandre Cougnaud menait une meute très rapprochée, dont l’ordre allait rapidement changer. La course était déjà soumise au temps plutôt qu’au nombre de tours. Quoi qu’il en fût, Valeria Carballo partait en tête-à-queue et tapait légèrement le mur après une accélération sur le vibreur inadéquate.

Alexander Toril Boquoi et Nelson Mason se battaient en utilisant plus que la piste, la West-Tec n’hésitant pas à mettre deux roues dans l’herbe en ligne droite. Aucun incident n’était toutefois à déplorer. Après quatre tours de course, Santiago Urrutia menait la danse devant Sandy Stuvik et Mario Marasca.

Alexandre Cougnaud était tombé quatrième devant Alexander Toril Boquoi et Nelson Mason. Sandy Stuvik attaquait le leader de la course, mais ce dernier résistait. Au final, Le troisième homme revenait sur le Thaïlandais, qui n’était plus menaçant mais menacé.

Mario Marasca parvenait à dépasser Sandy Stuvik, tandis qu’Alexandre Cougnaud concédait une position face à Nelson Mason. Du côté d’Ed Jones, il venait de se débarrasser de Trino Rojas pour le gain de la seizième place.

Le rythme de Mario Marasca lui permettait d’attaquer le leader Santiago Urrutia. Le phénomène d’aspiration faisait des merveilles avec des batailles à tous les niveaux. Ce n’était pourtant pas celui-ci qui condamnait Santiago Urrutia à concéder le leadershp.

Nelson Mason était remonté deuxième et le leader partait à la faute à la Parabolique, terminant sa course dans les graviers. Alexander Toril Boquoi était promu au troisième rang derrière Nelson Mason et Sandy Stuvik. Alexandre Cougnaud se tenait au troisième rang.

Sandy Stuvik prenait le leadership quelques virages plus loin, au détriment de Nelson Mason, qui n’avait pas dit son dernier mot. La course était loin d’être terminée et le nombre élevé de changements de leader plaçait les pilotes dans l’incertitude.

Ed Jones concédait son erreur et repassait en pneus slicks. Nelson Mason et sa West-Tec reprenaient le leadership, non sans devoir gérer la pression de Sandy Stuvik. Au onzième tour, il profitait de la première chicane pour reprendre la tête. La réplique de Nelson Mason était immédiate et gagnante.

Les trois RP Motorsport suivaient la West-Tec de très près. Ces dernières se bataillaient à trois par la suite. Alexandre Cougnaud prenait la deuxième positon devant Alexander Toril Boquoi et Sandy Stuvik. Il restait alors environ huit minutes de course et Nelson Mason profitait de leur bataille pour s’échapper légèrement. Les RP Motorsport restaient toutefois au contact.

Alexandre Cougnaud n’oubliait pas qu’il était parti de la pole. Il prenait la tête de la course et restait en tête lorsque Nelson Mason tentait de reprendre son dû. Pis : Sandy Stuvik prenait la deuxième place au détriment de Nelson Mason. Alexandre Cougnaud et Sandy Stuvik bataillaient ensuite pour la gagne jusqu’au dernier tour, qui ne faisait qu’exacerber leurs dépassements respectifs l’un contre l’autre.

Au final, Sandy Stuvik se créait un léger avantage et s’imposait. Alexandre Cougnaud et Alexander Toril Boquoi offraient à RP Motorsport un triplé. Mario Marasca prenait la quatrième place au nez et à la barbe de Nelson Mason.

Artur Janosz franchissait la ligne d’arrivée au sixième rang devant le leader du jour en Copa, Richard Gonda. Huitième classé, Andrés Lush Savaria devançait Hu An Zhu et Tommaso Menchini, deuxième de Copa. Chewon Lim prenait le onzième rang et clôturait le podium en Copa.

Ed Jones n’avait jamais terminé une course hors des points : son pari le condamnait au dix-neuvième rang.

Bilan

Sandy Stuvik dispose désormais de vingt points d’avance sur son adversaire Ed Jones, qui perd gros ce dimanche. Nelson Mason se tient en retrait au troisième rang, étant aussi plus de vingt longueurs devant Santiago Urrutia.

La finale d’European F3 Open, ce n’est pas pour tout de suite. Le circuit de Barcelona-Catalunya les accueillera le week-end du 10 novembre pour deux courses. Le temps pourrait être mitigé en plein cœur de l’automne.

European F3 Open 2013 – Classement général – Meeting 7/8
Pos Pilote Points
1 Sandy Stuvik 239
2 Ed Jones 219
3 Nelson Mason 182
4 Santiago Urrutia 158
5 Alexander Toril Boquoi 141
6 Alexandre Cougnaud 99
7 Hector Hurst 97
8 Yarin Stern 72
9 Mario Marasca 52
10 Vicky Piria 29
11 Alexey Chuklin 28
12 Artur Janosz 16
13 Roberto La Rocca 15
14 Andrés Saravia 14
15 Valeria Carballo 14
16 Richard Gonda 10
17 Brandon Maïsano 10
18 Spencer Pigot 10
19 Denis Nagulin 8
20 Emil Bernstorff 6
21 Mattia Vita 5
22 Gerardo Nieto 4
23 Liam Venter 4
24 Chewon Lim 3
25 Hu An Zhu 2
26 Nicolas Pohler 2
27 Tommaso Menchini 1
28 Jonathan Legris 1
29 Luca Orlandi 1
30 Igor Urien 0
31 Cameron Twynham 0
32 Lorenzo Paggi 0
33 Sean Walkinshaw 0
34 Saud Al Faisal 0
35 Trino Rojas 0
36 Damiano Fioravanti 0

 

European F3 Open 2013 – Classement Copa – Meeting 7/8
Pos Pilote Points
1 Richard Gonda 84
2 Cameron Twynham 71
3 Tommaso Menchini 60
4 Chewon Lim 47
5 Igor Urien 42
6 Liam Venter 31
7 Gerardo Nieto 30
8 Nicolas Pöhler 24
9 Sean Walkinshaw 19
10 Lorenzo Paggi 9
11 Hu An Zhu 4
12 Saud Al Faisal 3
13 Damiano Fioravanti 3
Monza était un week-end spécial du championnat d'European F3 Open. RP Motorsport rendait hommage au mécanicien en chef d'Alexandre Cougnaud, Gianni Marchetti, décédé à 34 ans dans un accident de voiture samedi dernier à Piacenza. Si le paddock était touché par cette disparition, le sport automobile sait rendre hommage de la plus belle des façons : en concourant. Ce week-end, sur le temple de la vitesse, Sandy Stuvik et Ed Jones continuaient à se battre pour le championnat avec Nelson Mason et Santiago Urrutia en embuscade. L'avant-dernière manche de la saison allait-elle permettre d'y voir plus clair ? Essais Comme…

Passage en revue

Spectacle - 8.3
Dose d'imprévus - 7.4
Exploit des vainqueurs - 7.8

7.8

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l’aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox